Publié le 05 janvier 2015

SOCIAL

Congés illimités, une fausse bonne idée ?

Prendre autant de jours de congé que l’on veut, quand on veut. Ce rêve est devenu réalité dans plusieurs firmes anglo-saxonnes. Pourtant, derrière une apparence flatteuse, le système cache sa part de perversité. Présenté comme une avancée sociale, il constitue surtout un outil de performance pour les entreprises, qui voient la productivité de leurs employés augmenter. Déjà, le modèle fait  officieusement ses premiers pas en France.

Image d'illustration
© iStock

Les congés illimités se taillent un franc succès outre-Atlantique. Là-bas, près de 1% des entreprises ont déjà mis en place un tel système. Cette nouvelle organisation du travail fait même des émules ailleurs, comme le montre la récente annonce du PDG de Virgin, Richard Branson. Sur son blog, il explique: "C’est à l’employé de choisir le moment et de décider de prendre quelques heures, une journée, une semaine ou un mois, du moment qu’il est certain à 100% que lui et son équipe sont à jour sur chaque projet, et que leur absence ne nuira ni au business de l’entreprise ni à sa carrière."

 

Risque d’appauvrissement de l’activité

 

Qu’elles se nomment Netflix, IBM, Tumblr ou Foursquare, ces entreprises avancent toutes le même argument pour expliquer ce choix: favoriser un meilleur équilibre entre la vie personnelle et la vie professionnelle. Sauf que, en pratique, le lien de cause et effet n’est pas évident. "Sur les congés illimités, on optimise un critère, celui de la vitesse d’exécution", explique Pascale Levet, directrice technique et scientifique de l’Anact (Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail).

Autrement dit, ce système amène les salariés à augmenter leur productivité pour réussir à mener à bien leurs projets le plus rapidement possible, condition sine qua non pour pouvoir puiser dans le flot illimité de jours de congé. Pascale Levet va plus loin: "Avant, le seul système productif où il fallait aller vite, c’était le travail à la pièce ! Là, l’objectif est le même, même si l’initiative semble très moderne ! Mais l’idéal du salarié qui maximise son temps de vacances grâce à une plus grande vitesse d’exécution est une illusion : ce n’est bon ni pour lui, ni pour le collectif, qui a besoin de temps pour donner le meilleur !  Le risque alors, c’est l’appauvrissement de l’activité."

 

Bousculer près d’un siècle de luttes sociales

 

En France, la mise en place de congés illimités est impossible puisque le nombre de jours de vacances est fixé par la loi. Il n’empêche que certaines initiatives officieuses ont déjà vu le jour dans l’Hexagone. La preuve avec la start-up Evercontact, qui s’est elle aussi inspirée du modèle Netflix.

Dans un reportage diffusé en juillet 2013 sur BFM, le fondateur de l’entreprise, Philippe Laval, expliquait: "Chaque employé peut prendre autant de vacances qu’il veut (…) On part quand on veut dans la limite du travail à faire. Comptablement, pour gérer ça, on enlève 2 jours et demi par mois à chaque employé quoi qu’il se passe." Ce système est surtout profitable à l’entreprise puisque, comme le note une salariée dans ce même sujet, "j’en prends moins (des congés NDLR) que si j’étais dans une boîte normale". Dans une interview accordée récemment à La Tribune, Philippe Laval a reconnu les limites du système: "La structure de mon entreprise est particulièrement favorable à ce modèle. Nous sommes une dizaine. Tous les employés sont des cadres autonomes, rémunérés selon le régime du forfait jour, et les profils individuels composant nos équipes sont variés: si, par exemple, nous n’employions que des parents, des difficultés lors des vacances scolaires seraient inévitables."

Malgré les risques, l’Anact ne voit pas que des inconvénients à l’émergence des "congés illimités". Pour Pascale Levet, ils sont le signe d’une évolution vers un nouvel équilibre des temps de vie: "Cela prouve que les entreprises cherchent des alternatives à un modèle arrivé à bout de souffle. J’aime l’idée de mettre un pavé dans la marre. Et ce modèle présage de vraies innovations sociales qui tiennent compte de l’équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle." 

Céline Oziel
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Argent billets 500 revenu de base pixabay

L’Italie lance son revenu citoyen, sorte de revenu de base limité

Depuis le 6 mars, les Italiens vivant sous le seuil de pauvreté, fixé à 780 euros dans la péninsule, peuvent déposer un dossier pour bénéficier du revenu citoyen, principale promesse de campagne du Mouvement 5 étoiles (M5S). Mais au fil des mois, la mesure a été revue à la baisse et est désormais...

Le modele de l uberisation ne fonctionne plus

La justice remet en cause les principes de l'uberisation

Les clignotants sont au rouge. La Cour d’appel de Paris a estimé que la relation liant un chauffeur à Uber était bien un "contrat de travail". Une décision qui remet en cause la viabilité du modèle économique des plateformes en ligne reposant sur l'autoentrepreneuriat. Deliveroo, Heetch ou Uber vont...

Bougie un an anniversaire gateau pixabay

Le revenu de base vient de souffler sa première bougie en France… et ça continue

Il y a un peu plus d’un an, trois Français étaient tirés au sort pour toucher 1 000 euros par mois … sans contrepartie, ni conditions de revenus. L’initiative, baptisée MonRevenudeBase et lancée par l’écologiste Julien Bayou, avait pour objectif de tester en conditions réelles un revenu de base...

Espace de coworking POC 21 OPHELIA NOOR

[Le chiffre] Le coworking va générer 123 milliards d'euros de retombées économiques en France d’ici 2030

Les espaces de travail flexibles se développent rapidement en France. En quelques années, le nombre de tiers-lieu a explosé en France. Et ça devrait encore s’accélérer avec 8 à 13 % des emplois concernés d’ici 2030. De quoi générer 123 milliards d’euros de retombées économiques en gains de...