Publié le 15 janvier 2023

SOCIAL

Inscription dans la loi, partage de l'effort, temps de travail : plus de 5 000 citoyens font des propositions en faveur de la sobriété

Le Conseil économique, social et environnemental (Cese) a adopté mercredi 11 janvier un avis sur la sobriété afin de favoriser son évolution dans la société et dans nos modes de vie. Signe que le sujet, encore tabou il y a un an, se démocratise. Parmi la vingtaine de préconisations, il y a la nécessité de faire émerger un récit positif, d'organiser un débat national sur la répartition des efforts ou encore l'importance de négocier l'organisation du travail. 

Ville verte sobriete frugalite pietons velos verdure transition istock Michael Wels
Le Cese émet 19 préconisations pour favoriser l'évolution de la sobriété dans nos modes de vie.
@istock / Michael Wels

S’il est un mot qui a marqué l’année 2022, c’est bien celui de sobriété. Le terme jusqu’alors boudé fait désormais régulièrement la Une des journaux et est au cœur de la politique énergétique du gouvernement, sous l'effet de la guerre en Ukraine, des risques d'approvisionnement en hydrocarbures russes et de l'explosion des prix de l’énergie. C’est dans ce contexte que le Conseil économique, social et environnemental (Cese) s’est lui aussi saisi de la question en lançant une consultation citoyenne sur la sobriété, s’inspirant de la Convention citoyenne pour le climat.

Sous la supervision de la commission Environnement du Cese, une plateforme en ligne a été lancée à l’automne dernier, ouverte à tous. Elle a mobilisé plus de 5 200 participants et généré quelque 144 000 contributions. L’objectif de la démarche : définir les politiques qui permettront de favoriser l'évolution des modes de vie vers la sobriété. Un atelier rassemblant une quarantaine de citoyens tirés au sort a également été organisé fin novembre pour aboutir à un avis comportant une vingtaine de préconisations. Celui-ci a été présenté et adopté mercredi 11 janvier en séance plénière par les membres du Cese à l'unanimité.

Un débat national sur la répartition de l’effort 

"Quand nous avons lancé nos travaux, il y a moins d'un an, il y avait de nombreuses oppositions de principe voire idéologiques contre la sobriété. Mais chacun a su faire un pas vers l’autre pour aboutir à un consensus et s'accorder sur le fait que c'est un élément essentiel de la transition écologique, analyse Sylvain Boucherand, président de la Commission environnement au sein du Cese. Cet avis pose la première pierre vers l'élaboration d'une politique de sobriété qui nous permette de répondre à la fois aux enjeux environnementaux et aux inégalités sociales".

L’avis, qui a tout de même fait l’objet de 260 amendements, s’ouvre par une définition de la sobriété, souvent confondue avec l’efficacité énergétique car réduite à la seule question de l’énergie. Elle est décrite comme un "ensemble de mesures, d’organisations collectives et de pratiques du quotidien qui évitent et réduisent la demande en énergie, matériaux, sol et eau tout en assurant le bien-être pour tous dans les limites planétaires." Albert Ritzenthaler, rapporteur de l’avis, précise : "Nous soulignons ici l’importance des politiques publiques car les écogestes aujourd'hui mis en avant ne suffisent pas, mais aussi le fait que la sobriété est indispensable et qu’elle n’est pas qu’une question de conjoncture".

Parmi les préconisations, il y a notamment celle d’organiser un débat national afin de définir les critères de répartition des efforts en fonction des revenus, de l’âge ou encore du type d'habitation. Les débats ont également porté sur la nécessité de négocier l'organisation du travail, dont le temps de travail, le télétravail et les plans de mobilité car il est reconnu que la sobriété va nécessiter du temps (pour cuisiner à partir de produits bruts ou se rendre au travail en mobilités douces). Il est aussi suggéré d'inscrire la sobriété dans les politiques et la législation européennes ou encore de créer et soutenir des projets de sobriété territoriaux.

"Le consensus sur la sobriété est nouveau"

"Les débats n’ont été ni tristes ni anxiogènes", témoigne Marylène Bouland, l’une des citoyennes ayant participé aux travaux. "Nous pouvons imaginer un récit dans lequel le bonheur n’est pas basé sur la consommation", abonde Jacques Fauré, un autre des citoyens mobilisés. "Nous sommes face à des changements structurels de société et de modes de vie", alerte Sylvain Boucherand. "La sobriété ce n’est pas tout abandonner mais devenir raisonnable", résume-t-il. 

Depuis le 9 janvier, sur Twitter, le compte du Réseau action climat (RAC) est "usurpé" pendant une semaine par "Sobri", une fausse intelligence artificielle qui répond à toutes les questions sur la sobriété. L'objectif est de permettre aux citoyens de s'approprier le sujet et d'expliquer que "la sobriété c'est pas juste l'énergie, c'est pas juste cet hiver ; c'est le fait de consommer moins pour permettre à d'autres de consommer correctement, dans le respect des limites planétaires", précise Anne Bringault, coordinatrice du Rac.

"Le consensus sur la sobriété est nouveau, a reconnu Thomas Lesieur, commissaire général au développement durable, représentant le gouvernement à la tribune du Cese.  Il suppose un changement de paradigme économique qui doit se faire à toutes les échelles. Celui-ci sera inscrit dans la planification écologique.Le dernier rapport du Giec estime que la sobriété peut réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre de 40 à 70 % d'ici 2050.

Concepcion Alvarez @conce1


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

La sobriété, un levier de plus en plus crédible pour atteindre la neutralité carbone

Autrefois taboue, la sobriété fait de plus en plus partie du débat public quand il s'agit d'évoquer les solutions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. La notion a ainsi émergé dans tous les grands rapports publiés depuis un an et commence même à être reprise par certains...

Bientôt des "ambassadeurs de la sobriété" dans les entreprises pour accélérer leur transformation

Depuis l’Université d’été du Medef, Elisabeth Borne encourage les chefs d’entreprises à créer des postes "d’ambassadeurs de la sobriété". Elle enjoint les sociétés à tout faire pour éviter "les coupures subies" autrement les entreprises seraient les "premières touchées" en cas de...

Plan de sobriété énergétique : les leviers les plus importants manquent encore à l'appel

Face aux risques de pénurie d'énergie annoncés l'hiver prochain, le gouvernement a lancé fin juin plusieurs groupes de travail réunissant les administrations publiques, les entreprises privées, les partenaires sociaux, les acteurs de la grande distribution et des experts de la transition....

84 dirigeants d'entreprise appellent à une "sobriété organisée" plutôt que "subie"

"Passer d’une "sobriété d’urgence", subie, à une sobriété organisée. Tel est l’enjeu auquel, nous, dirigeants d’entreprise, avons décidé de collectivement faire face", lancent ainsi 84 dirigeants d'entreprise dans une tribune publiée dans le JDD. Initié par le mouvement Impact France,...

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Voitures suv istock

"La baisse des ventes de véhicules profite aux constructeurs automobiles", selon Aurélien Bigo

La baisse des ventes automobiles n'est une bonne nouvelle ni pour le climat, ni pour les particuliers. C'est ce qu'explique à Novethic le chercheur sur la transition énergétique des transports, Aurélien Bigo. Il décrypte la stratégie des constructeurs : vendre moins mais plus chers des véhicules...

Ville verte sobriete frugalite pietons velos verdure transition istock Michael Wels

Inscription dans la loi, partage de l'effort, temps de travail : plus de 5 000 citoyens font des propositions en faveur de la sobriété

Le Conseil économique, social et environnemental (Cese) a adopté mercredi 11 janvier un avis sur la sobriété afin de favoriser son évolution dans la société et dans nos modes de vie. Signe que le sujet, encore tabou il y a un an, se démocratise. Parmi la vingtaine de préconisations, il y a la...

Seconde main vestiaire collective fast fashion pexel

Boohoo, Shein, Asos… La plateforme de seconde main Vestiaire Collective élimine la fast fashion de son catalogue

Vestiaire Collective s’engage contre la fast fashion. La plateforme de vente et d’achat de seconde main a annoncé fin novembre le retrait d’une vingtaine de références de son site. Il s’agit de la première étape d’un plan défini sur trois ans pour appeler à une mode plus responsable et à une...

Reparation

Black Friday : face à la surconsommation électronique, la revanche de la réparation

Il pleut des déchets derrière la frénésie du Black Friday. La surconsommation touche notamment les produits électroniques, dont les rebuts sont dangereux et la fabrication très émettrice de gaz à effets de serre. Réparer devient une solution incontournable, encouragée ces derniers mois par des...