Publié le 31 août 2020

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

[Vidéo] Fusillade à Kenosha : le patron de Facebook reconnait une erreur

Alors que Facebook est pris pour cible par des centaines d'entreprises boycottant le réseau social pour sa trop faible modération des contenus haineux, la mort de deux militants antiracistes à Kenosha aux États-Unis remet de l'huile sur le feu. Une page créée par une milice, et signalée par les internautes, appelait en effet à prendre les armes contre ces militants. Mis sous pression par ses employés, Mark Zuckerberg, le fondateur du réseau social, a fait son mea culpa dans une vidéo et évoque une "erreur opérationnelle". 

Le patron de Facebook a évoqué une "erreur opérationnelle" alors qu'une page appelant à prendre les armes contre des manifestants anti-racistes n'a pas été supprimée.
@Facebook

La colère ne retombe pas. Depuis le 24 août, date à laquelle un policier blanc a tiré sept fois à bout portant dans le dos d’un homme noir à Kenosha dans le Wisconsin, les manifestations et les violences se poursuivent. Le 26 août, deux manifestants anti-racistes, liés au mouvement Black Lives Matter, sont morts, tués par balle, et une autre personne a été blessée. Or, selon Buzzfeed, qui a eu accès à un rapport interne de Facebook, une page intitulée Kenosha Guard avait été créée sur le réseau social et appelait à prendre les armes contre les manifestants antiracistes.

Cette page, qui n’a été supprimée que le soir de la mort des manifestants, avait pourtant été signalée des centaines de fois sur le réseau social. Interrogé par ses employés, le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, a reconnu dans une vidéo publiée le 29 août une "erreur opérationnelle". 

"C'est parce que l'équipe qui applique notre politique contre les organisations dangereuses est une équipe spécialisée", a-t-il expliqué. "Les sous-traitants et les examinateurs vers lesquels les plaintes initiales ont été acheminées n'ont fondamentalement pas relevé cela, et lors du deuxième examen, le faisant avec plus de sensibilité, l'équipe responsable des organisations dangereuses a reconnu que la page enfreignait notre politique", a-t-il souligné.  

Des centaines d'entreprises boycottent Facebook

Si Mark Zuckerberg a souligné qu’il n’existait aucune preuve que le "tireur suivait la page Kenosha Guard ou était lié à l’événement", il a reconnu que "cette page et cet événement violaient notre nouvelle politique en place depuis deux semaines, qui visait QAnon (un mouvement conspirationniste pro Trump, NDR) et les milices dont nous redoutions qu'ils tentent d'organiser des violences". Depuis quelques semaines en effet, Facebook, sous la pression des internautes et des politiques, a décidé de changer sa politique de modération. 

Mark Zuckerberg, au nom de la liberté d’expression, modérait jusqu’ici au minimum les contenus haineux, les fake news, les appels à la violence… Mais après la mort de George Floyd et l’explosion du mouvement Black Lives Matter, le réseau social a été sommé de modérer davantage les messages haineux et racistes. Il a même été la cible d’un mouvement d’ampleur d’entreprises, d’Unilever à Coca-Cola en passant par Patagonia ou Ben & Jerry’s, boycottant leurs publicités sur la plateforme. Ce mouvement baptisé #StopHateForProfit, un appel à arrêter de faire des profits sur le dos de la haine, a commencé à faire plier Facebook, touché au portefeuille. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Pire patron au monde CSI

Découvrez le pire patron du monde, devant Jeff Bezos

Virer près de 800 personnes en moins de 30 secondes chrono, c'est la "prouesse" qu'a réalisée Peter Hebblethwaite, à la tête de P and O Ferries, une compagnie qui assure notamment des liaisons entre la France et le Royaume-Uni. Cela lui a valu le titre de "pire patron du monde" décerné par la...

Meta Facebook CHRIS DELMASAFP

Meta, la maison-mère de Facebook, peine à convaincre avec le métavers et se sépare de 11 000 salariés

Facebook n’enchaîne plus les succès. Le réseau social, rebaptisé Meta, a enchaîné les controverses ces dernières années sur l’utilisations des données personnelles. Aujourd’hui, son modèle fait moins recette. Mark Zuckerberg a annoncé un vaste plan social, concernant 11 000 salariés du groupe, en...

Tudiants poussent les entreprises a repondre a l urgence climatique Istock 02

À Polytechnique, la fronde des diplômés contre l’implantation de LVMH sur le campus

Après avoir manifesté contre l'implantation de TotalEnergies au sein de leur campus, d’anciens élèves de Polytechnique ciblent désormais LVMH. Le numéro 1 mondial du luxe voudrait y installer un centre de recherche dédié au "luxe durable et digital". Du greenwashing pour ses opposants qui appellent...

Nestle jpg

Œufs Kinder, pizzas Buitoni, fromages Lactalis contaminés : quand la rentabilité prime sur la sécurité

Après les pizzas Buitoni, filiale du groupe Nestlé, contaminées par la bactérie Escherichia coli (E.coli), les chocolats Kinder du géant Ferrero infectés par la salmonelle, c’est au tour de fromages du groupe Lactalis d’être porteurs de la listeria. Résultat : la confiance des consommateurs dans...