Publié le 16 décembre 2019

SOCIAL

La friperie en ligne Vinted accusée de pousser à la surconsommation, loin de toute préoccupation écologique

Vinted sous le feu des critiques. La friperie en ligne, qui vient de lever 128 millions d'euros, connait un réel succès en France. Si cette plateforme se présente comme une alternative responsable aux vêtements neufs, elle est accusée de pousser les utilisateurs à la surconsommation. Certaines utilisatrices, quasi professionnelles, spéculeraient même pour gagner plus, loin de toute préoccupation écologique. 

Vinted
La France est le premier marché de Vinted.
Vinted

C’est une friperie en ligne qui connaît un succès grandissant. Vinted, plateforme de vêtements d’occasion entre particuliers, affiche une croissance de 230 % l'an passé dans l’Hexagone. Elle compte 23 millions d’utilisateurs dans 11 pays dont 10 millions de membres en France. Avec une levée de fonds de 128 millions d’euros bouclée fin novembre, elle entre même dans le club très fermé des Licornes, ces startups dont la valorisation dépasse un milliard.

Une success story que la marque explique par un aspect économique - les prix bas- et écologique. "Vinted est basé sur le principe de l’économie circulaire au sein de l’industrie textile", défend la plateforme. "Nous ne prétendons pas être la solution complète à une mode plus écoresponsable, mais un article vendu sur notre plateforme est toujours un article neuf acheté en moins". C’est pourquoi Flore Berlingen, directrice de Zéro Waste France, s’est tournée vers ces plateformes de seconde main pour répondre notamment au défi "Rien de neuf en 2019" lancé par l’association en janvier.

"Leur but est d'acheter toujours plus, c'est frénétique"

"Chez Zero Waste, on avait identifié Vinted et les plateformes similaires tel que Le Bon Coin comme des alternatives durables qui nous permettaient de se passer des circuits classiques de distribution et surtout d’éviter la fast fashion (l'industrie vestimentaire qui renouvelle sans cesse ses collections, ndr)", témoigne Flore Berlingen. "Mais les motifs d’insatisfaction se sont multipliés. Le système mis en place par Vinted pousse à un renouvellement perpétuel des vêtements", juge la directrice de Zero Waste France. Vinted assure que la majorité de l'argent généré tourne en circuit fermé. La plupart des vendeurs réinjecteraient leur gain dans l'achat de seconde main sur la plateforme.

Mais c'est la professionnalisation qui pose aussi problème. Élodie Juge, docteure en sciences de gestion à l’université de Lille, a mené sa thèse sur ces plateformes qui fabriquent des "conso-marchands". Depuis 2013, elle analyse le comportement des pratiquantes - en majorité des femmes - et des plateformes. "Je pensais trouver des utilisatrices plutôt résistantes face au modèle de la fast fashion. Au contraire, leur but est d’acheter toujours plus, c’est frénétique", analyse la spécialiste. "Certaines spéculent. Elles achètent des accessoires ou des vêtements qu’elles penseront être à la mode dans un mois et les revendent beaucoup plus chers". Et leur usage est intensif, entre 8 et 15 heures par semaine.

Traquer les bonnes affaires et consommer plus

"Au début, je voulais seulement faire un peu de place dans mon armoire", témoigne Jeanne, 20 ans, "mais de fil en aiguille je me suis retrouvée à traquer les bonnes affaires, et au final mon dressing est encore plus rempli qu'avant..." Elodie Juge pointe la responsabilité des plateformes qui formeraient "des petits soldats de la société de consommation". "La dimension écologique est totalement absente. Les utilisatrices sont formées à bien vendre avec des conseils pour prendre les photos, écouler les stocks… Les pratiquantes acquièrent des techniques de vente dignes des professionnels". 

Au-delà des pratiques des plateformes, c’est aussi la dématérialisation qui est pointée du doigt. "Les plateformes ne privilégient pas la remise en main propre", défend Flore Berligen, "Or l’impact écologique des colis est considérable". Sur ce point, Vinted dit être "conscient" de l’impact du transport et y voit "une opportunité" d’avoir une influence sur l’industrie logistique "en soutenant des initiatives comme les étiquettes d’envoi digitalisées, des emballages recyclés et des transports à émission zéro". Des "idées nouvelles" qui s’appliqueront sur le long terme.

En attendant, la plateforme s'étend dans un marché de plus en plus concurrentiel. Il faut dire que les perspectives d’avenir semblent radieuses. Une étude de GlobalData publiée par ThredUp, une plateforme américaine de textile de seconde main, avait évalué qu’aux États-Unis, d’ici 2028, les ventes de produits d’occasion allaient dépasser celles de la fast fashion. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Les industriels de la charcuterie remportent une nouvelle victoire contre Yuka, désormais en danger

Yuka, l'application qui décrypte les composants des produits alimentaires vient d'être condamnée, pour la troisième fois depuis mai, pour "dénigrement" après avoir classé en "risque élevé" des charcuteries contenant des nitrites. Elle dénonce les "procédures baillons" de la fédération des...

Fourrure kerring Vita Leonis on Unsplash

Gucci, Saint Laurent, Balenciaga… le groupe Kering n’utilisera plus de fourrure animale

Exit la fourrure animale. Le groupe de luxe Kering, qui détient notamment les marques Balenciaga, Saint Laurent, Brioni ou encore Alexander McQueen vient d'annoncer, face à la pression des associations comme Peta, qu'il n'utiliserait plus de fourrure animale dans ses collections. Un choix félicité...

Journees europeennes Patrimoine

Journée du patrimoine : cinq lieux à découvrir de toute urgence

À la découverte de sites d'exception ! Du samedi 18 au dimanche 19 septembre, des centaines de monuments vont ouvrir leurs portes aux citoyens. Patrimoine industriel, naturel, social... Novethic a sélectionné cinq visites à réaliser sans attendre.

Empreinte carbone carbonfact

Découvrez Carbonfact, le futur Wikipédia de l’empreinte carbone de nos produits

La nouvelle plateforme Carbonfact, créée début juillet, veut donner la possibilité aux consommateurs de connaître l'empreinte carbone des produits qu'ils achètent, tout comme ils connaissent leur prix. Transparence et comparabilité sont les maîtres clés de Carbonfact qui ambitionne ainsi de devenir...