Publié le 27 avril 2019

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Le vote inédit des actionnaires de Bayer contre la direction après le rachat de Monsanto

Totalement dépréciée en bourse, mise en danger par de multiples affaires judiciaire sur le glyphosate, l’entreprise Bayer est en train de payer très cher le rachat de l’américain Monsanto. Lors de l’Assemblée générale du groupe, les actionnaires en sont venus à voter contre la direction, désavouant complètement la stratégie du PDG qui a sous-estimé les risques associés à cette fusion.

L'Assemblée général de Bayer à Bonn le vendredi 26 avril a duré 13 heures.
@GuidoKirchner/DPA

Lors de l’Assemblée générale du groupe vendredi 26 avril, les actionnaires de Bayer ont infligé au groupe chimique allemand un rare désaveu en votant contre sa direction. Cela fait suite au très coûteux rachat de Monsanto en juin 2018. Les investisseurs ont rejeté à 55,5 % les "actions du directoire". Le scrutin n'est pas contraignant pour Bayer, mais contraste fortement avec le plébiscite accordé l'an dernier encore à la direction, avec 97% d'approbation.

La réunion s’est déroulée pendant treize heures à Bonn dans un climat inhabituellement houleux, à la fois dans la salle et à l’extérieur alors que plusieurs centaines de manifestants écologistes protestaient contre les effets des néonicotinoïdes "tueurs d'abeilles" et du glyphosate, des produits dans le catalogue de Monsanto. .

Les investisseurs sont alarmés par la chute de près de 40 % du cours de Bourse de Bayer depuis le rachat de Monsanto, à mesure que s'accumulaient les ennuis judiciaires. L'année écoulée "a été un cauchemar pour les actionnaires" et "le cours de Bourse nous promet des nuits sans sommeil", a déploré Mark Tümmler, de la fédération d'investisseurs DSW.

Un risque sous-estimé

Le patron Werner Baumann a une nouvelle fois défendu son pari historique de débourser 63 milliards de dollars pour le géant des semences et des OGM, après deux ans d'efforts pour convaincre les autorités de la concurrence. À long terme, Bayer table sur le soutien croissant de la chimie à l'agriculture pour nourrir une population mondiale toujours plus nombreuse, alors que le changement climatique perturbe déjà les terres arables.

Pour Wermer Baumann, la pertinence économique du mariage reste intacte, puisque le groupe fusionné détient "des activités leader dans la protection chimique et biologique des récoltes, les semences conventionnelles et biotech, et l'assistance numérique à l'agriculture". Mais la lune de miel des deux groupes a coïncidé avec deux condamnations retentissantes prononcées aux États-Unis en raison du caractère "cancérogène" de RoundUp. Dans le premier cas, pour lequel Bayer a fait appel, la condamnation s’élève à 81 millions d’euros… et 13 400 requêtes similaires sont en cours.

"La direction de Bayer a totalement sous-estimé les risques juridiques de son accord avec Monsanto", critiquait vendredi Janne Werning, du fonds Union Investment, citée par l'agence allemande DPA. Cette pluie de procédures fait "porter une lourde charge à notre compagnie et inquiète de nombreuses personnes", a d'emblée concédé le PDG de Bayer, qui demeure pourtant "optimiste" sur le front judiciaire.

Un géant transformé en nain

Bayer espère que les cours d'appel saisies dans les deux premiers dossiers américains "rendront des décisions différentes", "basées sur l'analyse scientifique et non sur l'émotion", a plaidé le dirigeant.

 

Depuis sa déconfiture boursière, l'inventeur de l'aspirine n'est plus valorisé qu'à 57 milliards d'euros environ, soit à peine moins que le prix consenti pour avaler sa cible. "En l'espace de deux ans, l'ancien géant pharmaceutique s'est mué en nain", et risque désormais "d'être absorbé et démantelé" par un prédateur, s'inquiète Ingo Speich, de la banque Deka. Pour Werner Baumann, la désaffection actuelle des investisseurs pour le titre est "exagérée" et ne reflète pas la "valeur réelle" du groupe.

Du côté de l’ONG de SumOfUS qui a mené de nombreuses actions en marge de l’Assemble générale, on se réjouit de ce vote "totalement inattendu", malgré les recommandations de plusieurs agences en conseil de votes, dont Glass Lewis, de ne pas voter les décisons de la direction.

Pour Anne Isakowitsch, responsable de campagnes, "La quête impitoyable de profits de Baumann rend de plus en plus d'actionnaires mal à l'aise. Le vote d'aujourd'hui est sans précédent et plus qu'un simple avertissement pour la direction de Bayer, c'est un signal d'alarme. Bayer était autrefois une entreprise réputée pour guérir les gens de la maladie - aujourd'hui, avec l'acquisition de Monsanto, elle va être connue comme la multinationale qui empoisonne les gens".

Ludovic Dupin avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Carlos Ghosn Renault retraite Liban JosephEid AFP

Aux prud'hommes, Carlos Ghosn réclame 250 000 euros de retraite à Renault

En plein débat sur la réforme des retraites en France, Carlos Ghosn est bien décidé à recevoir la sienne au titre de ses années chez Renault. Il y a en jeu 250 000 euros, que la marque refuse de verser à son ancien parton.

Village palestinien de Nahalin et le bloc de colonies de Gush Etzion What 4

Une liste de 112 sociétés liées aux colonies israéliennes publiée par l’ONU

L’ONU a publié mercredi 12 février le nom de 112 sociétés ayant des activités dans les colonies israéliennes, considérées comme illégales par le droit international. Cette liste, annoncée il y a quatre ans, inclut Alstom, Airbnb, Expedia et TripAdvisor. Cette logique de "name and shame" dans le...

Sanofi mis en examen dans le scandale de la Dépakine

Après plus de trois années d'enquête, les juges chargés de l'enquête sur la commercialisation de l'antiépileptique Dépakine ont mis Sanofi en examen pour "tromperie aggravée et "blessures involontaires", a annoncé le groupe pharmaceutique lundi 3 février.

France Telecom Dider Lombard LionelBonaventure AFP

[Décryptage] France Telecom : la justice consacre le harcèlement institutionnel

Les trois anciens dirigeants de France Telecom, PDG, numéro 2 et DRH ont été condamnés le 20 décembre à la peine maximale pour harcèlement moral : un an de prison et 15 000 euros d'amende. La justice consacre ainsi le "harcèlement institutionnel" qui a fait une quarantaine de victimes dont 19...