Publié le 24 septembre 2018

SOCIAL

Fashion Week de Paris : les trois quarts des enseignes progressent vers une mode plus durable

Chaque année, fin septembre, les marques de luxe et les stylistes de renom se retrouvent pour la grand-messe de la mode, la Fashion Week de Paris. Dans les défilés, le vert se fait une place de plus en plus grande. Selon un nouveau rapport, les trois quarts des marques de mode ont amélioré leur impact environnemental et social.

La Fashion Week se tient à Paris jusqu'au 3 octobre, avec des enseignes de plus en plus engagées sur le plan environnemental.
@Pixabay

"L’industrie de la mode connaît une transformation significative", estime l’ONU Changements climatiques. "De plus en plus d'entreprises s'orientent vers des modèles commerciaux plus durables aidant ainsi à lutter contre le changement climatique et à atteindre les Objectifs de Développement Durable (ODD)". Le vert serait-il devenu la nouvelle couleur tendance ?

À en croire le nouveau rapport "Pulse of the fashion industry", qui fait référence dans le secteur, "2017 a été un tournant" avec 75 % des marques de mode qui ont amélioré leur score en matière de soutenabilité. La note globale a ainsi augmenté de 6 points, passant de 32 à 38 sur 100.

Parmi les leaders, Levi’s vient ainsi de s’engager à n’utiliser que des énergies renouvelables dans les deux usines qu’elle possède d’ici 2025, et à réduire de 90 % les émissions de ses propres bâtiments, par rapport à 2016. La marque va plus loin puisqu’elle se fixe aussi l’objectif de réduire de 40 % les émissions de gaz à effet de serre dans toute sa chaîne d’approvisionnement, y compris chez ses sous-traitants.

Tendance irréversible

Pour Chantal Malingrey, responsable du marketing de Première vision, un salon parisien de l'amont de la filière mode, qui vient de se tenir à Paris (19-21 septembre), "nous ne sommes pas encore dans la banalisation de la mode durable, mais le nombre d'innovations faites au cours des dernières années rend cette tendance irréversible".    

Feuilles d'ananas transformées en sacs et blousons, bouteilles plastique recyclées en semelles de baskets qui se vendent à un million d'exemplaires, top en polyamide recyclé, tailleur-pantalon de papier journal découpé et jupe en foulards récupérés, les façons de faire des vêtements durables sont multiples. Si les maisons de luxe tirent la deuxième industrie la plus polluante au monde dans le bon sens, reste désormais à emmener avec elles les PME qui se situent en entrée et milieu de gamme.  

Une mode toxique

Ces entreprises, qui représentent 50 % de l’ensemble de l’industrie, sont épinglées comme les points faibles du secteur par les auteurs du rapport. En cause, un modèle économique basé sur les prix bas. "Dans les années 90, l’accélération des prix bas a entraîné une perte de repère sur la valeur du vêtement chez les consommateurs et les producteurs. Cela a contribué à rendre la mode toxique pour l’environnement, les travailleurs et la société. Ce pas de côté peut être compliqué à effectuer pour une entreprise engagée dans cette course folle mais il est indispensable", explique Majdouline Sbaï, auteure de "Une mode éthique est-elle possible ?" (1).  

Selon le Workers Rights Consortium, une hausse de seulement 10 centimes par vêtement permettrait pourtant de mettre les usines aux normes de sécurité et d’éviter un nouveau Rana Plaza. "Il est primordial de réinvestir dans l’appareil productif et de se réapproprier la chaîne de valeur pour pouvoir passer d’un modèle aujourd’hui très linéaire à un modèle circulaire", explique la sociologue. Il s’agit aussi pour les entreprises de se saisir d’une opportunité économique. Sans changements, le "Business as usual" ferait chuter leurs bénéfices de 3 à 4 % en 2030.   

Concepcion Alvarez, @conce1

(1) "Une mode éthique est-elle possible ?", Majdouline Sbaï, Editions Rue de l'échiquier, avril 2018. 


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Poulehouse PASCAL LACHENAUDAFP

Poulehouse, la marque d’œufs qui sauve les poules de l’abattoir, est en péril

L'aventure de Poulehouse pourrait bientôt se terminer. La startup, à la pointe du bien-être animal, est en redressement judiciaire après avoir perdu un partenariat de taille. La démarche inédite de l'entreprise, consistant à produire des œufs bio sans envoyer les poules pondeuses à l'abattoir à...

Les industriels de la charcuterie remportent une nouvelle victoire contre Yuka, désormais en danger

Yuka, l'application qui décrypte les composants des produits alimentaires vient d'être condamnée, pour la troisième fois depuis mai, pour "dénigrement" après avoir classé en "risque élevé" des charcuteries contenant des nitrites. Elle dénonce les "procédures baillons" de la fédération des...

Fourrure kerring Vita Leonis on Unsplash

Gucci, Saint Laurent, Balenciaga… le groupe Kering n’utilisera plus de fourrure animale

Exit la fourrure animale. Le groupe de luxe Kering, qui détient notamment les marques Balenciaga, Saint Laurent, Brioni ou encore Alexander McQueen vient d'annoncer, face à la pression des associations comme Peta, qu'il n'utiliserait plus de fourrure animale dans ses collections. Un choix félicité...

Journees europeennes Patrimoine

Journée du patrimoine : cinq lieux à découvrir de toute urgence

À la découverte de sites d'exception ! Du samedi 18 au dimanche 19 septembre, des centaines de monuments vont ouvrir leurs portes aux citoyens. Patrimoine industriel, naturel, social... Novethic a sélectionné cinq visites à réaliser sans attendre.