Publié le 27 avril 2020

SOCIAL

Avec le Covid-19, la vente de produits bio explose

Parmi les "gagnants" du Coronavirus, on trouve les produits bio qui ont vu leurs ventes grimper en flèche depuis le début de la crise sanitaire. Cette croissance est portée notamment par les familles dont les enfants n'ont plus accès à la cantine. Le bio profite de son ancrage territorial, de ses commerces de proximité, de son poids dans le commerce en ligne, du drive et de sa réputation d'être "bon pour la santé". Et cette tendance pourrait marquer profondément nos habitudes de consommation après la crise sanitaire. 

Csm Bio supermarche 6888d731ed
Les enseignes bio profitent d’un ancrage territorial très fort.
Loïc Venance / AFP

Depuis le début du confinement lié à la crise du Covid-19, les Français ont acheté plus de nourriture qu'en temps normal. Dans ce contexte, l'alimentaire bio tire son épingle du jeu. Ces produits, qui représentent 5 % des ventes d'agroalimentaire en France, ont connu une progression de ventes à deux chiffres depuis le début de la crise. Celle-ci a même atteint 63 % mi-mars lors de la mise en place du confinement alors que les Français se ruaient dans les magasins, rapporte l’institut Nielsen. Pendant ce temps, le conventionnel croissait moins vite avec un écart de 14 à 20 points. 

Vente bio nielsen

Le poids du bio dans les commerces de proximité

Premières responsables : les familles. "Celles-ci, en temps normal, consomment plus de produits bio que le reste de la population. Aussi, en temps de confinement, sans cantine scolaire, elles cuisinent davantage à domicile et boostent les ventes", analyse pour Novethic Antoine Lecoq, consultant analytique chez Nielsen. La valeur du panier moyen dans les magasins bio spécialisés comme Biocoop, Naturalia ou La vie claire, a considérablement augmenté. "Les clients se déplacent un peu moins en magasins, on observe une baisse de fréquentation de l’ordre de 30 à 40 %, mais qui est largement compensée par un quasi-doublement du panier moyen", témoigne Philippe Bramedie, président et fondateur des Comptoirs de la bio.

Les enseignes bio profitent également d’un ancrage territorial très fort. Les consommateurs, en période de confinement, ont tendance à privilégier les commerces de proximité, le drive ou le commerce en ligne, là où le poids du bio est très important. Le magasin de bio en ligne La Fourche par exemple a enregistré une hausse de 530 % sur le riz, 450 % sur les pâtes et de 380 % sur la sauce tomate la semaine précédent l’annonce du confinement. "Il faut prendre en compte que le bio est un peu moins en risque de rupture que le conventionnel. C’est-à-dire que quand les rayons sont vides, il y a plus de chances de pouvoir encore trouver des produits bio en rayon", note Antoine Lecoq.

En pleine crise sanitaire, les produits bio rassurent

Reste un aspect sanitaire. Les contrôles touchant les produits bio souffrent du confinement qui "restreint considérablement la capacité (…) à procéder aux audits sur site", selon un communiqué d’Écocert, leader mondial de la certification en agriculture biologique. Toutefois, la période d’inquiétude pousse de nombreux consommateurs à se tourner vers des produits perçus comme meilleurs pour la santé. "Cela n’a rien à voir avec le Covid, je vous l’accorde, mais les gens ont besoin d’être rassurés sur leur santé", expose à l’AFP Guillaume Riou, président de la Fédération nationale d’agriculture biologique (FNAB). 

Reste à savoir si cette tendance va perdurer. Car si dans un premier temps la vente de produits bio a explosé, cette croissance commence à se stabiliser. Les foyers regardent de plus près les prix après avoir beaucoup dépensé. Mais pour Antoine Lecoq, de l’institut Nielsen, pas de doute, la crise du Covid-19 va marquer durablement nos habitudes de consommation. "Après différents scandales sanitaires, les consommateurs se sont traditionnellement tournés vers des produits sains et locaux en sortie de crise. Cette dernière peut avoir un rôle de prise de conscience", estime-t-il. 

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Balcon verone cco bnw

[À l’origine] Les balcons, de l’attribut bourgeois à l’espace d’expression démocratique en plein confinement

Le balcon a montré tous ses atours pendant le confinement en faisant office d’ouverture et de pont - au sens littéral comme figuré - entre l’espace domestique et l’espace de la cité. Retour sur cet attribut décoratif, symbole de richesse, devenu aussi, pendant cette crise du Covid-19, lieu...

Mediametic serres separees 1

Serres individuelles, bars à ciel ouvert… les restaurants à l’ère du Coronavirus

Comment respecter les règles de distanciation sociale dans les bars et restaurants ? C’est le casse-tête sur lequel planche encore le gouvernement français. En attendant, de Vilnius à Washington en passant par Amsterdam, les villes du monde entier rivalisent d’idées pour rouvrir leurs portes. Des...

EXPRESS MARCHE GOULET TURPIN premier supermarche

[À l'origine] En 1958, le premier supermarché ouvre en France et c’est une révolution culturelle

Des caddies, des produits en libre-service, une offre gigantesque avec plus de 2 000 références... En 1958, la société Goulet-Turpin ouvre l'Express Marché, le premier supermarché de France. Son apparition marque une rupture dans le paysage commercial français, jusqu'ici représenté par les petits...

Belle ile en mer tourisme de masse AFP

Après le Covid-19, la France prépare un plan de relance pour un tourisme durable

La France veut reconstruire un tourisme durable et digital après la crise sanitaire. La Caisse des dépôts et Consignations (CDC), qui s'engage à mettre 1,3 milliard d'euros dans le plan de relance, assure que ses investissements seront conditionnés à des critères environnementaux. De quoi relancer...