Publié le 07 août 2019

SOCIAL

[Ces startups qui changent le monde] Lait corporel, soin du visage, gommage… Cozie veut imposer le vrac pour la cosmétique

La tendance de l’achat en vrac atteint désormais les soins cosmétiques. Cozie a développé une machine permettant de distribuer huit gammes de produits en toute sécurité dans des flacons consignés. Flaconnage, réseau de collecte et nettoyage, formulation des soins… La startup a mis plus de deux ans à mettre en place son projet, qui commence à plaire. Pendant une semaine, Novethic met un coup de projecteur sur les startups responsables qui vont changer nos habitudes.

Cozie machine @Cozie
La dosage en vrac des soins cosmétiques est réalisé directement par la machine conçue par Cozie.
@Cozie

Les produits cosmétiques "surpackagés" et envoyés aux quatre coins du monde, c’est fini ! Cozie veut développer l’usage de la consigne et du vrac pour les produits de soins cosmétiques. La jeune start-up, qui a opéré son lancement commercial en 2017, met pour cela des flacons de verre réutilisables à vie à disposition des clients, qui peuvent venir le remplir eux-mêmes chez leur marchand au moyen d’une machine doseuse.

La mise en place du concept de Cozie a cependant demandé beaucoup d’énergie aux trois créateurs d’entreprise, Émeric Baracat, Arnaud Lancelot et Louise Salvati. Ils ont dû développer les formulations de leurs huit gammes de produits (crème pour le visage, lait corporel, déodorant, crème pour les mains, etc.), les flacons de verre nettoyables, et la machine qui distribue le produit. Le tout en respectant des normes drastiques. "Nous vendons des soins cosmétiques, pour lesquels nous sommes soumis à la réglementation des médicaments, rappelle Louise Salvati. Les process sont donc très stricts sur l’hygiène et la traçabilité."

Devant l’ampleur de la tâche, la jeune équipe a commencé à commercialiser les flacons préremplis en juin 2017, avant la machine. Ces flacons sont consignés, en échange de 1,50 euro, et nettoyés dans deux centres de lavage en France opérés par des Établissements et services d’aide par le travail (ESAT). Aujourd’hui, 350 points de vente en France, Belgique et Suisse proposent les flacons préremplis de Cozie.

79 % d’émissions de CO2 en moins

Les machines ont, elles, été commercialisées à partir de juin 2018. Une vingtaine de magasins se sont équipés pour proposer la cosmétique en vrac à leurs clients, une dizaine d’autres devraient bientôt suivre. Cozie leur propose un abonnement comprenant la location de la machine, le service après-vente et les flacons consignés. Des enseignes spécialisées dans le bio, comme Bio Coop, et dans le vrac, comme Day by Day, travaillent déjà avec Cozie. D’autres sont en cours.

Pour garantir une bonne hygiène, La distribution du soin dans le flacon de verre se fait sans que le produit ne touche la machine, pour éviter les impuretés. Selon la startup, la consigne du flacon permet de réduire de 79 % les émissions de CO2 par rapport à un flacon traditionnel. Le client pèse ensuite son flacon et imprime une étiquette garantissant la traçabilité de son produit. Le tout étant garanti made in France par la start-up. Les cosmétiques sont fabriqués dans deux laboratoires du Sud de la France, à partir d’ingrédients à 99 % français, pour garantir une plus faible emprunte carbone.

Le travail fourni par les trois associés semble payer. "Nous ne pensions pas que cela pourrait aller aussi vite, s’enthousiasme Louise Salvati. Ces trois derniers mois, nous avons été beaucoup contactés par des marques de cosmétiques." Dans un contexte où la pollution par les emballages plastiques est de plus en plus pointée du doigt par les autorités publiques et par les citoyens, la solution de Cozie a de quoi interpeller les géants de la cosmétique. À tel point que la startup envisage de commercialiser sa machine en marque blanche.

Arnaud Dumas @ADumas5


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

[Danger plastique] Dix solutions pour un scénario zéro plastique

Des États généraux de l’emballage, une taxe sur les goodies en plastique, un Giec du plastique, voici quelques-unes des solutions imaginées par le WWF et le député écologiste François-Michel Lambert dans des rapports publiés simultanément au début du mois. Face au danger mortel qu’est le...

Loop, la plateforme qui veut mettre le e-commerce en vrac

Du e-commerce zéro déchet, voilà l’ambition d’une nouvelle plateforme de vente en ligne impliquant Carrefour, Procter & Gamble, Unilever, Mondelez International ou Suez auprès de TerraCycle. Lancé médiatiquement à Davos, Loop sera disponible en mai en expérimentation pilote à Paris et New...

[Bonne nouvelle] Carrefour autorise ses clients à venir avec ses propres contenants

C’est une petite révolution. Il est désormais possible d’aller faire ses courses avec ses propres contenants chez Carrefour. Le but ? Éviter au maximum les emballages en plastique inutiles. C’est sans aucun doute un premier pas vers un changement des comportements.

[VIDEO] QuelCosmetic, l’appli qui détecte les produits indésirables dans nos cosmétiques

Comment échapper aux substances indésirables dans les produits cosmétiques ? L'UFC-Que Choisir a développé une application qui permet, en un scan, de savoir si le produit choisi est bon pour la santé. Si ce n'est pas le cas, elle propose des alternatives équivalentes de cosmétiques sans...

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Greenwashing iStock Cristian Storto Fotografia

42% des sites de e-commerce succombent aux sirènes du greenwashing, selon la Commission européenne

La crise a accéléré la consommation en ligne et responsable. Mais certains sites de e-commerce n’hésitent pas à surfer sur la vague verte, sans apporter la preuve de leurs allégations environnementales. La Commission européenne a voulu vérifier sur pièces : 42% des sites analysés se parent d’une...

Masque chirurgical pixabay

Masque biodégradable, sportif ou rechargeable… Cinq initiatives qui vont changer notre quotidien

Le masque chirurgical n'a jamais été autant utilisé. Or, il est source importante de pollution et parfois d'exclusion pour les personnes atteintes de surdité notamment. Mais les entreprises innovent. En un an, plusieurs types de masques écoresponsables ont émergé pour réduire son empreinte...

Depistage Covid Istock Retvisual

Vaccins, tests : une pénurie mondiale de plastique menace la lutte contre le Covid-19

C’est une alerte lancée par les hôpitaux de Paris. La pénurie de plastique en cours génère des problèmes d’approvisionnement en test PCR notamment. Même la fabrication des vaccins est atteinte. Alors que la consommation de plastique a explosé avec la crise sanitaire, cette situation montre à quel...

La fabrique de l'ignorance miniature Arte

"La fabrique de l'ignorance" sur Arte : Quand les industriels instrumentalisent la science contre l'environnement

Freiner le progrès de la connaissance en utilisant la science contre elle-même : c’est la stratégie utilisée par certains industriels pour faire naître un doute sur la toxicité de leurs produits, ou remettre en question le réchauffement climatique. Un mécanisme décortiqué dans le documentaire La...