Publié le 11 avril 2018

SOCIAL

Emmaüs veut une loi interdisant aux marques de jeter et brûler les vêtements invendus

Certaines enseignes de la fast fashion continuent à brûler leurs invendus vestimentaires. Pour y remédier, Emmaüs veut une loi calquée sur celle du gaspillage alimentaire. Elle obligerait les marques à signer des partenariats avec les associations. Mais cette proposition ne crée pas le consensus dans le milieu associatif. Pour ADN, Agence de don à nature, elle stigmatiserait inutilement les entreprises. 

Les enseignes peuvent aujourd'hui profiter d'une défiscalisation si elles donnent leurs invendus à des associations mais Emmaüs veut aller plus loin.
Pixabay

L’opacité règne. Dans le secteur textile, difficile de savoir réellement ce que deviennent les invendus. Peu de chiffres, peu de transparence. "Ce qu’on récupère de la fast fashion ne représente pas des quantités hallucinantes", explique à Novethic Valérie Fayard, directrice générale adjointe d’Emmaüs. "Certaines enseignes pensent que donner leurs vêtements à des associations va dégrader leur image".

Ce n’est pourtant pas le don aux associations qui nuit le plus à leur réputation, mais plutôt de jeter des invendus vestimentaires. H&M et Celio en ont fait les frais. En octobre, la marque suédoise a été pointée du doigt par des journalistes danois pour avoir brûlé, depuis 2013, soixante tonnes de vêtements invendus. Même si elle s’est défendue, affirmant que les vêtements présentaient des taux élevés d’humidités et de produits chimiques, le mal était fait. Même "bad buzz" pour Celio, dont une équipe, lors de la vague de froid de février, a été photographiée par une habitante de Rouen en train de lacérer et jeter des vêtements.

Emmaüs pour une obligation de dons

D’où l’idée, lancée par Emmaüs, de proposer une loi interdisant aux enseignes de jeter leurs invendus. "Ce serait une loi calquée sur celle votée contre le gaspillage alimentaire", propose Valérie Fayard. Depuis février 2016, toutes les moyennes et grandes surfaces de plus de 400 mètres carrés sont obligées de conclure une convention avec une association caritative pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

L’idée serait ainsi d’obliger les enseignes textiles à faire de même. Une obligation nécessaire pour Valérie Fayard qui estime que l'avantage fiscal dont profitent déjà les entreprises n'est pas assez efficace. En effet, elles peuvent déjà déduire 60 % du montant de leurs dons de l’impôt sur les sociétés.

Les marques ne sont pas "les grands méchants loups"

Mais dans le secteur associatif, les violons ne sont pas accordés. Pour Stéphanie Goujon, directrice générale d'ADN, Agence du don en nature, les entreprises doivent certes aller plus loin, mais elle nuance. "Je ne crois pas au grand méchant loup. Il faut inciter les enseignes à donner plutôt que de les stigmatiser", tranche-t-elle. "Je suis partisane de la soft law (Droit souple, ndr), une méthode plus douce".

Pour ADN, l'enjeu est surtout de communiquer auprès des enseignes sur les initiatives sécurisées que les associations proposent. Contrairement à Emmaüs, qui revend les dons qu’il reçoit pour proposer des repas aux plus démunis, ADN distribue directement les invendus aux personnes précaires. "La crainte pour les entreprises est de créer un marché parallèle de revente", explique Stéphanie Goujon. "Pour l’alimentaire, ce n’est pas la même chose, c’est périssable, donc il y a urgence".

Bientôt dans la feuille de route sur l'économie circulaire ? 

Reste que selon Valérie Fayard d’Emmaüs, le gouvernement réfléchirait à intégrer dans la feuille de route sur l’économie circulaire une mention sur le sujet. Contacté par Novethic, H&M ne souhaite pas prendre position sur la nécessité d’une telle loi, mais rappelle que "sur le marché français, H&M n’a pas d’invendus au sens de produits qui ne trouveraient pas preneurs".

"Les soldes nous permettent de liquider nos stocks, avec des prix très intéressants enfin de période de soldes si besoin", explique une porte-parole du groupe. "Les produits défectueux ne pouvant être vendus en magasin, mais toujours portables sont donnés à une association. Les produits défectueux ne pouvant être donnés ou recyclés (en cas de moisissures par exemple) sont incinérés".

Marina Fabre @fabre_marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Talage supermarche invendu gaspillage

Anti-gaspillage alimentaire : ces solutions qui révolutionnent les pratiques des supermarchés

Un tiers de la production mondiale alimentaire est gaspillé. Un taux gigantesque dont tous les acteurs de la chaîne sont responsables. Pour remédier à cette situation, à l’occasion de la journée nationale contre le gaspillage alimentaire, Novethic a sélectionné cinq solutions anti-gaspi qui...

La fourche magasin bio entrepot

[La vidéo des solutions] La Fourche, le magasin bio qui casse les prix, mais pas les producteurs

La Fourche va-t-il disrupter le marché de la distribution ? Ce magasin en ligne propose des produits bio jusqu'à 50 % moins cher que les réseaux classiques grâce à un système d'abonnement et des marges quasi nulles. Et la transparence est de mise : l'impact carbone et nutritionnel de chaque produit...

Yuka, C’est qui le patron, Y'a quoi dedans… Risque d’indigestion face au foisonnement des applications sur l'alimentation

Trop d'applis tuent-elles l'appli ? Depuis quelques mois, le nombre d'applications de notation sur la modèle de Yuka se multiplie. Si le manque de transparence des distributeurs et des industriels laisse le champs libre à ces applications qui séduisent les consommateurs, leur foisonnement pourrait...

"C'est qui le patron ?!" lance son application, encore plus complète que Yuka

C'est qui le patron ?! passe à la vitesse supérieure. La marque des consommateurs, qui rémunère au juste prix les producteurs, lance son application de notation. Pour aller plus loin que le célébrissime Yuka, la nutrition n'est pas le seul critère d'évaluation, l'application prendra en compte le...