Publié le 18 décembre 2020

SOCIAL

Emmanuel Macron promet un chèque alimentaire pour des produits bio à destination des plus modestes

Emmanuel Macron a annoncé le 14 décembre vouloir mettre en place des chèques alimentaires destinés aux plus précaires à utiliser pour des produits bio ou dans des circuits courts. Une manière de lutter contre la précarité, qui a explosé avec le Covid-19, tout en boostant les filières agricoles les plus responsables. La Convention citoyenne pour le climat, qui proposait cette mesure, voulait la financer via une taxe sur les produits ultra-transformés. 

Crise alimentaire france
Les associations d'aide alimentaire notent une hausse considérable des demandes depuis le Covid-19.
LAURENT PERPIGNA IBAN / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP

C’est une proposition de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) que le Président de la République s’est engagé à mettre en place. Emmanuel Macron a annoncé le 14 décembre être favorable au développement de "chèques alimentaires pour les plus démunis à utiliser dans les Amap (associations pour le maintien d’une agriculture paysanne) ou pour des produits bio". "Je suis d’accord sur le chèque alimentaire, donc il faut qu’on le fasse. Vous avez raison", a déclaré le chef de l’État.

Pour l’instant, l’Élysée n’a pas indiqué les détails de cette mesure. La CCC proposait-elle de taxer à 80 % les produits ultra-transformés à forte empreinte carbone pour financer les chèques alimentaires destinés à acquérir des produits durables issus de "l’agroécologie, des circuits courts". Problème : il n’est juridiquement pas possible "d’affecter directement les recettes de la taxe prévue par la proposition au financement des chèques alimentaires", reconnait la CCC.

Les citoyens tirés au sort préconisaient qu’un "engagement politique d’abonder les crédits budgétaires à l’occasion de chaque prochaine loi finances" soit pris "à hauteur du rendement de la taxe proposée". Cette mesure avait pourtant été écartée le 8 décembre lors d’une rencontre les citoyens de la CCC alors que "huit millions de personnes ont recours à l’aide alimentaire", se désolait le député ex-LREM Mathieu Orphelin.

Le gouvernement, selon plusieurs membres de la Convention, voulait trouver un autre moyen de financer ces chèques. Avec l’explosion de la précarité et des demandes auprès des associations d’aide alimentaire en raison du Covid-19, le sujet est arrivé sur le dessus de la pile. Plusieurs think tanks ont d’ailleurs, ces dernières semaines, proposaient des mesures plus ou moins similaires. 

Justice sociale, défi climatique et relance économique

L’institut Terra Nova a ainsi proposé début décembre de mettre en place un "chèque vert" de 300 euros par an, financé à la fois par l’État et les entreprises. Inspiré des écochèques belges il permettrait d’acheter de l’alimentation bio mais également des produits de consommation courante dite verte comme des produits d’occasion notamment.

Il serait distribué aux plus modestes pour un coût de 4,5 milliards d’euros. Un système qui permettrait "à la fois de répondre au défi climatique, de servir l’impératif de relance économique et de soutenir les plus modestes", avance dans une note le directeur général de Terra Nova, Thierry Pech, également coprésident de la Convention citoyenne pour le climat. Bercy était jusqu’ici frileux, estimant que les primes pour les plus défavorisés étaient suffisantes mais l’annonce du chef de l’État pourrait rebattre les cartes. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Penurie risque guerre ukraine covid Frederic Scheiber Hans Lucas Hans Lucas via AFP

"Le monde qui craque" saison 2 : Ces pénuries qui bouleversent notre consommation

Alors que la pandémie de Covid-19 a perturbé pendant des mois les chaînes d'approvisionnement, viennent s’ajouter le dérèglement climatique et la guerre en Ukraine. Moutarde, câbles électriques, bouteilles en verre… plusieurs secteurs de notre économie sont impactés. Les prix flambent et les...

Prix vie chere inflation INA FASSBENDER AFP

Pâte, viande, huile… l’inflation grimpe sur fond de colère sociale

La facture est salée pour les ménages. L'inflation a provoqué une hausse considérable des prix de certaines denrées alimentaires comme les pâtes, la viande ou la farine. Une situation qui devrait empirer avec la guerre en Ukraine, et qui s'ajoute à l'envolée des prix du carburant. En France,...

Sans titre

Ultra fast-fashion : L’empire Shein surpasse désormais Zara et H&M réunis

Grâce à une nouvelle levée de fonds, le géant de la mode Shein atteint désormais 100 milliards de dollars de valorisation, devenant ainsi la troisième startup la plus valorisée au monde. Devançant de très loin ses concurrents HM et Inditex, maison-mère de Zara. Après la fast fashion et l'ultra fast...

Thermostat iStock

Guerre en Ukraine : quand la décroissance devient une solution à nos dépendances

La Russie maintient pour l’instant ses exportations d’hydrocarbures mais la dépendance mortifère de l’Europe au gaz russe est apparue au grand jour. Les appels à baisser les consommations d’énergie se multiplient pour permettre au continent de gagner en indépendance mais aussi de réduire cette manne...