Publié le 23 juillet 2017

SOCIAL

[LE CHIFFRE] 85 % des emplois de 2030 n’existent pas encore

C’est le chiffre étonnant d'une étude de Dell et du think tank "l'Institut du Futur". Selon ses auteurs, 85 % des emplois en 2030 n’existent pas aujourd’hui. En cause, le développement de la numérisation, de la robotisation et de l’intelligence artificielle. Pour le travailleur du futur, le seul moyen de s’adapter sera la mobilité et la capacité à acquérir de nouveaux savoirs rapidement. 

IStock robot humains job automatisation

iStock

La très grande majorité des emplois de demain n’existent pas encore, révèle une récente étude (1) publiée par le constructeur d’ordinateurs Dell et "l'Institut du Futur", un think tank californien.

Selon les auteurs, nous sommes entrés dans la deuxième phase du développement numérique. La première étape se résumait à la simple imitation de la pensée logique. Les prochaines années devraient conduire à la généralisation d'une intelligence artificielle cognitive, capable d'analyser et interpréter des données, de proposer des solutions et de les appliquer. La troisième étape, après 2030, verra l'apparition de "l'être humain virtuel", préviennent les spécialistes.

Mobilité et apprentissage sur le tas 

Face à cette évolution, le travailleur de demain va devoir s’adapter. Il devra d’abord être plus mobile. Selon le Bureau du travail américain, les étudiants d'aujourd'hui seront passés par 8 à 10 emplois à l'âge de 38 ans ! Le travail en free-lance sera également de plus en plus fréquent. Il concernera la moitié de population américaine en 2020. L'étude affirme ainsi qu'à l'avenir, "la capacité à acquérir un nouveau savoir vaudra plus que le savoir déjà appris".

Cette évolution du monde du travail crée d’ores et déjà des incertitudes. Un sondage réalisé par Dell auprès de 4 000 décideurs révèle que "près de la moitié d'entre eux ne sait pas à quoi ressemblera leur industrie d'ici trois ans". 45 % d'entre eux craignent d'être "obsolètes" d'ici trois à cinq ans. Pour s'en sortir, 73% d'entre eux vont dans le numérique.

Concepcion Alvarez @conce1

(1) voir l'étude 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Le modele de l uberisation ne fonctionne plus

La justice remet en cause les principes de l'uberisation

Les clignotants sont au rouge. La Cour d’appel de Paris a estimé que la relation liant un chauffeur à Uber était bien un "contrat de travail". Une décision qui remet en cause la viabilité du modèle économique des plateformes en ligne reposant sur l'autoentrepreneuriat. Deliveroo, Heetch ou Uber vont...

Bougie un an anniversaire gateau pixabay

Le revenu de base vient de souffler sa première bougie en France… et ça continue

Il y a un peu plus d’un an, trois Français étaient tirés au sort pour toucher 1 000 euros par mois … sans contrepartie, ni conditions de revenus. L’initiative, baptisée MonRevenudeBase et lancée par l’écologiste Julien Bayou, avait pour objectif de tester en conditions réelles un revenu de base...

Espace de coworking POC 21 OPHELIA NOOR

[Le chiffre] Le coworking va générer 123 milliards d'euros de retombées économiques en France d’ici 2030

Les espaces de travail flexibles se développent rapidement en France. En quelques années, le nombre de tiers-lieu a explosé en France. Et ça devrait encore s’accélérer avec 8 à 13 % des emplois concernés d’ici 2030. De quoi générer 123 milliards d’euros de retombées économiques en gains de...

Metro bonde flickr

Total, Engie, Axa... Une quinzaine d’entreprises de la Défense s'allient pour désengorger les transports parisiens

Horaires décalés, télétravail ou coworking, covoiturage, vélo… Pendant un an, une quinzaine d’entreprises de La Défense vont déployer plusieurs de ces dispositifs pour désengorger les transports parisiens et lisser les heures de pointe, en partenariat avec La Région. Entre 35 000 et 50 000 salariés...