Publié le 29 octobre 2018

SOCIAL

L'Italie sanctionne Apple et Samsung pour obsolescence programmée

L'autorité garante de la concurrence en Italie, l'antitrust, a infligé une amende de 10 millions d'euros à Apple et de 5 millions d'euros à Samsung pour leur politique d'obsolescence programmée. Une première au niveau mondial.

En 2017, Apple avait bridé des iPhone pour soulager les batteries en fin de vie.
@Dolphfyn

De nombreuses enquêtes ont été ouvertes dans le monde contre les deux géants, mais l'antitrust italien semble être la première institution à avoir franchi le pas et prononcé une sanction. "Les sociétés du groupe Apple et du groupe Samsung ont mis en œuvre des pratiques commerciales malhonnêtes", a conclu dans un communiqué l'autorité italienne à l'issue de son enquête.

Des mises à jour de logiciels sur des téléphones Apple et Samsung "ont provoqué de graves dysfonctionnements et réduit de manière significative les prestations, accélérant de cette manière la substitution de ces derniers", précise l'antitrust.

En substance, Samsung a poussé les propriétaires des smartphones Note 4 à installer une nouvelle version d'Android prévue pour le nouveau modèle, le Note 7, et qui a fortement ralenti les anciens modèles.

Manque d’informations

Idem pour Apple, qui a poussé les propriétaires d'iPhone 6 à installer le système opérationnel développé pour l'iPhone 7, puis une mise à jour de ce système, entraînant des problèmes similaires à ceux rencontrés par les propriétaires de téléphones Samsung.

L'antitrust a également sanctionné Apple pour ne pas avoir informé correctement ses utilisateurs de caractéristiques "essentielles" de ses piles au lithium, en particulier leur durée de vie moyenne et les modalités d'entretien. C'est pourquoi son amende est le double de celle de Samsung.

Le groupe sud-coréen a annoncé dans un communiqué sa décision de faire appel. "Samsung n'a jamais fait de mise à jour de logiciels pour réduire la performance du Galaxy Note 4", a-t-il affirmé. "Au contraire, Samsung a toujours proposé des mises à jour de logiciels permettant à ses utilisateurs d'avoir la meilleure expérience possible".

Enquête en France et aux États-Unis

En France, le parquet de Paris a également ouvert une enquête en janvier sur Apple, soupçonnée d'"obsolescence programmée" et de "tromperie" à la suite de la plainte d'une association accusant le géant américain de réduire volontairement les performances et la durée de vie de ses iPhones pour en accélérer le remplacement.

"Après la condamnation d'Apple par les autorités italiennes pour obsolescence programmée, j'attends qu'en France l'enquête engagée sur ce fondement se termine dans les meilleurs délais et que le procureur puisse poursuivre Apple", a déclaré à l'AFP Me Emile Meunier, avocat de l'association française "Halte à l'obsolescence programmée (HOP)", qui a porté plainte en France contre Apple.

Aux États-Unis, le ministère de la Justice et le gendarme de la Bourse, la SEC, ont ouvert eux aussi une enquête sur un éventuel manquement d'Apple aux règles boursières concernant le ralentissement volontaire de certains iPhones.

Iphones Bridés

En décembre 2017, à la suite de plaintes d'utilisateurs jugeant que leur iPhone devenait plus lent avec le temps et à des tests relayés dans la presse spécialisée, Apple avait reconnu qu'elle bridait les performances de certains modèles, en assurant qu'il s'agissait "de prolonger leur durée de vie" et d'éviter qu'ils ne s'éteignent de façon intempestive.

Mais Apple et Samsung ne sont pas les seuls fabricants d'électronique sur la sellette. La justice française a ainsi ouvert une enquête en novembre 2017 contre le fabricant japonais d'imprimantes Epson, soupçonné lui aussi d'obsolescence programmée.

La France se veut en outre pionnière dans le domaine de la lutte contre l'obsolescence programmée et elle a ainsi annoncé en juillet le lancement, à partir du 1er janvier 2020, d'un "indice de réparabilité" des produits électroniques et électroménagers.

La Rédaction avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Cozie machine @Cozie

[Ces startups qui changent le monde] Lait corporel, soin du visage, gommage… Cozie veut imposer le vrac pour la cosmétique

La tendance de l’achat en vrac atteint désormais les soins cosmétiques. Cozie a développé une machine permettant de distribuer huit gammes de produits en toute sécurité dans des flacons consignés. Flaconnage, réseau de collecte et nettoyage, formulation des soins… La startup a mis plus de deux ans à...

[J'agis pour la planète] Je n'achète plus rien de neuf

Il y a quelques mois, Novethic a créé la polémique en relayant une étude du cabinet B&L Evolution (1) qui présentait différentes mesures pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C. Cet été, nous revenons sur quelques-unes de ces propositions pour comprendre comment elles pourraient changer la...

Objets symbole transition ecologique

La gourde, la cup, le tote bag… Ces objets devenus symboles de la transition écologique

Ils ne sont pas forcément durables mais ils sont pourtant devenus des marqueurs incontournables de la transition écologique. Les gourdes, les tote bag, les composteurs dépassent désormais largement leur simple fonction pour s’inscrire dans l’imaginaire collectif comme des éléments indispensables à...

Alimentation en 2050 burger riche

[Le monde en 2050] Seuls les riches peuvent manger gras

En seulement vingt ans, de 2020 à 2040, le nombre de personnes obèses a explosé en France faisant de la malnutrition le premier budget de l’État. Le gouvernement a donc décidé de proportionner les cotisations sociales au régime alimentaire. Plus un citoyen mange mal, plus il doit payer de...