Publié le 11 avril 2019

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Monsanto condamnée après l’intoxication de l’agriculteur Paul François

Rien ne va plus pour Monsanto. La firme vient de perdre sa troisième bataille judiciaire contre Paul François, un agriculteur qui l'accuse d'être responsable de son intoxication au Lasso, un désherbant désormais interdit en France. L'entreprise, récemment rachetée par Bayer, est la cible de milliers de plaintes partout dans le monde. Jamais elle n'a autant été mise sous pression. 

Le montant de l'indemnisation n'a pas encore été fixé.
©CC0

C’est une nouvelle bataille gagnée pour l’agriculteur français Paul François. Pour la troisième fois, la justice lui a donné raison, ce jeudi 11 avril, dans la quête judiciaire qu’il mène face à la firme américaine Monsanto, filiale du groupe allemand Bayer, depuis son intoxication en 2004 par un désherbant nommé Lasso.

"Monsanto a été reconnu responsable du dommage causé à Paul François", a annoncé la cour, précisant avoir pris cet arrêt sur le fondement de "la responsabilité du fait de produits défectueux", comme réclamé par la cour de cassation. Dans son arrêt, dont l'AFP a obtenu copie, la cour reproche à Monsanto "de ne pas avoir sur l'étiquetage et/ou l'emballage du produit apposé une mention sur la dangerosité spécifique des travaux dans les cuves et réservoirs".

Coma, maux de tête, incapacité de travail

Concrètement, la cour estime que Monsanto n’a pas correctement informé l’exploitant agricole des effets nocifs du produit. Depuis 2004, Paul François souffre de graves troubles neurologiques (maux de tête, pertes de connaissance, hospitalisation), il a été victime de comas à répétition, l’empêchant parfois de se lever et de travailler. Le Lasso, produit qu’il a inhalé, a été interdit en 2007 en France.

Reste que dans cette affaire Monsanto a la possibilité de se pouvoir une nouvelle fois en cassation. L'avocat de la firme, Jean-Daniel Bretzner, a regretté cet arrêt devant la presse, affirmant qu'il "engage la responsabilité du producteur, or Monsanto France n'a jamais rien produit. Le producteur est la société Monsanto Europe. C'est une société tierce dans cette procédure".

Des milliers de procédures en cours dans le monde

"Même si Monsanto peut former un pourvoi contre cette décision, cette victoire est très encourageante pour toutes les victimes des pesticides qui ont lancé des procédures juridiques en France — la famille Grataloup par exemple — et ailleurs dans le monde", a déclaré Nadine Lauverjat, en charge de la campagne sur les victimes des pesticides à Générations Futures.

Monsanto vient tout juste d’être reconnue coupable, par un jury fédéral américain, du cancer d’un agriculteur retraité attribué au Roundup, le désherbant phare de la firme dont le principal agent actif est le glyphosate. Au mois d’août, l’entreprise a également été condamné pour un procès similaire. Au total,  plus de 11 200 procédures ont déjà été recensées rien qu’aux États-Unis, provoquant une chute en bourse de Bayer. Son action a atteint son plus bas niveau depuis plus de six ans, portant à plus de 45 % ses pertes depuis juin 2018.

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Carlos Ghosn Renault retraite Liban JosephEid AFP

Aux prud'hommes, Carlos Ghosn réclame 250 000 euros de retraite à Renault

En plein débat sur la réforme des retraites en France, Carlos Ghosn est bien décidé à recevoir la sienne au titre de ses années chez Renault. Il y a en jeu 250 000 euros, que la marque refuse de verser à son ancien parton.

Village palestinien de Nahalin et le bloc de colonies de Gush Etzion What 4

Une liste de 112 sociétés liées aux colonies israéliennes publiée par l’ONU

L’ONU a publié mercredi 12 février le nom de 112 sociétés ayant des activités dans les colonies israéliennes, considérées comme illégales par le droit international. Cette liste, annoncée il y a quatre ans, inclut Alstom, Airbnb, Expedia et TripAdvisor. Cette logique de "name and shame" dans le...

Sanofi mis en examen dans le scandale de la Dépakine

Après plus de trois années d'enquête, les juges chargés de l'enquête sur la commercialisation de l'antiépileptique Dépakine ont mis Sanofi en examen pour "tromperie aggravée et "blessures involontaires", a annoncé le groupe pharmaceutique lundi 3 février.

France Telecom Dider Lombard LionelBonaventure AFP

[Décryptage] France Telecom : la justice consacre le harcèlement institutionnel

Les trois anciens dirigeants de France Telecom, PDG, numéro 2 et DRH ont été condamnés le 20 décembre à la peine maximale pour harcèlement moral : un an de prison et 15 000 euros d'amende. La justice consacre ainsi le "harcèlement institutionnel" qui a fait une quarantaine de victimes dont 19...