Publié le 12 juillet 2021

SOCIAL

Bangladesh : plus de cinquante morts, dont des enfants, dans le gigantesque incendie d'une usine

Une usine d'alimentation détenue par Hashem Food and Beverage, a été ravagée par un énorme feu le 8 juillet au Bangladesh. Plus de cinquante personnes sont décédées, dont des enfants qui travaillaient dans l'usine. Huit ans après l'effondrement du Rana Plaza, l’usine textile bangladaise qui a provoqué la mort de près de 1130 personnes, essentiellement des ouvrières, les mesures de protection promises par le gouvernement tardent à se concrétiser. 

Incendie usine bengladesh KAZI SALAHUDDIN RAZU NURPHOTO NURPHOTO VIA AFP
L'usine d'alimentation qui a pris feu au Bengladesh le 8 juillet employait des enfants de 11 à 15 ans.
KAZI SALAHUDDIN RAZU / NURPHOTO / NURPHOTO VIA AFP

Il a fallu 47 heures aux pompiers pour venir à bout du feu qui s’est déclaré le 8 juillet dans une usine d’alimentation au Bangladesh, rapporte Dhaka Tribune. Cette usine de Rupganj, ville industrielle proche de Dacca, fabriquait des bonbons, des nouilles et des jus de fruits. Le bâtiment abritait notamment du plastique et de produits chimiques inflammables. Lorsque les secours sont arrivés au troisième étage, ils ont trouvé 52 cadavres. Les travailleurs n’avaient pu s’enfuir car la porte d’accès à l’escalier principal, qui aurait pu leur permettre de se réfugier sur le toit, était fermée à clé, ont indiqué les pompiers à l’AFP.

Selon le chef de la police locale, Jayedul Alam, non seulement cette porte était verrouillée, mais de nombreux règlements de sécurité n’étaient pas respectés dans l’usine. "C’est un meurtre délibéré", a-t-il déclaré. D’autant que des enfants travaillaient dans l’usine. La ministre du Travail, Monnujan Sufian, a indiqué qu’une enquête avait été lancée sur l’emploi d’enfants dans cette usine.

Des enfants de 11 à 15 ans

Devant la carcasse calcinée de l’usine, une trentaine de survivants et de parents des victimes, ont confirmé que des enfants travaillaient dans cette usine, pour 20 takas (20 centimes d’euro) de l’heure. La loi au Bangladesh permet aux mineurs de travailler à partir de 14 ans, mais dans des emplois non dangereux, ce qui n’était pas le cas de cette usine, a expliqué la ministre du Travail. "S’il est prouvé qu’il employait des enfants, nous poursuivrons non seulement le propriétaire, mais aussi les inspecteurs du travail", a-t-elle ajouté.

Les incendies et les effondrements de bâtiments sont relativement fréquents au Bangladesh, un pays pauvre d’Asie du Sud, en particulier dans son importante industrie textile, en raison d’un manque de respect des normes de sécurité. En 2013, l’effondrement du Rana Plaza avait créé un électrochoc à l’international. 

L’électrochoc du Rana Plaza 

Dans cette usine, également située dans la banlieue de Dacca, plus de 1 130 ouvriers, essentiellement des femmes, avaient trouvé la mort après l’effondrement d’un atelier de confection, mettant en lumière la face sombre de la sous-traitance des grandes marques occidentales de mode. Si cet évènement a notamment poussé à une loi sur le devoir de vigilance des multinationales, sur place, les réformes promises dans ce domaine par le gouvernement tardent à se concrétiser.

Selon l’Organisation internationale du Travail, l’incendie de l'usine de Hashem Food and Beverage "illustre la nécessité urgente" que les autorités et l’industrie du bâtiment du Bangladesh s’assurent que les usines respectent les normes de sécurité. L’OIT a recensé une trentaine d’incendies et des milliers de morts ces dernières années. "Bien que chacune de ces tragédies ait provoqué un tollé général, des conditions de travail dans les usines textiles sont restées en grande partie inchangées", résume Dhaka Tribune.

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Startup istock

L’affaire Claire Despagne, symbole des dérives des start-up, enflamme les réseaux sociaux

C'est un bad buzz de taille qu'a généré Claire Despagne. Dans une interview, la fondatrice de la marque D+ For Care a déploré que le temps de travail des stagiaires soit limité à 35 heures, fustigeant ceux qui refusent de "travailler 80 heures". Des déclarations, tournées à la dérision sur Twitter,...

Amazon

En France et aux États-Unis, un vent de révolte historique se lève chez Amazon

Alors que Jeff Bezos, fondateur d’Amazon, s’est lancé dans une course au spatial, ses salariés veulent le faire revenir sur Terre ! En France, tous les entrepôts du géant du commerce en ligne sont bloqués par des mobilisations salariales. Outre-Atlantique, un mouvement historique a permis la...

Amandine Lebreton FNH Pacte du pouvoir de vivre 03

Amandine Lebreton, Pacte du pouvoir de vivre : "Le travailler plus pour gagner plus fait oublier les richesses des autres temps de vie"

À l’occasion de l’élection présidentielle, Novethic se penche sur ces débats oubliés, ceux qui n’occupent pas le terrain médiatique mais qui sont pourtant vitaux. Zoom aujourd'hui sur les temps de vie et la place du travail, avec une proposition originale du Pacte du pouvoir de vivre, dont Amandine...

Revolution travail iStock

"Détravail" et grande démission... Ces phénomènes qui touchent aussi la France

Après les États-Unis, la France enregistre un taux record de démissions. Si ce phénomène n'est pas aussi important que la Great Resignation américaine, il exprime une tendance de fond, un nouveau rapport au travail qui a émergé pendant la pandémie et qui s'amplifie aujourd'hui à l'ère de la...