Publié le 16 août 2018

SOCIAL

Les supporters peuvent enfin acheter le maillot deux étoiles des Bleus, fabriqué en Thaïlande pour trois euros

Un mois après la Coupe du monde de football, Nike devrait enfin commercialiser le maillot des Bleus marqué de deux étoiles. Vendu entre 85 et 140 euros en magasin, le maillot des vainqueurs, fabriqué en Thaïlande, ne brille pas par son éthique. Seulement 1 % du prix de vente revient aux travailleurs asiatiques.

Le coût de fabrication du maillot des Bleus, vendus entre 85 et 140 euros en magasin, serait de 3 euros seulement.
©Nike

Il aura fallu un mois. Depuis la Coupe du monde de football, les supporters s'impatientent de ne trouver en rayon les nouveaux maillots des Bleus arborant deux étoiles, symbole des deux victoires françaises de 1998 et 2018. Selon plusieurs médias, les magasins devraient être approvisionnés ce jeudi 16 août.

Trois catégories de maillots seront disponibles, les prix allant de 85 à 140 euros, rapporte France Info. 85 euros pour le maillot classique, 110 quand il est floqué du nom d'un joueur et 140 euros lorsqu'il utilise la technologie VaporKnit, un tissu ultraléger et respirant, comme celui porté par les Bleus en Coupe du monde.

85 centimes pour les ouvriers thaïlandais

Si les joueurs, à l’instar de Mbappé, ont brillé par leur éthique en reversant en partie ou en totalité leur prime de matchs à des associations, ce n’est pas le cas du maillot deux étoiles. Selon le collectif Éthique sur l’étiquette, le fabricant gagne 65 % du prix de vente. Seulement 1 % reviendrait aux travailleurs. Ainsi, un ouvrier ne touche que 85 centimes sur un maillot vendu à 85 euros.

Des chiffres en partie corroborés par le JDD. Si l’enquête du journal confirme les 1 % de salaire des ouvriers, elle ramène à 16 % la part touchée par l’équipementier Nike. 63 % du prix serait absorbé par le circuit de distribution. 4,5 % par la Fédération française de football (FFF), autant que pour les matières premières. En tout, le coût de fabrication du maillot serait de 3 euros.

Des maillots produits là où les coûts de main-d'oeuvre sont les plus faibles

"La part revenant aux travailleurs dans les usines de confection a baissé de 30 %", explique Éthique sur l’étiquette. "Les marques de sport ont déplacé leur production vers des pays à plus faibles coûts de main-d’œuvre, sous couvert de "rationaliser" leur modèle", analyse l’association le collectif.

Avant, les marques s’approvisionnaient majoritairement en Chine. Mais depuis que les "salaires tutoient des niveaux proches du salaire vital", elles se tournent vers des pays comme l’Indonésie, le Cambodge ou le Vietnam "où les salaires moyens sont inférieurs de 45 à 65 % du salaire vital".

Nike, lui, n’a pas confirmé les chiffres estimés par le collectif et le JDD. Il s’attend en tout cas à des records de vente. Dès les quarts de finale, le responsable marketing de la FFF, Florent Soulez se félicitait. "On fait record sur record", témoignait-il sur Europe 1 ; "on a une vente de maillots et de produits Équipe de France en hausse de 30 % par rapport à la même période à l’Euro 2016". 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Vetement occasion nouvelle norme pixabay

Les vêtements d’occasion, le nouveau "must have" des magasins et des marques

C'est la nouvelle norme pour les marques et les magasins. Vendre des vêtements d'occasion permet d'attirer une nouvelle clientèle et de compenser une image qui se ternit de plus en plus en raison des conséquences de l'industrie textile sur l'environnement. Galeries Lafayette, Printemps, Macy's, JC...

Fournitures scolaires rentree ecologie

Les fournitures scolaires écologiques, la nouvelle tendance de la rentrée

Colle en amidon, feutre sans parfum, gommes sans coque... Les fournitures scolaires écoresponsables trouvent peu à peu leur place dans les rayons des supermarchés. Une tendance que les magasins spécialisés voient s'ancrer de plus en plus dans les habitudes d'achats, à condition que les produits...

Cozie machine @Cozie

[Ces startups qui changent le monde] Lait corporel, soin du visage, gommage… Cozie veut imposer le vrac pour la cosmétique

La tendance de l’achat en vrac atteint désormais les soins cosmétiques. Cozie a développé une machine permettant de distribuer huit gammes de produits en toute sécurité dans des flacons consignés. Flaconnage, réseau de collecte et nettoyage, formulation des soins… La startup a mis plus de deux ans à...

[J'agis pour la planète] Je n'achète plus rien de neuf

Il y a quelques mois, Novethic a créé la polémique en relayant une étude du cabinet B&L Evolution (1) qui présentait différentes mesures pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C. Cet été, nous revenons sur quelques-unes de ces propositions pour comprendre comment elles pourraient changer la...