Publié le 27 avril 2019

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Le vote inédit des actionnaires de Bayer contre la direction après le rachat de Monsanto

Totalement dépréciée en bourse, mise en danger par de multiples affaires judiciaire sur le glyphosate, l’entreprise Bayer est en train de payer très cher le rachat de l’américain Monsanto. Lors de l’Assemblée générale du groupe, les actionnaires en sont venus à voter contre la direction, désavouant complètement la stratégie du PDG qui a sous-estimé les risques associés à cette fusion.

L'Assemblée général de Bayer à Bonn le vendredi 26 avril a duré 13 heures.
@GuidoKirchner/DPA

Lors de l’Assemblée générale du groupe vendredi 26 avril, les actionnaires de Bayer ont infligé au groupe chimique allemand un rare désaveu en votant contre sa direction. Cela fait suite au très coûteux rachat de Monsanto en juin 2018. Les investisseurs ont rejeté à 55,5 % les "actions du directoire". Le scrutin n'est pas contraignant pour Bayer, mais contraste fortement avec le plébiscite accordé l'an dernier encore à la direction, avec 97% d'approbation.

La réunion s’est déroulée pendant treize heures à Bonn dans un climat inhabituellement houleux, à la fois dans la salle et à l’extérieur alors que plusieurs centaines de manifestants écologistes protestaient contre les effets des néonicotinoïdes "tueurs d'abeilles" et du glyphosate, des produits dans le catalogue de Monsanto. .

Les investisseurs sont alarmés par la chute de près de 40 % du cours de Bourse de Bayer depuis le rachat de Monsanto, à mesure que s'accumulaient les ennuis judiciaires. L'année écoulée "a été un cauchemar pour les actionnaires" et "le cours de Bourse nous promet des nuits sans sommeil", a déploré Mark Tümmler, de la fédération d'investisseurs DSW.

Un risque sous-estimé

Le patron Werner Baumann a une nouvelle fois défendu son pari historique de débourser 63 milliards de dollars pour le géant des semences et des OGM, après deux ans d'efforts pour convaincre les autorités de la concurrence. À long terme, Bayer table sur le soutien croissant de la chimie à l'agriculture pour nourrir une population mondiale toujours plus nombreuse, alors que le changement climatique perturbe déjà les terres arables.

Pour Wermer Baumann, la pertinence économique du mariage reste intacte, puisque le groupe fusionné détient "des activités leader dans la protection chimique et biologique des récoltes, les semences conventionnelles et biotech, et l'assistance numérique à l'agriculture". Mais la lune de miel des deux groupes a coïncidé avec deux condamnations retentissantes prononcées aux États-Unis en raison du caractère "cancérogène" de RoundUp. Dans le premier cas, pour lequel Bayer a fait appel, la condamnation s’élève à 81 millions d’euros… et 13 400 requêtes similaires sont en cours.

"La direction de Bayer a totalement sous-estimé les risques juridiques de son accord avec Monsanto", critiquait vendredi Janne Werning, du fonds Union Investment, citée par l'agence allemande DPA. Cette pluie de procédures fait "porter une lourde charge à notre compagnie et inquiète de nombreuses personnes", a d'emblée concédé le PDG de Bayer, qui demeure pourtant "optimiste" sur le front judiciaire.

Un géant transformé en nain

Bayer espère que les cours d'appel saisies dans les deux premiers dossiers américains "rendront des décisions différentes", "basées sur l'analyse scientifique et non sur l'émotion", a plaidé le dirigeant.

 

Depuis sa déconfiture boursière, l'inventeur de l'aspirine n'est plus valorisé qu'à 57 milliards d'euros environ, soit à peine moins que le prix consenti pour avaler sa cible. "En l'espace de deux ans, l'ancien géant pharmaceutique s'est mué en nain", et risque désormais "d'être absorbé et démantelé" par un prédateur, s'inquiète Ingo Speich, de la banque Deka. Pour Werner Baumann, la désaffection actuelle des investisseurs pour le titre est "exagérée" et ne reflète pas la "valeur réelle" du groupe.

Du côté de l’ONG de SumOfUS qui a mené de nombreuses actions en marge de l’Assemble générale, on se réjouit de ce vote "totalement inattendu", malgré les recommandations de plusieurs agences en conseil de votes, dont Glass Lewis, de ne pas voter les décisons de la direction.

Pour Anne Isakowitsch, responsable de campagnes, "La quête impitoyable de profits de Baumann rend de plus en plus d'actionnaires mal à l'aise. Le vote d'aujourd'hui est sans précédent et plus qu'un simple avertissement pour la direction de Bayer, c'est un signal d'alarme. Bayer était autrefois une entreprise réputée pour guérir les gens de la maladie - aujourd'hui, avec l'acquisition de Monsanto, elle va être connue comme la multinationale qui empoisonne les gens".

Ludovic Dupin avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Bayer croule sous les menaces judiciaires liées au Roundup de Monsanto

Le géant de l’agrochimie Bayer, qui a avalé Monsanto en 2018, a aujourd’hui du mal à digérer le géant des OGM. 42 700 plaintes liées au Roundup visent le mastodonte aux États-Unis et le risque financier est estimé entre 15 et 20 milliards de dollars. À la dernière Assemblée générale, les...

Amazon reputation

Black Friday : un vendredi noir pour la réputation d’Amazon

À l’occasion du Black Friday et des fêtes de fin d’années, Amazon fait l’objet de plusieurs rapports destinés à montrer la face cachée du géant du e-commerce, qui symbolise les dérives de ces méga promotions et de l’hyperconsommation. ONG, syndicats et hommes politiques dénoncent son impact...

Lafarge

Lafarge en Syrie : la justice annule les poursuites pour "complicité de crime contre l'humanité"

La Cour d'appel de Paris a annulé la mise en examen pour complicité de crimes contre l'humanité de Lafarge, accusé d'avoir financé des groupes terroristes en Syrie pour maintenir ses activités sur place alors que le pays s'enfonçait dans la guerre. Le cimentier reste toutefois poursuivi pour...

Philip Morris site de Neuchatel

Philip Morris veut se refaire une santé grâce aux Objectifs de développement durable

En 2017, le plus grand fabricant de tabac au monde, Philip Morris, prenait un virage stratégique inattendu en annonçant qu’il allait désormais "œuvrer pour un monde sans fumée". Pour étayer sa nouvelle mission, la multinationale se réfère aux objectifs de développement durable (ODD) de l’ONU qui...