Publié le 04 février 2022

SOCIAL

Alimentation : les nitrites seront moins présents dans les charcuteries, mais pas interdits

Le 3 février, l'Assemblée nationale a voté à la quasi-unanimité, une baisse des doses maximales de nitrites dans les charcuteries. La proposition de loi prévoyait initialement leur interdiction progressive d’ici 2025.

Nitrites Charcuterie
Depuis 2015, la viande transformée, notamment la charcuterie, a été classée par l'OMS dans la catégorie des aliments présentant un risque cancérigène
Pixabay Licence

Le jambon rose, alors qu’il est naturellement gris, ne va pas disparaître des rayons de supermarchés tout de suite. Par 93 voix contre 1, et une abstention, les députés se sont prononcés en première lecture le 3 février, pour réduire les doses maximales d’additifs nitrés dans les charcuteries. Mais sans les interdire par étapes comme le proposait la version initiale du texte porté par le MoDem. Un vote "historique" d’un texte "humaniste", constituant une "réponse concrète à la malbouffe, qui touche surtout les plus pauvres", s’est malgré tout félicité le député centriste du Loiret et rapporteur de la proposition, Richard Ramos. 

De son côté, la Fédération française des industriels charcutiers traiteurs s’est réjouie que "l’Assemblée nationale remette la science au cœur des décisions de santé publique", affirmant qu’"aucune évaluation scientifique n’est actuellement disponible pour pouvoir affirmer qu’une interdiction des nitrites ne condamnerait pas les consommateurs à des risques sanitaires graves, alors que leur usage est recommandé par l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) pour les protéger des maladies microbiennes"

Historiquement, les charcutiers recourent aux composants nitrés pour augmenter la durée de conservation des produits et lutter contre le botulisme, une affection neurologique grave qui se développe notamment dans les aliments mal conservés. De nos jours, ces additifs permettent aussi aux fabricants d’utiliser de la viande de moins bonne qualité, moins chère et d’accélérer sa maturation, ce qui réduit considérablement les coûts, indique un rapport parlementaire de 2021, cosigné par Richard Ramos. 

Classé cancérogène depuis 2015 

Ces conservateurs sont présents dans de nombreuses charcuteries sous les codes E249, E250, E251 ou encore E252. En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé la viande transformée, notamment la charcuterie, dans la catégorie des aliments présentant un risque cancérigène pour l’humain. Elle favoriserait, entre autres, l’apparition des cancers colorectaux. 

Yuka, Foodwatch et la Ligue contre le cancer, mobilisés depuis deux ans pour l'interdiction de ces additifs, ont salué avec cette proposition de loi "une avancée qui confirme que les responsables politiques reconnaissent que les additifs à base de nitrites et nitrates représentent un enjeu de santé publique". Mais les organisations regrettent que les choses n’aillent pas plus vite. Le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a d’ores-et-déjà annoncé qu’il attendrait l’avis de l’Anses, prévu courant 2021, puis reporté à juin prochain, après la promulgation de la loi. "Tous les éléments sont déjà sur la table. Le rapport de l’Anses sera utile, mais ne devrait pas être une précondition à l’action politique", ont déclaré les ONG. 

Marion Chastain @MarionChastain avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Metaverse gafam Fanny PARISE Me lanie Bultez

Fanny Parise, anthropologue : "La consommation responsable est un alibi de l’hyperconsommation"

Ils portent des baskets écoresponsables, mangent des œufs "qui ne tuent pas la poule" et se déplacent en vélo électrique. Dans son dernier livre, l'anthropologue Fanny Parise épingle les apôtres de la consommation responsable, des "enfants gâtés" qui perpétuent un système hyperconsumériste. Loin de...

Solde fast fashion textile THOMAS COEX AFP

La perte d’intérêt pour les soldes, symbole d’un secteur de l'habillement en crise

Autrefois rendez-vous incontournable des consommateurs, les soldes subissent une perte d'intérêt. Si le Covid-19 et l'inflation qui a explosé avec la guerre en Ukraine participent à ce désamour, c'est une tendance plus profonde qui traverse tout le secteur de l'habillement. Les géants de la "real...

Penurie risque guerre ukraine covid Frederic Scheiber Hans Lucas Hans Lucas via AFP

"Le monde qui craque" saison 2 : Ces pénuries qui bouleversent notre consommation

Alors que la pandémie de Covid-19 a perturbé pendant des mois les chaînes d'approvisionnement, viennent s’ajouter le dérèglement climatique et la guerre en Ukraine. Moutarde, câbles électriques, bouteilles en verre… plusieurs secteurs de notre économie sont impactés. Les prix flambent et les...

Prix vie chere inflation INA FASSBENDER AFP

Pâte, viande, huile… l’inflation grimpe sur fond de colère sociale

La facture est salée pour les ménages. L'inflation a provoqué une hausse considérable des prix de certaines denrées alimentaires comme les pâtes, la viande ou la farine. Une situation qui devrait empirer avec la guerre en Ukraine, et qui s'ajoute à l'envolée des prix du carburant. En France,...