Publié le 31 août 2020

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

[Vidéo] Fusillade à Kenosha : le patron de Facebook reconnait une erreur

Alors que Facebook est pris pour cible par des centaines d'entreprises boycottant le réseau social pour sa trop faible modération des contenus haineux, la mort de deux militants antiracistes à Kenosha aux États-Unis remet de l'huile sur le feu. Une page créée par une milice, et signalée par les internautes, appelait en effet à prendre les armes contre ces militants. Mis sous pression par ses employés, Mark Zuckerberg, le fondateur du réseau social, a fait son mea culpa dans une vidéo et évoque une "erreur opérationnelle". 

Le patron de Facebook a évoqué une "erreur opérationnelle" alors qu'une page appelant à prendre les armes contre des manifestants anti-racistes n'a pas été supprimée.
@Facebook

La colère ne retombe pas. Depuis le 24 août, date à laquelle un policier blanc a tiré sept fois à bout portant dans le dos d’un homme noir à Kenosha dans le Wisconsin, les manifestations et les violences se poursuivent. Le 26 août, deux manifestants anti-racistes, liés au mouvement Black Lives Matter, sont morts, tués par balle, et une autre personne a été blessée. Or, selon Buzzfeed, qui a eu accès à un rapport interne de Facebook, une page intitulée Kenosha Guard avait été créée sur le réseau social et appelait à prendre les armes contre les manifestants antiracistes.

Cette page, qui n’a été supprimée que le soir de la mort des manifestants, avait pourtant été signalée des centaines de fois sur le réseau social. Interrogé par ses employés, le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, a reconnu dans une vidéo publiée le 29 août une "erreur opérationnelle". 

"C'est parce que l'équipe qui applique notre politique contre les organisations dangereuses est une équipe spécialisée", a-t-il expliqué. "Les sous-traitants et les examinateurs vers lesquels les plaintes initiales ont été acheminées n'ont fondamentalement pas relevé cela, et lors du deuxième examen, le faisant avec plus de sensibilité, l'équipe responsable des organisations dangereuses a reconnu que la page enfreignait notre politique", a-t-il souligné.  

Des centaines d'entreprises boycottent Facebook

Si Mark Zuckerberg a souligné qu’il n’existait aucune preuve que le "tireur suivait la page Kenosha Guard ou était lié à l’événement", il a reconnu que "cette page et cet événement violaient notre nouvelle politique en place depuis deux semaines, qui visait QAnon (un mouvement conspirationniste pro Trump, NDR) et les milices dont nous redoutions qu'ils tentent d'organiser des violences". Depuis quelques semaines en effet, Facebook, sous la pression des internautes et des politiques, a décidé de changer sa politique de modération. 

Mark Zuckerberg, au nom de la liberté d’expression, modérait jusqu’ici au minimum les contenus haineux, les fake news, les appels à la violence… Mais après la mort de George Floyd et l’explosion du mouvement Black Lives Matter, le réseau social a été sommé de modérer davantage les messages haineux et racistes. Il a même été la cible d’un mouvement d’ampleur d’entreprises, d’Unilever à Coca-Cola en passant par Patagonia ou Ben & Jerry’s, boycottant leurs publicités sur la plateforme. Ce mouvement baptisé #StopHateForProfit, un appel à arrêter de faire des profits sur le dos de la haine, a commencé à faire plier Facebook, touché au portefeuille. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Zemmour Eric CNEWS

Mineurs isolés : le groupe SOS dépose plainte contre CNews pour injures et incitation à la haine raciale

À la suite des propos tenus par Éric Zemmour sur CNews sur le fait que les jeunes issus de l’immigration soient "tous des voleurs et des assassins", le Groupe SOS a annoncé porter plainte contre le polémiste et la chaîne télévisée. En tant qu’accompagnateur de plus de 2500 mineurs isolés chaque...

Thomas cook

En pleine crise du tourisme, Thomas Cook renaît de ses cendres

Fini les centaines d'agences de voyage à travers le monde, les milliers d'employés, les avions... le voyagiste Thomas Cook, déclaré en faillite il y a un an, renaît de ses cendres et se transforme. Le groupe opère enfin son virage numérique et promet de ne pas encaisser le paiement des voyageurs...

BNP Paribas

BNP Paribas sous le coup d’une enquête judiciaire pour complicité de crime contre l’humanité au Soudan

Près d’un an après le dépôt d’une plainte avec constitution de partie civile par la FIDH, la Ligue des droits de l’homme (LDH) et neuf militants soudanais, une information judiciaire a été ouverte au tribunal de Paris contre la banque. Les associations plaignantes accusent la banque d’avoir fourni...

Mignonnes netflix cuties Netflix

[Édito] Netflix : le passage du risque de réputation à la "cancel culture" se paie cher

La polémique américaine sur la diffusion par Netflix de Mignonnes, le film de Maimouna Doucouré, a entraîné un mouvement de boycott cristallisé sur le hashtag #CancelNetflix. Cela lui a fait perdre des abonnés et a aussi entrainé une chute boursière de cette valeur digitale dont le modèle repose sur...