Publié le 09 novembre 2017

SOCIAL

À quoi sert l’expérimentation sur le revenu de base lancée en France ?

1 000 euros tous les mois pendant un an. L’expérimentation sur le revenu de base qui vient d’être lancée en France rencontre déjà un certain succès. En moins d’une semaine, 50 000 personnes se sont inscrits au tirage au sort qui doit désigner l’heureux élu et plus de deux revenus de base ont déjà été financés grâce à la campagne de crowdfunding. Le but ? Mettre le sujet sur la table et convaincre le gouvernement de voter une loi afin d’ouvrir la voie à une expérimentation nationale. 

Et vous que feriez vous avec 1000 euros
L'initiative collaborative sur le revenu de base en France ouvre la voie à une expérimentation nationale.
Capture d'écran

La barre des 26 000 euros a été franchie en à peine une semaine. De quoi financer au moins deux revenus de base lors du tirage au sort fixé pour le 6 décembre prochain. Plus de 50 000 personnes s'y sont inscrites. L’association Monrevenudebase (1), lancée par Julien Bayou, le porte-parole d’Europe-Ecologie Les Verts, a importé dans l’Hexagone une expérimentation menée depuis trois ans en Allemagne . Celle ci a déjà permis de financer 119 revenus de base outre-Rhin.

Le principe est simple. 1 000 euros par mois sont versés pendant un an à une personne tirée au sort. Sans distinction de ressources. Pour s’inscrire, il faut en revanche habiter en France et être majeur. Le financement est assuré par du crowdfunding. À chaque fois que le palier de 12 000 euros est atteint, une personne est désignée et ainsi de suite. La campagne de financement participatif lancée le 2 novembre a déjà réuni 853 donateurs. Et le premier revenu de base a été financé 24 heures seulement après son lancement officiel!

"Mener une vie plus saine"

"Nous avons été débordés par l’engouement, confie Julien Bayou, également conseiller régional en Ile-de-France. Notre objectif est de mettre le débat sur la table, d'interpeller l’opinion publique sur ce sujet et de faire la preuve que c’est possible". À chaque inscription, les participants peuvent expliquer ce qu’ils feraient avec ces 1 000 euros. Pour l’instant, 15 000 réponses ont été recueillies. La moyenne d’âge des répondants est de 37 ans. Et 53 % sont des femmes.

Nicolas, 36 ans, explique ainsi qu’il financera "des activités extra-scolaires à ses enfants" avec cet argent. Christine quant à elle réduirait son temps de travail (80 %) pour "consommer autrement, faire du sport, prendre soin d’elle, s’engager et faire du bénévolat". Sarah en profiterait pour "mener une vie plus saine, moins centrée sur le travail".

Vers une expérimentation nationale ?

Les gagnants mais aussi les participants pourront également, toujours de façon volontaire, répondre à un autre questionnaire sur qui ils sont. Toutes ces données seront ensuite analysées par une chercheuse, Suzanne Bellue, qui apporte une caution scientifique à l’expérience. "L’échantillon est énorme et constitue une importante source d’informations, explique-t-elle. Nous allons valoriser ces témoignages qui resteront anonymes afin de comprendre ce que change vraiment le revenu de base et tirer des enseignements sur le rapport au bien-être et au travail." 

Le MFRB (Mouvement français pour un revenu de base) soutient également l’initiative. Pour Nicole Teke, coordinatrice internationale au sein de l’organisation, "s’il y a forcément des biais - temporels et de sélection - cette initiative permet à chacun de se sentir concerné par les possibilités qu’offre le revenu de base et ouvre la voie à une expérimentation à l’échelle nationale." "Le revenu de base prend de l’ampleur. En France, plusieurs élus nous ont contactés car ils souhaitent pouvoir expérimenter le revenu de base sur leurs territoires, ajoute-elle. Mais pour cela, il nous faut une loi qui les autorise à le faire et donc convaincre le gouvernement. Au risque que la France ne soit à la traîne." 

La Finlande expérimente le revenu de base depuis le début de l’année sur 2 000 chômeurs. Les Pays-Bas, l’Écosse ou encore la ville de Barcelone s’apprêtent également à lui emboîter le pas. "Le revenu de base doit dépasser les clivages droite-gauche, comme la sécurité sociale qui avait été voté à l’unanimité au Parlement au sortir de la guerre" lance Nicole Teke.  

Concepcion Alvarez @conce1

(1) Monrevenudebase.fr

 

 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Le modele de l uberisation ne fonctionne plus

La justice remet en cause les principes de l'uberisation

Les clignotants sont au rouge. La Cour d’appel de Paris a estimé que la relation liant un chauffeur à Uber était bien un "contrat de travail". Une décision qui remet en cause la viabilité du modèle économique des plateformes en ligne reposant sur l'autoentrepreneuriat. Deliveroo, Heetch ou Uber vont...

Bougie un an anniversaire gateau pixabay

Le revenu de base vient de souffler sa première bougie en France… et ça continue

Il y a un peu plus d’un an, trois Français étaient tirés au sort pour toucher 1 000 euros par mois … sans contrepartie, ni conditions de revenus. L’initiative, baptisée MonRevenudeBase et lancée par l’écologiste Julien Bayou, avait pour objectif de tester en conditions réelles un revenu de base...

Espace de coworking POC 21 OPHELIA NOOR

[Le chiffre] Le coworking va générer 123 milliards d'euros de retombées économiques en France d’ici 2030

Les espaces de travail flexibles se développent rapidement en France. En quelques années, le nombre de tiers-lieu a explosé en France. Et ça devrait encore s’accélérer avec 8 à 13 % des emplois concernés d’ici 2030. De quoi générer 123 milliards d’euros de retombées économiques en gains de...

Metro bonde flickr

Total, Engie, Axa... Une quinzaine d’entreprises de la Défense s'allient pour désengorger les transports parisiens

Horaires décalés, télétravail ou coworking, covoiturage, vélo… Pendant un an, une quinzaine d’entreprises de La Défense vont déployer plusieurs de ces dispositifs pour désengorger les transports parisiens et lisser les heures de pointe, en partenariat avec La Région. Entre 35 000 et 50 000 salariés...