Publié le 10 avril 2020

POLITIQUE

Coronavirus : Les ministres des Finances européens finissent par s’accorder sur un plan d’aide à 540 milliards d’euros

Il leur aura fallu deux réunions, espacées d’une journée, pour enfin se mettre d’accord sur une réponse commune aux dégâts économiques engendrés par la pandémie. Les ministres des Finances européens, réunis au sein de l’Eurogroupe, se sont accordés sur trois dispositifs de financement du chômage partiel, des entreprises et des États en difficulté pour un montant pouvant atteindre 540 milliards. Un plan de relance est également sur la table, mais son financement est remis à plus tard. 

Mario Centeno Eurogroupe UE
Le 9 avril, Mario Centeno, le président de l'Eurogroupe et ministre des Finances portugais, a réussi à trouver un accord sur un plan commun européen.
@UE

La deuxième séance s’est mieux terminée que la première. Les ministres des Finances européens, réunis dans le cadre de l’Eurogroupe, ont tenu un conseil jeudi 9 avril pour trouver un accord sur la stratégie de soutien de l’économie dans le cadre de la crise du coronavirus. Elle faisait suite à l’échec fracassant de la réunion initiale, tenue dans la nuit de mardi à mercredi.

Cette fois, les ministres des finances ont réussi à se mettre d’accord sur un plan qui pourrait atteindre 540 milliards d’euros pour faire face à l’arrêt brutal de l’économie. La Commission européenne soutiendra les mesures de chômage partiel à hauteur de 100 milliards d’euros, la BEI garantira jusqu’à 200 milliards d’euros de prêts aux entreprises, et le Mécanisme Européen de Stabilité (MES) ouvrira des lignes de crédit aux États en difficulté jusqu’à 240 milliards d’euros.

Un plan accueilli favorablement par Charles Michel, Président du Conseil européen, l'organe qui réunit les chefs d'État. "Cet accord de l'Eurogroupe est une avancée significative, a-t-il déclaré. Avec ces mesures sans précédent, nous assumons ensemble le fardeau de la crise." Les chefs d'État européens se réuniront le 23 avril pour discuter de l'accord obtenu par les ministres des Finances.

Compromis sur les points de discorde

Les points de discorde, qui ont conduit à l’échec de la réunion du 7 avril, ont donc été aplanis. Moyennant quelques compromis... Les Pays-Bas faisaient en effet barrage d’une part sur les conditions dans lesquels le Mécanisme Européen de Stabilité pourrait financer les États en difficulté, et d’autre part sur toute idée de mutualisation de la dette des États.

Sur le premier point, les ministres européens ont fini par s’accorder sur un assouplissement des conditions d’accès au MES. Ce dispositif, créé pour venir en aide à la Grèce lors de la crise de la dette publique, est normalement assorti d’exigences strictes sur la gestion des États pour les contraindre à réduire leurs dépenses. Exigences que des pays comme l’Italie ou l’Espagne rejetaient dans le cadre de la crise actuelle. Le compromis trouvé permet finalement de s’affranchir de ces conditions. En revanche, les États membres ne pourront utiliser ces lignes de crédit que pour financer leur système de santé, les traitements et la prévention du Covid-19.

Pas de dette commune

Sur la mutualisation des dettes, l’accord est plus timide. Bruno Le Maire, le ministre des Finances français, proposait la création d’un fonds de solidarité abondé par l’émission d’une dette de la Commission européenne. Idée qui ne plaît pas du tout aux néerlandais, qui refusent toute création de dette commune. Sur ce point, la réunion du 9 avril s’est donc soldée par une décision remise à plus tard.

Les ministres déclarent en effet vouloir créer un "Recovery Fund", un fonds de relance pour l’après crise, mais sans rien dire sur son financement. "Des États membres ont exprimé l’idée qu’il devrait être atteint par l’émission d’une dette commune ; d’autres États membres disent que des moyens alternatifs devraient être trouvés", s’est contenté de déclarer Mario Centeno, le président de l’Eurogroupe et ministre des Finance portugais.

Sur ce point précis, la victoire affichée par les pays du Sud est donc plus diplomatique que pratique. L’idée d’une dette commune aux États européens demeurent encore éloignée.

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Les ministres des finances européens peinent à faire front commun contre le coronavirus

Ils ont passé la nuit à négocier sur des dispositifs de soutien à l’économie, sans succès. Les ministres des Finances européens, réunis dans l’Eurogroupe, n’ont pas encore réussi à s’accorder sur un plan commun. L’idée d’une dette commune, émise notamment par la France, demeure un point...

Coronavirus : la France relève son plan d’urgence de 45 à 100 milliards d’euros

Alors que la France va voir son PIB 2020 chuter d'au moins 6 %, soit la pire récession depuis la Seconde guerre mondiale, le gouvernement vient d'annoncer le doublement de son plan d'urgence. Destiné à soutenir les entreprises face au Coronavirus, il passe de 45 à 100 milliards d'euros. No...

Face à la crise du Covid-19, les stratégies des entreprises les plus responsables et durables sont payantes

Depuis le début de la crise, les entreprises ayant les meilleures notations environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) ont montré une plus forte résistance au choc économique et financier actuel. Une preuve empirique de la pertinence de la RSE (responsabilité sociétale...

Coronavirus : les travailleurs ubérisés exposés à tous les risques

Depuis trois semaines, la France entière est confinée. Outre les soignants, agriculteurs, éboueurs, policiers, caissières, qui sont vitaux au bon fonctionnement de la société, il y a d'autres travailleurs qui continuent de risquer leurs vies pour des activités qui sont très loin d'être...

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Constitution @Erasoft24 Creative Commons

L'intégration de la protection de l'environnement dans la Constitution est menacée... et ce n’est pas si grave

La tenue d'un référendum pour intégrer la préservation de l'environnement dans l'article 1er de la Constitution était l'une des propositions phares de la Convention citoyenne. En votant un texte différent de celui de l'Assemblée nationale le 10 mai, le Sénat éloigne la possibilité d'organiser le...

Macron devant les 150 citoyens de la CCC elysee

Référendum sur le climat : une bataille s’engage entre l’Élysée et le Sénat

D’ici la fin de l’année, l’Élysée veut organiser un référendum. Il s’agit d’inscrire dans la Constitution le fait que la France garantisse la protection de l’Environnement. Mais le Sénat rejette le verbe "garantir" jugé trop contraignant et lui préfère le verbe préserver. Impossible selon des...

IStock @SomeMeans Chine Europe

Ouïghours : l'Union européenne suspend les discussions avec la Chine sur l'accord d'investissement

L'Europe durcit sa position sur la situation des Ouïghours en Chine. La Commission a mis entre parenthèses début mai la ratification d'un accord sur les investissements avec la Chine dans un contexte d'escalade des tensions entre les deux blocs. Alors que l'Europe a déjà appliqué des sanctions en...

Liquidation ACHT

[Édito] Les territoires, négligés par la bataille électorale des Régionales, ont besoin d’un avenir durable

L’agitation politique autour des élections régionales s’accroît, mais la relance des territoires oubliés reste peu évoquée. Pourtant, c’est une condition importante pour redonner du souffle à l’économie française. 70 % de la population y vit alors qu’elle capte moins de 20 % de la croissance. Du...