Publié le 16 août 2018

SOCIAL

Les supporters peuvent enfin acheter le maillot deux étoiles des Bleus, fabriqué en Thaïlande pour trois euros

Un mois après la Coupe du monde de football, Nike devrait enfin commercialiser le maillot des Bleus marqué de deux étoiles. Vendu entre 85 et 140 euros en magasin, le maillot des vainqueurs, fabriqué en Thaïlande, ne brille pas par son éthique. Seulement 1 % du prix de vente revient aux travailleurs asiatiques.

Le coût de fabrication du maillot des Bleus, vendus entre 85 et 140 euros en magasin, serait de 3 euros seulement.
©Nike

Il aura fallu un mois. Depuis la Coupe du monde de football, les supporters s'impatientent de ne trouver en rayon les nouveaux maillots des Bleus arborant deux étoiles, symbole des deux victoires françaises de 1998 et 2018. Selon plusieurs médias, les magasins devraient être approvisionnés ce jeudi 16 août.

Trois catégories de maillots seront disponibles, les prix allant de 85 à 140 euros, rapporte France Info. 85 euros pour le maillot classique, 110 quand il est floqué du nom d'un joueur et 140 euros lorsqu'il utilise la technologie VaporKnit, un tissu ultraléger et respirant, comme celui porté par les Bleus en Coupe du monde.

85 centimes pour les ouvriers thaïlandais

Si les joueurs, à l’instar de Mbappé, ont brillé par leur éthique en reversant en partie ou en totalité leur prime de matchs à des associations, ce n’est pas le cas du maillot deux étoiles. Selon le collectif Éthique sur l’étiquette, le fabricant gagne 65 % du prix de vente. Seulement 1 % reviendrait aux travailleurs. Ainsi, un ouvrier ne touche que 85 centimes sur un maillot vendu à 85 euros.

Des chiffres en partie corroborés par le JDD. Si l’enquête du journal confirme les 1 % de salaire des ouvriers, elle ramène à 16 % la part touchée par l’équipementier Nike. 63 % du prix serait absorbé par le circuit de distribution. 4,5 % par la Fédération française de football (FFF), autant que pour les matières premières. En tout, le coût de fabrication du maillot serait de 3 euros.

Des maillots produits là où les coûts de main-d'oeuvre sont les plus faibles

"La part revenant aux travailleurs dans les usines de confection a baissé de 30 %", explique Éthique sur l’étiquette. "Les marques de sport ont déplacé leur production vers des pays à plus faibles coûts de main-d’œuvre, sous couvert de "rationaliser" leur modèle", analyse l’association le collectif.

Avant, les marques s’approvisionnaient majoritairement en Chine. Mais depuis que les "salaires tutoient des niveaux proches du salaire vital", elles se tournent vers des pays comme l’Indonésie, le Cambodge ou le Vietnam "où les salaires moyens sont inférieurs de 45 à 65 % du salaire vital".

Nike, lui, n’a pas confirmé les chiffres estimés par le collectif et le JDD. Il s’attend en tout cas à des records de vente. Dès les quarts de finale, le responsable marketing de la FFF, Florent Soulez se félicitait. "On fait record sur record", témoignait-il sur Europe 1 ; "on a une vente de maillots et de produits Équipe de France en hausse de 30 % par rapport à la même période à l’Euro 2016". 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Consommation locale istock julief514

Une carte de fidélité écolo, pour favoriser une consommation durable et locale

Alors que le confinement a plombé la consommation des Français, la reprise de cette dernière s'avère primordiale pour l'économie du pays. L'occasion est unique de pouvoir la réorienter vers des produits locaux et verts, assure la Fabrique écologique qui appelle à la mise en place d'une carte de...

Vanmoof publicite Capture ecran

Un fabricant néerlandais de vélos s'estime censuré en France pour sa pub "anti-voitures"

Le fabricant néerlandais de vélos électriques Vanmoof a dénoncé mardi 30 juin un avis de l'autorité française de régulation de la publicité lui demandant de modifier un spot jugé anti-voiture. En cause : des plans montrant des "images anxiogènes" de la voiture. Une affaire qui s'inscrit dans un...

Redressement judiciaire la halle habillement Covid

André, Naf Naf, Camaïeu… Le Covid-19 provoque une hécatombe dans le secteur de l'habillement

Une à une, les enseignes de l'habillement tombent. Après André, mis en redressement judiciaire, la Halle, Camaïeu ou encore Naf Naf... c'est au tour de Celio d'être placé en procédure de sauvegarde. Si l'impact du Covid-19 est particulièrement violent pour le secteur, c'est qu'il était déjà en...

Mode XVIII

[À l’origine] Quand Montesquieu critiquait déjà la fast fashion

La mode, à l'instar de la fast fashion, va vite, trop vite. Et la crise sanitaire a encore plus révélé cette fragilité avec la fermeture de nombreuses grandes enseignes de l'habillement. Cette volonté de renouveler les collections n’est pas nouvelle, tout comme sa critique. Déjà en 1721, Montesquieu...