Publié le 09 septembre 2019

SOCIAL

Lime dit adieu à ses "juicers" auto-entrepreneurs pour recharger ses trottinettes en libre-service

À quelques mois du lancement de l'appel d'offres par la Ville de Paris pour limiter le nombre d'opérateurs de trottinettes en libre-service, ces-derniers multiplient les annonces pour espérer rester dans la capitale. Le leader Lime vient ainsi de décider de se séparer de ses "juicers" auto-entrepreneurs, chargés de collecter et recharger les engins. Ils étaient quelques dizaines à collaborer chaque jour avec la firme.

Trottinette lime libre service fin des juicers auto entrepreneurs
La société Lime fera désormais exclusivement appel à des prestataires de recharge professionnels.
@CC0/Sebleouf

La multiplication des flottes de trottinettes en libre-service a créé un nouveau métier, celui de "juicer" ou chargeur de trottinettes. Le principe est simple : plus ces-derniers rechargent de trottinettes, plus ils gagnent d’argent. Il faut donc être rapide et parfois un peu aventurier pour en récupérer le plus possible avant les autres, dans des endroits parfois insolites, puis les ramener chez soi avant de les redéployer au petit matin. Une trottinette rechargée peut rapporter entre cinq et dix euros. Mais il faut retirer les frais d’électricité et les charges car ces "juicers" sont le plus souvent des auto-entrepreneurs qui trouvent là un moyen d’arrondir leurs fins de mois.

Face aux nombreuses critiques qui ont éclaté ces derniers mois, notamment sur les réseaux sociaux, les opérateurs ont pris les devants. Lime, leader du secteur, vient d’annoncer qu’il cesserait de faire appel à des auto-entrepreneurs dans la capitale. "À compter du 21 octobre, la société fera désormais exclusivement appel à des prestataires de recharge professionnels, ayant une société établie de type SASU ou SARL, et répondant à de nouveaux standards de qualité et de sécurité avec des lieux de rechargement professionnels, ainsi qu'aux normes environnementales" explique la firme dans un communiqué.

Concurrence accrue

Lime collabore chaque jour avec des dizaines, et jusqu'à une centaine, de juicers en fonction du nombre de trottinettes électriques à recharger. Ceux-ci vont donc devoir se trouver une autre activité ou créer leur propre structure, avec l’aide de la firme, promet-elle. Deux critères seront désormais mis en avant dans le choix des prestataires, l’utilisation des véhicules électriques pour la collecte ainsi que les énergies vertes pour la recharge.

"Lime a conscience de ses responsabilités de leader dans un secteur tout juste naissant. Nous faisons le choix du long terme en investissant dans l’économie locale pour proposer aux Parisien.ne.s un service unique de mobilité douce, particulièrement respectueux des normes environnementales et sociales en vigueur" commente Arthur-Louis Jacquier, General Manager de Lime à Paris.

"Face au bad buzz, les opérateurs sont obligés de bouger, analyse Jocelyn Loumeto, délégué général de la Fédération des Professionnels de la Micro Mobilité. Par rapport à des services de livraison de nourriture par exemple, la concurrence est tellement importante dans ce secteur qu’ils sont obligés de s’aligner avec les meilleures pratiques en termes d’image."

Des incitations au stationnement civique

L’annonce de Lime n’est pas non plus sans lien avec l’appel d’offres que lancera la Mairie de Paris dans quelques mois. Le nombre d’opérateurs de trottinettes en libre-service devrait être limité à deux ou trois, contre une douzaine avant l’été. Certains, comme Bolt, Hive, Wind ou Ufo ont d’ores et déjà suspendu ou arrêté leurs services face aux nouvelles exigences de la Ville et au manque de rentabilité.  

D’autres, comme Voi, installé à Paris cet hiver, a drastiquement baissé le nombre de ses trottinettes, passant de plusieurs milliers à 500. L’opérateur a également mis en place 10 000 zones de stationnement incitatives pour ses utilisateurs. Ceux-ci reçoivent un euro de crédit sur leur application à chaque fois qu'ils se garent dans l'un de ces espaces. Tout est bon pour être dans les petits papiers de la mairie. Car ils sont encore sept opérateurs dans les starting-blocks.  

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Les tensions répétées chez Google poussent des salariés à créer un syndicat

Depuis trois ans, les relations sociales chez Google ne sont pas au beau fixe. Régulièrement des polémiques éclatent entre directions et salariés au sujet de contrats ou de choix stratégiques. Alors que les premiers appellent à préserver l’image de l’entreprise dans les médias, une partie des...

Teletravail pixabay

Le gouvernement assouplit la règle du 100 % télétravail face à la dégradation de la santé mentale des salariés

Alors que la santé mentale des salariés n'a jamais été aussi mauvaise depuis le début de la crise, le gouvernement lâche du lest sur le télétravail. La ministre Elisabeth Borne, qui obligeait tous les salariés dont les tâches peuvent s'effectuer à distance à télétravailler à 100 %, a autorisé un...

Teletravail Jean Castex LE O PIERRE HANS LUCAS HANS LUCAS VIA AFP

Le télétravail, un "héritage positif" du Covid-19 qui devrait perdurer après la crise

Les salariés n'ont jamais été aussi nombreux à télétravailler avec la crise sanitaire. Si le Covid-19 a donné un coup d'accélérateur, Jean Castex espère que cette pratique "survivra à la pandémie". Il a ainsi demandé aux organisations patronales et syndicales de négocier un accord sur le sujet....

Livreur velo iStock piksel

[Les raisons d’y croire] Des livreurs se regroupent pour créer des plateformes locales et indépendantes

Face à l’ubérisation de la livraison, les livreurs se prennent en main en créant leur propre plateforme. C’est le cas dans plusieurs villes : Nantes, Lille, Paris, Angers et maintenant Rennes. Des coopératives qui font figure de petits poucets face aux géants Uber ou Deliveroo mais qui permettent de...