Publié le 15 juin 2021

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Espionnage de salariés : Ikea France condamnée à un million d'euros d'amende

La filiale française d'Ikea et l'un de ses anciens PDG ont été condamnés le 15 juin respectivement à un million d'euros d'amende et à de la prison avec sursis pour avoir espionné des centaines de salariés pendant plusieurs années. Cette condamnation clôture un procès dont l'enjeu était "la protection de nos vies privées", selon l'accusation.

Ikea TonyBagget
Ikea a été condamné en France pour espionnage de ses salariés.
@TonyBagget

Le tribunal correctionnel de Versailles a reconnu Ikea France et l’ancien PDG Jean-Louis Baillot coupables de "recel de données à caractère personnel par un moyen frauduleux", pour des faits majoritairement commis autour des années 2009-2012. Concrètement, la filiale française du géant suédois est condamnée pour avoir espionné ses salariés. Pour cela, celle-ci devra payer une amende d’un million d’euros.

Le tribunal les a condamnés à des peines moins lourdes que celles requises par la procureure, qui les accusait de "surveillance de masse". Le parquet avait demandé deux millions d'euros d'amende pour l'enseigne française, ainsi que de l'emprisonnement ferme pour l’ancien PDG. Tout au long du procès en mars dernier, Jean-Louis Baillot, PDG de 1996 à 2002, a nié en bloc avoir ordonné la surveillance des salariés. Mardi 15 juin, il a été condamné à deux ans d'emprisonnement avec sursis et 50 000 euros d'amende. Celui-ci envisage un appel.

Son successeur, Stefan Vanoverbeke (2010-2015), a lui été relaxé, comme l'avait demandé la procureure, notant qu'il n'y avait pas "d'élément matériel" pour l'incriminer. Ikea France, qui encourait jusqu'à 3,75 millions d'euros d'amende, a affiché une relative satisfaction. "Je retiens que de nombreuses relaxes ont été prononcées, contrairement aux réquisitions du ministère public", a souligné l’avocat Emmanuel Daoud. L'enseigne a notamment été relaxée pour délit de recel de détournement de finalité des informations personnelles traitées.

Premier procès de la collecte de données

"Le tribunal a pris en considération les efforts faits par Ikea France", notamment "la restructuration de sa gouvernance" et "la création d'un comité éthique", s'est-il félicité auprès de l'AFP. Du côté des quelques 120 parties civiles, les sentiments sont mitigés. "Ce ne sont pas des montants qui conduiront Ikea et les entreprises à changer de comportement", a estimé auprès de l'AFP Me Alexis Perrin, représentant des syndicats du Rhône, soulignant que l'enseigne avait provisionné des millions d'euros en vue de ce "premier procès français de collecte de données".

Au coeur de ce système, Jean-François Paris, l'ancien "Monsieur Sécurité" de la filiale française du géant de l'ameublement de 2002 à 2012, qui a reconnu à la barre des "contrôles de masse" d'employés. Il a été condamné à 18 mois d'emprisonnement avec sursis et 10 000 euros d'amende. L'ancienne directrice des ressources humaines Claire Héry a été condamnée à une amende de 5 000 euros. Une "peine symbolique" selon son avocat Me Olivier Baratelli "qui laisse entendre qu'elle n'a jamais participé à un délit d'entreprise orchestré par Ikea".

La Rédaction avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Sanofi Istock HJBC

Depakine : le tribunal estime que Sanofi a commis une faute et valide le principe d’une action de groupe

Le tribunal judiciaire de Paris a estimé, mercredi 5 janvier, que Sanofi avait commis une faute en manquant à ses obligations d’information sur les risques pour le fœtus qu’impliquait la prise de Dépakine chez la femme enceinte. Ce médicament qui soigne l’épilepsie et les troubles bipolaires fait...

Meta Facebook CHRIS DELMASAFP

Comme d’autres entreprises avant lui, Facebook change de nom pour faire oublier les controverses

Ne l'appelez plus Facebook. La maison mère d'Instagram, WhatsApp ou encore Messenger vient d'être rebaptisée Meta par son fondateur Mark Zuckerberg. Ce changement de nom doit, selon lui, guider le groupe vers le "metavers", un futur univers ultra-immersif qui s'appuie sur de la réalité virtuelle....

Cigarette philip Morris DR

Philip Morris France se dote d’une raison d’être : permettre aux fumeurs d’arrêter de fumer

Philipp Morris France s'est doté d'une raison d'être qui pourrait en surprendre plus d'un : "Se mobiliser et innover pour permettre aux fumeurs adultes d’arrêter la cigarette en faisant de meilleurs choix". Ce rôle social sera inscrit dans ses statuts et engage l’entreprise vis-à-vis de ses parties...

Ouighours enquete uniqlo calvision via pixabay

Ouïghours : une enquête ouverte contre quatre géants de l’habillement pour "recel de crimes contre l’humanité"

Zara, Uniqlo, Sandro, Maje... Ces marques ont-elles profité du travail forcé des Ouïghours pour la production de leurs vêtements ? C'est ce que va essayer de déterminer le Parquet national antiterroriste qui mène une enquête pour "recel de crise contre l'humanité" visant quatre géants du textile en...