Publié le 20 avril 2020

SOCIAL

Des présidents de département demandent l’instauration d’un revenu universel

Dix-neuf présidents socialistes de département ont signé une tribune le 12 avril dernier pour réclamer un revenu de base. Il y a un an, ils avaient déjà déposé une proposition de loi visant à expérimenter une telle mesure sur leur territoire. Celle-ci avait été rejetée. Mais aujourd'hui, dans le contexte du coronavirus, le revenu de base revient en force dans le débat.

Revenu universel Andrii Zastrozhnov
Ces 19 présidents de département se mobilisent depuis plusieurs mois pour mettre en place un revenu de base.
@AndriiZastrozhnov

Dix-neuf présidents socialistes de départements réclament l’instauration d’un revenu de base afin de lutter contre la pauvreté dans le contexte de l’épidémie du coronavirus. Cette allocation serait versée "sans contrepartie mais avec un accompagnement renforcé", de façon automatique "pour résoudre le problème du non-recours aux droits", dès 18 ans "pour lutter contre la précarité des plus jeunes", et elle serait dégressive "en fonction des revenus d’activité" et "d’un montant égal au seuil de pauvreté".

"Le revenu de base apparaît (…) comme une solution pour amortir le choc social qui risque de faire basculer nombre de nos concitoyens dans la précarité", écrivent-ils dans une tribune publiée par Le Journal du dimanche 12 avril. "Comme l’a justement dit le président de la République, des décisions de rupture sont aujourd’hui nécessaires. Cette solution solidaire changera le référentiel des solidarités humaines pour redonner aux Françaises et aux Français confiance en un système créé pour leur apporter, à la fois, la sécurité de l’existence et les outils de leur autonomie."

Un débat qui fait le tour du monde

Il y a un an, ces dix-neuf présidents de département avaient rédigé une proposition de loi pour expérimenter localement un revenu de base, en s’appuyant sur les travaux de la Fondation Jean-Jaurès. La majorité présidentielle l'avait rejetée sans aucun débat contre l'avis de nombreux groupes parlementaires de toutes sensibilités. Le coût d’une telle mesure avait alors été estimé entre 4,7 et 7,5 millions d’euros pour un échantillon de 20 000 personnes.

Avec la crise du coronavirus, de nombreux pays à travers le monde envisagent sérieusement de mettre en place un revenu de base. Des débats existent en Espagne, en Allemagne, au Royaume-Uni. Et aux Etats-Unis, Donald Trump a dégainé un plan de relance massif qui inclut le versement d’un chèque d'environ 1 000 dollars par adulte et 500 par enfant, pour les ménages les plus vulnérables.

Pas seulement un pansement

Le revenu universel figure par ailleurs parmi les idées les plus en vogue pour "le jour d'après" la crise du coronavirus, à mi-parcours d'une consultation en ligne proposée par une soixantaine de parlementaires emmenés par les députés ex-LREM Matthieu Orphelin et Paula Forteza, ainsi que par le "marcheur" de l'aile gauche Aurélien Taché. Une synthèse de la consultation sera rendue publique avant mi-mai. Vingt mesures seront portées par les parlementaires dans un plan d'action post-crise, promettent-ils.

Les défenseurs d’un "vrai" revenu de base (versé à chacun, sans conditions de ressources) appellent toutefois à être vigilants. "Le revenu de base apporterait en effet une sécurité à tous, mais il ne doit pas servir seulement de pansement pour endiguer la crise actuelle", prévient Elena Ambuhl du Mouvement français pour un revenu de base (MRFB). "Sa mise en place doit impérativement s’accompagner d’un débat démocratique sur ses conditions de mise en œuvre au regard de la société que l’on souhaite voir émerger".

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Travail semaine quatre jours krakenimages on Unsplash

France, Islande, Royaume-Uni : La semaine de quatre jours, une tendance qui perce partout dans le monde

Après l’Espagne, l’Islande ou la Nouvelle-Zélande, la très libérale Grande-Bretagne expérimente la semaine de quatre jours. En ce mois de juin, 3000 employés, issus de 60 entreprises britanniques vont travailler sur quatre jours, sans perte de salaire. Au Japon aussi, l’idée fait son chemin, tout...

Startup istock

L’affaire Claire Despagne, symbole des dérives des start-up, enflamme les réseaux sociaux

C'est un bad buzz de taille qu'a généré Claire Despagne. Dans une interview, la fondatrice de la marque D+ For Care a déploré que le temps de travail des stagiaires soit limité à 35 heures, fustigeant ceux qui refusent de "travailler 80 heures". Des déclarations, tournées à la dérision sur Twitter,...

Amazon

En France et aux États-Unis, un vent de révolte historique se lève chez Amazon

Alors que Jeff Bezos, fondateur d’Amazon, s’est lancé dans une course au spatial, ses salariés veulent le faire revenir sur Terre ! En France, tous les entrepôts du géant du commerce en ligne sont bloqués par des mobilisations salariales. Outre-Atlantique, un mouvement historique a permis la...

Amandine Lebreton FNH Pacte du pouvoir de vivre 03

Amandine Lebreton, Pacte du pouvoir de vivre : "Le travailler plus pour gagner plus fait oublier les richesses des autres temps de vie"

À l’occasion de l’élection présidentielle, Novethic se penche sur ces débats oubliés, ceux qui n’occupent pas le terrain médiatique mais qui sont pourtant vitaux. Zoom aujourd'hui sur les temps de vie et la place du travail, avec une proposition originale du Pacte du pouvoir de vivre, dont Amandine...