Publié le 28 mars 2019

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Glyphosate : nouveau revers pour Monsanto, condamné pour le cancer d’un agriculteur américain

C’est un nouveau revers et peut-être le procès de trop, que Monsanto vient de perdre. L’entreprise, rachetée par Bayer, a été reconnue coupable, par un jury fédéral américain, du cancer d’un agriculteur retraité attribué au Roundup, le désherbant phare de Monsanto, et dont le principe actif est le glyphosate. La firme est condamnée à lui verser 81 millions dollars. Mais a déjà annoncé faire appel. 

Pesticide glyphosate palmares
Le Roundup, produit phare de Monsanto, et dont le principe actif est le glyphosate, pourrait valoir à Bayer, qui a rachété le groupe, des milliards de dollars en condamnation judiciaire.
@pixabay

81 millions de dollars. C’est le montant des dommages et intérêts que doit verser Monsanto à un agriculteur retraité souffrant d’un cancer qu’il attribue au Roundup, le désherbant vedette du groupe qu’il a utilisé pendant 25 ans, selon un jury fédéral américain. Celui-ci estime que l’entreprise, rachetée par Bayer en 2018, n’a pas agi de bonne fois pour prévenir les usagers du risque potentiellement cancérigène de son produit, à base de glyphosate.

La semaine dernière, le jury avait tranché sur le fait que le Roundup était un facteur substantiel du cancer de l'agriculteur retraité, Edwin Hardeman. Dans une deuxième phase, ils ont examiné la responsabilité de Monsanto et estimé que le Roundup avait un "défaut de conception", qu'il "manquait d'avertissements" sanitaires sur les risques et que Monsanto avait été "négligent". Parmi les dommages auxquels la firme est condamnée, 75 millions de dollars sont considérés comme des dommages "punitifs" destinés à punir le groupe pour sa conduite.

Un procès référence

Ce nouveau procès perdu, quelques mois après un autre en août, à San Francisco, où Monsanto avait été condamné à payer 290 millions de dollars de dommages et intérêts (une condamnation finalement réduite à 78,5 millions mais dont il a fait appel), pourrait être le procès de trop pour la firme. Car il s’agit de sa première défaite devant une juridiction fédérale américaine sur le Roundup, souligne le journal Le Monde.

Selon Carl Tobias, professeur de droit à l'Université de Richmond, ce dossier va en effet "encourager" d'autres "plaignants potentiels à entamer des poursuites", explique-t-il à l’AFP. En effet, le cas particulier d’Edwin Hardeman devrait servir de référence à quelque 700 plaintes similaires regroupées dans la même juridiction. Et il faut savoir que 11 200 procédures similaires sont déjà recensées, rien qu’aux Etats-Unis. D’autres sont en cours, notamment en France.

Des milliards de dollars de condamnation à venir pour Bayer ?

Bayer, qui a racheté Monsanto pour 63 milliards de dollars en 2018, pourrait se retrouver avec une énorme facture de plusieurs milliards de dollars du fait des condamnations liées au glyphosate. Si Bayer perd plusieurs autres procès, "il lui faudra sérieusement réfléchir à un accord" à l'amiable hors tribunaux pour solder les poursuites, estime ainsi Carl Tobias.

Pour l’instant cependant, le groupe n’en démord pas : ce verdict, comme les autres, "ne change rien au poids de 40 ans de science et de conclusions d'agences de régulation dans le monde entier qui soutiennent que notre désherbant au glyphosate est sûr et qu'il n'est pas cancérigène". Il annonce donc faire appel de ce dernier procès.

Mais les conséquences de ces procès à répétition et l’ampleur de ceux à venir sur la réputation et le cours de bourse de Bayer se font déjà sérieusement sentir. L’action Bayer a atteint son plus bas niveau depuis plus de six ans, portant à plus de 45 % ses pertes depuis juin 2018. En décembre dernier, le groupe annonçait 12 000 suppressions de postes.

Béatrice Héraud avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Fusion Bayer Monsanto environnement sante

Le 18 mai, une marche mondiale contre Bayer-Monsanto, revigorée par les déboires de la firme

Monsanto, entreprise la plus détestée au monde ? La firme, qui a perdu son nom de marque après avoir été rachetée par Bayer, symbolise pour beaucoup les dérives des multinationales de l'agro-industrie. Pour la septième année consécutive, une marche mondiale la ciblant va se dérouler le 18 mai. Les...

Roundup global justice now

Roundup : Bayer-Monsanto condamné à payer 2 milliards de dollars à des plaignants, un record

C'est le troisième procès que perd Monsanto face à des malades du Roundup aux États-Unis. Et cette fois la somme est astronomique. La firme américaine récemment rachetée par Bayer a été condamnée à verser deux milliards de dollars à un couple atteint de cancers qu'ils imputent à l'herbicide. Bayer...

Siege Monsanto Peter Braakmann

À surveiller, à éduquer, allié... Monsanto a fiché illégalement des personnalités selon leur position sur le glyphosate

C'est une révélation qui ne va pas arranger les affaires de Bayer. En 2016, lors du débat sur renouvellement de la licence du glyphosate dans l'Union européenne, Monsanto (racheté depuis par la société allemande) aurait fiché des centaines de personnalités selon leur position sur l'herbicide, en...

Wermer Brauman PDG Bayer AG GuidKirchner DPA 01

Le vote inédit des actionnaires de Bayer contre la direction après le rachat de Monsanto

Totalement dépréciée en bourse, mise en danger par de multiples affaires judiciaire sur le glyphosate, l’entreprise Bayer est en train de payer très cher le rachat de l’américain Monsanto. Lors de l’Assemblée générale du groupe, les actionnaires en sont venus à voter contre la direction, désavouant...