Publié le 25 février 2020

SOCIAL

Date de péremption : industriels et distributeurs signent un pacte "ambitieux" contre le gaspillage alimentaire

Carrefour, Casino, Danone, Bel, France nature environnement... Les acteurs de la filière agroalimentaire ont signé un pacte de dix engagements pour réduire le gaspillage alimentaire en France. L'accent a été mis sur les dates de péremption, mal comprises par les consommateurs, qui contribuent pour 20 % des 10 tonnes de nourritures comestibles jetées chaque année dans l'Hexagone.

Supermarche alimentation istock
Les acteurs de la filière s’engagent notamment à clarifier la différence entre la date limite de consommation (DLC) et la date de durabilité minimale (DDM).
Istock / PeopleImages

Ce sont des dates affichées sur les produits périssables qui sont trompeuses pour les consommateurs. Aujourd’hui, 10 % des 88 millions de tonnes de gaspillage alimentaire en Europe sont dues à une mauvaise compréhension des dates de consommation. Un taux qui monte à 20 % en France. Face à cette situation, Too good to go, startup spécialiste de la lutte contre le gaspillage alimentaire, a voulu fédérer les industriels et les distributeurs pour rendre plus lisible ces données. 

Une trentaine d’acteurs de la filière alimentaire se sont donc retrouvés, fin janvier au ministère de la Transition écologique, pour signer un "pacte" dans lequel ils s’engagent à une "meilleure gestion et compréhension des dates de consommation". Parmi les signataires figurent les géants de la distribution comme Carrefour, Casino ou Système U, des industriels tels que Danone ou Bel, des fédérations professionnelles comme l’Association nationale des industriels agroalimentaires et même des ONG tels que France Nature Environnement. 

"L'écologie ne peut être partisane"

Dans ce pacte, qui comprend dix engagements "co-construits, concrets et mesurables", les acteurs de la filière s’engagent notamment à clarifier la différence entre la date limite de consommation (DLC) et la date de durabilité minimale (DDM). La première signale un danger sanitaire au-delà de la date indiquée, la seconde implique simplement une perte gustative. Cette clarification est l’un des quatre piliers du pacte qui repose également sur l’éducation et la sensibilisation du grand public, l’optimisation des produits exclus des circuits de vente via des rayons anti-gaspi notamment ou encore la collaboration "entre acteurs du secteur pour harmoniser les bonnes pratiques et optimiser les flux de distribution".

Lucie Basch, la fondatrice et présidente de "Too Good To Go décrit "un plan d'action ambitieux et mesurable", permettant aux parties prenantes de "s'engager concrètement pour des pratiques plus responsables". C'est une "opportunité pour des entités habituellement en forte concurrence de collaborer et d'échanger pour, ensemble, faire mieux". Selon elle, "les consommateurs demandent aujourd'hui des actes concrets sur ce sujet si essentiel, l'écologie ne peut être partisane".

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Dressing responsable applis unsplash

Mode responsable : quatre applis pour un dressing plus vertueux

Rentrée des classes, baisse des températures et changement de saison : septembre rime bien souvent avec nouvelle garde-robe. Mais alors que le secteur de la mode représente l’une des industries les plus polluantes, avec 1,2 milliard de tonnes de gaz à effet de serre émis chaque année, passer à des...

Reparation CC0

Lave-linge, smartphones, trottinettes... Fnac Darty publie le classement des marques les plus durables

Le "premier réparateur de France", comme le groupe Fnac Darty se décrit lui-même, publie la 5ème édition de son "Baromètre du SAV". Cet outil classe la centaine de produits analysés par le distributeur en fonction d’un score de durabilité. Le groupe constate une amélioration globale de la fiabilité...

C qui le patron 01

"C’est qui le patron" : la marque des consommateurs pour l'alimentaire étend son modèle à d’autres secteurs

Hygiène, habillement, santé, banque... la marque C'est qui le patron n'aidera plus seulement les agriculteurs. Celle qui a cassé le concept du "prix le plus bas" en rémunérant correctement les producteurs, s'autorise désormais à monter au capital d'entreprises voire à les racheter. Ces dernières...

Couverture homo confort

"Homo confort" : une critique acerbe de l’hyper-technologie qui a envahi notre quotidien

La quête effrénée du confort n’est pas sans conséquence. Dans son essai "Homo Confort"* publié au printemps dernier, l'anthropologue italien Stefano Boni explique que le coût d’une vie sans effort est environnemental et économique mais aussi sensuel et moral. Rupture avec la nature, appauvrissement...