Publié le 14 juillet 2022

SOCIAL

Vivre sans travailler, une nouvelle tendance sur fond de décroissance

Travailler moins, consommer moins, polluer moins. C'est un peu le dogme des adeptes du détravail dont certains prônent de ne plus travailler pour viser la décroissance. Dans un contexte de grande démission et de remise en cause de la centralité du travail, ce mouvement est devenu un symbole. Toute la semaine, Novethic explore les nouvelles façons d’aborder la sobriété, dans une série "vivre sans".

IStock demission
Le rapport au travail des Français a considérablement évolué depuis la pandémie.
Istock

Est-ce une lame de fond qui va déferler sur l’Hexagone ou une vaguelette qui va s’échouer sans bruit ? Le mouvement du détravail est en tout cas le symbole d’un nouveau rapport au travail. "Pour nous c’est un impératif social et écologique. Une manière de parvenir à la décroissance", témoigne Myriam Ameur, membre du collectif nantais Travailler moins. Derrière les apéros "after-workless", ces adeptes du détravail expérimentent le chômage choisi, la retraite anticipée, le mi-temps…

"Certains, au sein du mouvement, optent pour un 80 %, d’autres veulent totalement démarchandiser le travail. C’est le cas de Mathieu Fleurance, le cofondateur du groupe, qui prône de ne plus travailler du tout. De sortir complément du système", rapporte Myriam Ameur. Cet ancien conseiller d’orientation dit avoir pris sa retraite il y a peu, à la trentaine, pour ne plus subir le monde du travail. Depuis, il vit en colocation dans la campagne nantaise, se déplace à vélo et jardine beaucoup. "Pour nous, travailler moins, ça veut dire consommer moins", plaide Myriam Ameur. 

"Une préoccupation de cols blancs"

L’idée de travailler moins n’est pas nouvelle. La Convention citoyenne pour le climat préconisait déjà de limiter le temps de travail à 28 heures par semaine. Si le bien-être au travail était principalement mis en avant, l’argument écologique a été étayé par plusieurs études. En 2007 par exemple, des chercheurs avaient établi que si les Américains passaient à un nombre d’heures de travail équivalent à la moyenne européenne, ils économiseraient 18 % de consommation d’énergie. "Si la population dispose de plus de temps, l’intensité environnementale de sa consommation sera plus faible. En produisant moins en échange de davantage de temps libre, on recrée du bien-être autrement", résume dans Le Monde diplomatique François-Xavier Devetter, économiste à l’université de Lille. 

Reste que le détravail est une "préoccupation de cols blancs", tranche Adrien Chignard. Ce psychologue du travail auquel font appel de grands groupes comme L’Oréal et Danone explique : "Le détravail, c’est un pop-up, ça fait "rire les mouettes", comme on dit chez moi. La vraie préoccupation aujourd’hui, c’est l’aspiration à de nouvelles conditions de travail", affirme le psychologue. Sur fond du phénomène de grande démission aux États-Unis, les chiffres, en France, confortent cette impression.

La fin du travail ?

La Dares, la Direction de l’animation de la recherche des études et des statistiques, a enregistré 400 000 démissions au troisième trimestre 2021. Un record à mettre en parallèle avec une explosion des ruptures anticipées. Si l’hôtellerie et la restauration sont les plus touchés, tous les secteurs sont concernés. "Les entreprises qui subissent la grande démission sont celles qui ne font rien pour le bien-être de leurs salariés. Chez les autres, on recrute à tour de bras sans problème", affirme Adrien Chignard.

Le Covid-19 a été le déclencheur d’un mouvement sous-jacent. "La pandémie a été longue et traumatogène", explique Christophe Nguyen, président d’Empreinte humaine. "Les salariés ont remis en question la centralité du travail". Mais est-ce vraiment la fin du travail ? "Non, le travail est constitutif de notre identité", remarque Adrien Chignard, "on est en train de le remettre à sa juste place. L’argent ne suffit pas".

Marina Fabre Soundron fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Vivre sans gagner d’argent : les frugaux s’organisent pour ne plus manquer de rien

Un peu déconsommateurs, farouchement indépendants et surtout déterminés à inventer leur propre mode de vie. Pas étonnant que les frugaux, qui concentrent plusieurs tendances sociétales actuelles, aient le vent en poupe. Leur lubie : s’affranchir de la nécessité d’avoir un salaire et...

Vivre sans supermarché : le rempart à la surconsommation et la crise agricole

Pizzas et chocolats contaminés, œufs au fipronil, vache folle… chaque scandale alimentaire incite les consommateurs à se détourner des supermarchés pour emprunter le chemin des circuits courts. Cette alternative au modèle agro-industriel est aussi un rempart à la détresse du monde paysan,...

Vivre sans technologie : quand les low-techs innovent, loin du retour à la bougie

Les low-techs s'affichent comme un idéal de sobriété : moins de technologies, de ressources, de déchets... Ce mouvement popularisé par des passionnés en quête d'autonomie infuse aujourd'hui dans les réflexions sur l'innovation et l'ingénierie. Les pionniers de la low-tech nous réapprennent...

Vivre sans énergies fossiles : Cette famille y est (presque) arrivée

Avec la hausse des prix de l’énergie, la crise climatique et les canicules à répétition, les Français sont de plus en plus nombreux à se demander comment se passer des énergies fossiles. Certains ont franchi le pas, en investissant dans des maisons durables, qui produisent leur propre...

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Siege Foxconn Chine SAM YEH AFP

Chine : la plus grande usine d’iPhone du monde, théâtre de manifestations

Ce mercredi 23 novembre, les salariés de l’usine Foxconn située à Zhengzhou, dans le centre de la Chine, ont protesté suite au confinement total du site pour cause de Covid-19. Le principal sous-traitant d'Apple se retrouve ainsi au cœur d’une nouvelle controverse, alors que la grogne sociale monte...

Loccitane cashinvestigation boutique

L’Occitane : derrière les accusations de travail d’enfants, les dessous complexes de la filière huile de palme

Sous les feux des projecteurs depuis la diffusion d’une émission de Cash Investigation, L’Occitane est accusée de travailler avec des fournisseurs exploitant les enfants. Le groupe regrette que le documentaire ne rende pas compte de la complexité de la filière huile de palme, et des efforts qui y...

Patrick pouyanne salaire

Communiquer sur sa rémunération : la périlleuse stratégie de Patrick Pouyanné

Pour couper court au débat lancé par les grévistes de TotalEnergies opposant l'augmentation de 52% de la rémunération de leur dirigeant à celle qui leur était proposée de 5%, Patrick Pouyanné a publié un graphique montrant l'évolution de sa rémunération sur 5 ans. Au vu des nombreuses réactions sur...

France Telecom Dider Lombard LionelBonaventure AFP

France Télécom : le harcèlement moral institutionnel est confirmé en appel

La Cour d’appel de Paris a allégé les peines de Didier Lombard, ex-PDG de France Télécom, et de son numéro deux Louis-Pierre Wenès. Mais elle confirme le harcèlement moral institutionnel mis en place par les dirigeants du groupe dans les années 2007-2008 pour pousser des salariés au départ, et qui...