Publié le 25 juin 2020

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Roundup : Bayer signe un retour en force dans les affaires liées au glyphosate

Bayer pourrait bientôt tourner la page des litiges sur le glyphosate, qui le plombent depuis sa fusion avec Monsanto. Le groupe pharmaceutique vient de conclure un accord l'engageant à débourser plus de dix milliards de dollars pour mettre un terme aux poursuites. Une somme bien en-dessous de ce qu'auraient pu lui coûter des condamnations. Une issue de crise qui devrait rassurer les actionnaires alors que le groupe vient de remporter une nouvelle victoire devant les tribunaux. 

Depuis le rachat de Monsanto pour 56 milliards d’euros, Bayer est empêtré dans de multiples affaires liées au glyphosate.
@Bayer

C’était une rumeur qui courrait depuis plusieurs jours, et Bayer vient de la confirmer. Le géant de l’agrochimie, empêtré depuis deux dans un litige avec des milliers de plaignants sur les risques supposés de cancer liés à l’utilisation de désherbants tels que le Roundup, vient de signer un accord majeur avec ces derniers. Le groupe allemand va débourser jusqu’à 10,9 milliards de dollars (9,8 milliards d’euros) pour mettre un terme aux poursuites judiciaires en cours et futures. Si la somme est colossale, elle est très inférieure aux prédictions. 

"Il (l’accord, NDR) est financièrement raisonnable si l'on considère les risques financiers importants liés à la poursuite d'un litige sur plusieurs années et les conséquences qui en découlent pour notre réputation et nos activités", estime le directeur général de Bayer, Werner Baumann. Au total, 75 % des plaintes liées au Roundup seront réglées. Pour le reste, le groupe prévoit une solution dans les mois à venir. 

Un accord qui rassure les actionnaires

Cette décision est de bon augure pour Bayer alors que le nombre de plaignants aux États-Unis ne cesse d’augmenter. En trouvant enfin un accord, le groupe tente de rassurer ses actionnaires qui avaient tapé du poing sur la table l’année dernière en votant contre la direction. Il faut dire que depuis la fusion avec Monsanto, Bayer doit assumer toutes les plaintes liées au glyphosate, herbicide commercialisé jusqu’ici par le géant américain. En deux ans, le cours de l’action de Bayer s’est effondré et sa capitalisation boursière a fondu de moitié pour atteindre environ 52 milliards d’euros, soit moins que les 54 milliards d’euros mis sur la table pour le rachat de Monsanto.  

Mais le groupe a repris du poil de la bête. Werner Wenning, le président de Bayer, qui avait porté la fusion avec Monsanto, a démissionné et des pourparlers ont été engagés avec les plaignants pour sortir de la crise. Résultat, cette année, les actionnaires du groupe allemand ont voté à plus de 92 % pour la stratégie de la direction. "C'est la bonne décision au bon moment pour Bayer afin de mettre fin à une longue période d'incertitude", a déclaré Werner Baumann. 

Bayer ne reconnaît pas la dangerosité du glyphosate

Reste que, malgré l’accord avec les plaignants, Bayer ne reconnaît toujours pas la dangerosité du glyphosate. S’il a annoncé la mise en place d’un conseil d’experts indépendants qui devrait clarifier les liens entre glyphosate et cancer, précisément le lymphome non hodgkinien, il continue toujours le bras de fer dans trois affaires majeures. Surtout, il vient de gagner une nouvelle bataille le lundi 23 juin. En Californie, un juge a ainsi décidé d’interdire à l’État de placer un avertissement sur les risques potentiels du glyphosate. 

L'affaire concerne la "Proposition 65", une loi adoptée en Californie en 1986, qui oblige à étiqueter en conséquence les produits dont le risque cancérigène est reconnu par l'État. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a classé le glyphosate comme "probablement cancérigène", mais le juge William Shubb a fait valoir que "plusieurs autres organisations", y compris l'Agence américaine de protection de l'environnement et d'autres agences de l'OMS, "ont conclu qu'il n'y avait pas suffisamment de preuves, ou pas de preuves du tout, montrant que le glyphosate cause le cancer".

Si cette décision est une bonne nouvelle pour Bayer, la pression est de plus en plus forte quant à l'utilisation de substances chimiques dangereuses. L'ONG suédoise ChemSec vient ainsi de lancer le ChemScore pour éclairer les investisseurs quant à l'implication des grandes sociétés chimiques cotées en bourse dans la production de substances dangereuses. Bayer est ainsi classé dans la catégorie C- et a obtenu la note de 14 sur 48. 

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Zemmour Eric CNEWS

Mineurs isolés : le groupe SOS dépose plainte contre CNews pour injures et incitation à la haine raciale

À la suite des propos tenus par Éric Zemmour sur CNews sur le fait que les jeunes issus de l’immigration soient "tous des voleurs et des assassins", le Groupe SOS a annoncé porter plainte contre le polémiste et la chaîne télévisée. En tant qu’accompagnateur de plus de 2500 mineurs isolés chaque...

Thomas cook

En pleine crise du tourisme, Thomas Cook renaît de ses cendres

Fini les centaines d'agences de voyage à travers le monde, les milliers d'employés, les avions... le voyagiste Thomas Cook, déclaré en faillite il y a un an, renaît de ses cendres et se transforme. Le groupe opère enfin son virage numérique et promet de ne pas encaisser le paiement des voyageurs...

BNP Paribas

BNP Paribas sous le coup d’une enquête judiciaire pour complicité de crime contre l’humanité au Soudan

Près d’un an après le dépôt d’une plainte avec constitution de partie civile par la FIDH, la Ligue des droits de l’homme (LDH) et neuf militants soudanais, une information judiciaire a été ouverte au tribunal de Paris contre la banque. Les associations plaignantes accusent la banque d’avoir fourni...

Mignonnes netflix cuties Netflix

[Édito] Netflix : le passage du risque de réputation à la "cancel culture" se paie cher

La polémique américaine sur la diffusion par Netflix de Mignonnes, le film de Maimouna Doucouré, a entraîné un mouvement de boycott cristallisé sur le hashtag #CancelNetflix. Cela lui a fait perdre des abonnés et a aussi entrainé une chute boursière de cette valeur digitale dont le modèle repose sur...