Publié le 29 septembre 2020

SOCIAL

"L’autorégulation de la publicité est un échec", dénonce France Nature Environnement qui choisit la politique de la chaise vide

Après 12 ans de participation à l’organe de concertation de l’autorité de régulation professionnelle de la publicité, France Nature Environnement (FNE) claque la porte. Pour l’association, qui était la seule représentative de la défense de l’environnement dans cet organisme, celui-ci défend les intérêts des annonceurs "contre vents et marées", au détriment de l’urgence climatique et de la demande "pressante" des citoyens de se transformer.

Publicite chaise vide CCO iStock FroggyFrogg
Face à un manque de volonté de transformation de l'autorité de régulation de la publicité (ARPP), l'association environnementale FNE préfère claquer la porte du Conseil paritaire.
@FroggyFrogg

"Culture du débat contradictoire presque inexistante, incapacité à traiter les sujets de fond, stratégie d’influence bien huilée"… Après 12 ans de participation, France Nature Environnement claque la porte de l'organe de concertation de l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP). Pour l’association environnementale, le compte n’y est plus : "l’autorégulation de la publicité est un échec".

Le départ de l'association a été provoqué par la publication d'un rapport du Conseil d'éthique de la publicité, en septembre. Intitulé Publicité et nouvelles censures, la publicité bouc émissaire, le CEP, qui a pour mission "d'éclairer l'ARPP sur les problèmes éthiques que posent la publicité", y affirme que les demandes "très radicales" de la Convention citoyenne sur le climat notamment conduisent à une "véritable police de la pensée, au nom d’une morale et d’une bien-pensance", qui conduit à la "censure", "la haine sociale" et "une tyrannie des minorités".  

Un climat tendu

Pour FNE, le temps du dialogue est donc terminé. "Après 12 ans de tentatives ratées, nous ne pouvons plus cautionner une institution incapable de faire évoluer le secteur publicitaire. Seule une modification en profondeur de l’organisation, pour la rendre indépendante des professionnels, permettra de répondre réellement aux attentes citoyennes en matière de transition écologique", assure Rita Fahd, administratrice de FNE.

Ces derniers temps, l'opposition entre les écologistes et les professionnels de la publicité était particulièrement forte. En mai dernier, la révision des lignes directrices sur les questions de développement durable avait déjà déçu l’association qui ne cachait pas ses doutes sur la volonté de l’ARPP de mieux prendre en compte l’urgence environnementale dans ses pratiques. Puis quelques semaines plus tard, c’est un avis défavorable concernant une publicité pour un vélo électrique au motif qu’elle dénigre l’industrie automobile qui avait suscité l’incompréhension.

"La publicité a besoin d'un nouveau cadre"

D’autant que le rapport bilan 2020 de l’ARPP et de l’Ademe montre une hausse des cas de greenwashing pour la première fois en 10 ans. 11,6% des 833 publicités environnementales analysées y sont jugées non conformes par l’Ademe, soit le double du dernier bilan. Des "mauvais résultats" qui "interrogent sur la capacité des acteurs à réellement se mobiliser pour promouvoir, dans le respect des règles déontologiques, des produits/services et des imaginaires compatibles avec la transition écologique et la lutte contre le changement climatique", écrit Valérie Martin, Chef du service Service Mobilisation Grand Public, Presse et Institutionnel (SMGPPI) de l’Ademe.

Reste qu’avec le retrait de la dernière grande organisation généraliste de l’environnement, c’est l’ensemble du processus de participation à la régulation publicitaire qui se fragilise. "Tout le processus initié par le Grenelle de l’environnement (initié en 2007, NDR) sur la régulation publicitaire s’effondre. C’est symbolique et puissant", affirme ainsi Thierry Libaert, membre du Comité économique et social européen et expert en communication des organisations, à AEF développement durable. Pour FNE, "la publicité a besoin d’un nouveau cadre". Plusieurs propositions de loi, comme celle du groupe EDS sorti récemment, sont justement en préparation et l'association assure être déjà en "ordre de bataille" pour faire passer ses messages.

Béatrice Héraud @beatriceheraud


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Reparation

Black Friday : face à la surconsommation électronique, la revanche de la réparation

Il pleut des déchets derrière la frénésie du Black Friday. La surconsommation touche notamment les produits électroniques, dont les rebuts sont dangereux et la fabrication très émettrice de gaz à effets de serre. Réparer devient une solution incontournable, encouragée ces derniers mois par des...

Dressing responsable applis unsplash

Mode responsable : quatre applis pour un dressing plus vertueux

Rentrée des classes, baisse des températures et changement de saison : septembre rime bien souvent avec nouvelle garde-robe. Mais alors que le secteur de la mode représente l’une des industries les plus polluantes, avec 1,2 milliard de tonnes de gaz à effet de serre émis chaque année, passer à des...

Reparation CC0

Lave-linge, smartphones, trottinettes... Fnac Darty publie le classement des marques les plus durables

Le "premier réparateur de France", comme le groupe Fnac Darty se décrit lui-même, publie la 5ème édition de son "Baromètre du SAV". Cet outil classe la centaine de produits analysés par le distributeur en fonction d’un score de durabilité. Le groupe constate une amélioration globale de la fiabilité...

C qui le patron 01

"C’est qui le patron" : la marque des consommateurs pour l'alimentaire étend son modèle à d’autres secteurs

Hygiène, habillement, santé, banque... la marque C'est qui le patron n'aidera plus seulement les agriculteurs. Celle qui a cassé le concept du "prix le plus bas" en rémunérant correctement les producteurs, s'autorise désormais à monter au capital d'entreprises voire à les racheter. Ces dernières...