Publié le 27 avril 2019

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Le vote inédit des actionnaires de Bayer contre la direction après le rachat de Monsanto

Totalement dépréciée en bourse, mise en danger par de multiples affaires judiciaire sur le glyphosate, l’entreprise Bayer est en train de payer très cher le rachat de l’américain Monsanto. Lors de l’Assemblée générale du groupe, les actionnaires en sont venus à voter contre la direction, désavouant complètement la stratégie du PDG qui a sous-estimé les risques associés à cette fusion.

L'Assemblée général de Bayer à Bonn le vendredi 26 avril a duré 13 heures.
@GuidoKirchner/DPA

Lors de l’Assemblée générale du groupe vendredi 26 avril, les actionnaires de Bayer ont infligé au groupe chimique allemand un rare désaveu en votant contre sa direction. Cela fait suite au très coûteux rachat de Monsanto en juin 2018. Les investisseurs ont rejeté à 55,5 % les "actions du directoire". Le scrutin n'est pas contraignant pour Bayer, mais contraste fortement avec le plébiscite accordé l'an dernier encore à la direction, avec 97% d'approbation.

La réunion s’est déroulée pendant treize heures à Bonn dans un climat inhabituellement houleux, à la fois dans la salle et à l’extérieur alors que plusieurs centaines de manifestants écologistes protestaient contre les effets des néonicotinoïdes "tueurs d'abeilles" et du glyphosate, des produits dans le catalogue de Monsanto. .

Les investisseurs sont alarmés par la chute de près de 40 % du cours de Bourse de Bayer depuis le rachat de Monsanto, à mesure que s'accumulaient les ennuis judiciaires. L'année écoulée "a été un cauchemar pour les actionnaires" et "le cours de Bourse nous promet des nuits sans sommeil", a déploré Mark Tümmler, de la fédération d'investisseurs DSW.

Un risque sous-estimé

Le patron Werner Baumann a une nouvelle fois défendu son pari historique de débourser 63 milliards de dollars pour le géant des semences et des OGM, après deux ans d'efforts pour convaincre les autorités de la concurrence. À long terme, Bayer table sur le soutien croissant de la chimie à l'agriculture pour nourrir une population mondiale toujours plus nombreuse, alors que le changement climatique perturbe déjà les terres arables.

Pour Wermer Baumann, la pertinence économique du mariage reste intacte, puisque le groupe fusionné détient "des activités leader dans la protection chimique et biologique des récoltes, les semences conventionnelles et biotech, et l'assistance numérique à l'agriculture". Mais la lune de miel des deux groupes a coïncidé avec deux condamnations retentissantes prononcées aux États-Unis en raison du caractère "cancérogène" de RoundUp. Dans le premier cas, pour lequel Bayer a fait appel, la condamnation s’élève à 81 millions d’euros… et 13 400 requêtes similaires sont en cours.

"La direction de Bayer a totalement sous-estimé les risques juridiques de son accord avec Monsanto", critiquait vendredi Janne Werning, du fonds Union Investment, citée par l'agence allemande DPA. Cette pluie de procédures fait "porter une lourde charge à notre compagnie et inquiète de nombreuses personnes", a d'emblée concédé le PDG de Bayer, qui demeure pourtant "optimiste" sur le front judiciaire.

Un géant transformé en nain

Bayer espère que les cours d'appel saisies dans les deux premiers dossiers américains "rendront des décisions différentes", "basées sur l'analyse scientifique et non sur l'émotion", a plaidé le dirigeant.

 

Depuis sa déconfiture boursière, l'inventeur de l'aspirine n'est plus valorisé qu'à 57 milliards d'euros environ, soit à peine moins que le prix consenti pour avaler sa cible. "En l'espace de deux ans, l'ancien géant pharmaceutique s'est mué en nain", et risque désormais "d'être absorbé et démantelé" par un prédateur, s'inquiète Ingo Speich, de la banque Deka. Pour Werner Baumann, la désaffection actuelle des investisseurs pour le titre est "exagérée" et ne reflète pas la "valeur réelle" du groupe.

Du côté de l’ONG de SumOfUS qui a mené de nombreuses actions en marge de l’Assemble générale, on se réjouit de ce vote "totalement inattendu", malgré les recommandations de plusieurs agences en conseil de votes, dont Glass Lewis, de ne pas voter les décisons de la direction.

Pour Anne Isakowitsch, responsable de campagnes, "La quête impitoyable de profits de Baumann rend de plus en plus d'actionnaires mal à l'aise. Le vote d'aujourd'hui est sans précédent et plus qu'un simple avertissement pour la direction de Bayer, c'est un signal d'alarme. Bayer était autrefois une entreprise réputée pour guérir les gens de la maladie - aujourd'hui, avec l'acquisition de Monsanto, elle va être connue comme la multinationale qui empoisonne les gens".

Ludovic Dupin avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Pire patron au monde CSI

Découvrez le pire patron du monde, devant Jeff Bezos

Virer près de 800 personnes en moins de 30 secondes chrono, c'est la "prouesse" qu'a réalisée Peter Hebblethwaite, à la tête de P and O Ferries, une compagnie qui assure notamment des liaisons entre la France et le Royaume-Uni. Cela lui a valu le titre de "pire patron du monde" décerné par la...

Meta Facebook CHRIS DELMASAFP

Meta, la maison-mère de Facebook, peine à convaincre avec le métavers et se sépare de 11 000 salariés

Facebook n’enchaîne plus les succès. Le réseau social, rebaptisé Meta, a enchaîné les controverses ces dernières années sur l’utilisations des données personnelles. Aujourd’hui, son modèle fait moins recette. Mark Zuckerberg a annoncé un vaste plan social, concernant 11 000 salariés du groupe, en...

Tudiants poussent les entreprises a repondre a l urgence climatique Istock 02

À Polytechnique, la fronde des diplômés contre l’implantation de LVMH sur le campus

Après avoir manifesté contre l'implantation de TotalEnergies au sein de leur campus, d’anciens élèves de Polytechnique ciblent désormais LVMH. Le numéro 1 mondial du luxe voudrait y installer un centre de recherche dédié au "luxe durable et digital". Du greenwashing pour ses opposants qui appellent...

Nestle jpg

Œufs Kinder, pizzas Buitoni, fromages Lactalis contaminés : quand la rentabilité prime sur la sécurité

Après les pizzas Buitoni, filiale du groupe Nestlé, contaminées par la bactérie Escherichia coli (E.coli), les chocolats Kinder du géant Ferrero infectés par la salmonelle, c’est au tour de fromages du groupe Lactalis d’être porteurs de la listeria. Résultat : la confiance des consommateurs dans...