Publié le 15 juin 2021

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Espionnage de salariés : Ikea France condamnée à un million d'euros d'amende

La filiale française d'Ikea et l'un de ses anciens PDG ont été condamnés le 15 juin respectivement à un million d'euros d'amende et à de la prison avec sursis pour avoir espionné des centaines de salariés pendant plusieurs années. Cette condamnation clôture un procès dont l'enjeu était "la protection de nos vies privées", selon l'accusation.

Ikea TonyBagget
Ikea a été condamné en France pour espionnage de ses salariés.
@TonyBagget

Le tribunal correctionnel de Versailles a reconnu Ikea France et l’ancien PDG Jean-Louis Baillot coupables de "recel de données à caractère personnel par un moyen frauduleux", pour des faits majoritairement commis autour des années 2009-2012. Concrètement, la filiale française du géant suédois est condamnée pour avoir espionné ses salariés. Pour cela, celle-ci devra payer une amende d’un million d’euros.

Le tribunal les a condamnés à des peines moins lourdes que celles requises par la procureure, qui les accusait de "surveillance de masse". Le parquet avait demandé deux millions d'euros d'amende pour l'enseigne française, ainsi que de l'emprisonnement ferme pour l’ancien PDG. Tout au long du procès en mars dernier, Jean-Louis Baillot, PDG de 1996 à 2002, a nié en bloc avoir ordonné la surveillance des salariés. Mardi 15 juin, il a été condamné à deux ans d'emprisonnement avec sursis et 50 000 euros d'amende. Celui-ci envisage un appel.

Son successeur, Stefan Vanoverbeke (2010-2015), a lui été relaxé, comme l'avait demandé la procureure, notant qu'il n'y avait pas "d'élément matériel" pour l'incriminer. Ikea France, qui encourait jusqu'à 3,75 millions d'euros d'amende, a affiché une relative satisfaction. "Je retiens que de nombreuses relaxes ont été prononcées, contrairement aux réquisitions du ministère public", a souligné l’avocat Emmanuel Daoud. L'enseigne a notamment été relaxée pour délit de recel de détournement de finalité des informations personnelles traitées.

Premier procès de la collecte de données

"Le tribunal a pris en considération les efforts faits par Ikea France", notamment "la restructuration de sa gouvernance" et "la création d'un comité éthique", s'est-il félicité auprès de l'AFP. Du côté des quelques 120 parties civiles, les sentiments sont mitigés. "Ce ne sont pas des montants qui conduiront Ikea et les entreprises à changer de comportement", a estimé auprès de l'AFP Me Alexis Perrin, représentant des syndicats du Rhône, soulignant que l'enseigne avait provisionné des millions d'euros en vue de ce "premier procès français de collecte de données".

Au coeur de ce système, Jean-François Paris, l'ancien "Monsieur Sécurité" de la filiale française du géant de l'ameublement de 2002 à 2012, qui a reconnu à la barre des "contrôles de masse" d'employés. Il a été condamné à 18 mois d'emprisonnement avec sursis et 10 000 euros d'amende. L'ancienne directrice des ressources humaines Claire Héry a été condamnée à une amende de 5 000 euros. Une "peine symbolique" selon son avocat Me Olivier Baratelli "qui laisse entendre qu'elle n'a jamais participé à un délit d'entreprise orchestré par Ikea".

La Rédaction avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Nestle jpg

Œufs Kinder, pizzas Buitoni, fromages Lactalis contaminés : quand la rentabilité prime sur la sécurité

Après les pizzas Buitoni, filiale du groupe Nestlé, contaminées par la bactérie Escherichia coli (E.coli), les chocolats Kinder du géant Ferrero infectés par la salmonelle, c’est au tour de fromages du groupe Lactalis d’être porteurs de la listeria. Résultat : la confiance des consommateurs dans...

Guerre ukraine nestle russie boycott FABRICE COFFRINI AFP

Nestlé, Leroy Merlin, Auchan... Les appels au boycott se multiplient contre les entreprises qui restent en Russie

Les réseaux sociaux sont des armes puissantes de destruction de réputation ! Nestlé renommée Nazstlé est prise massivement à partie depuis que les dirigeants ukrainiens ont dénoncé la volonté du géant suisse de l’agro-alimentaire de rester en Russie. Le groupe Mulliez, très présent dans le pays à...

Ehpad orpea pixabay

Les sombres dessous d’Orpea ont échappé aux filets de la notation RSE

Les dommages collatéraux de la chute d’Orpea s’étendent chaque jour un peu plus. La publication du livre "Les Fossoyeurs" qui dénonce les mauvais traitements des pensionnaires de ces maisons de retraite de luxe, administrées par une entreprise cotée, a entraîné le limogeage de son dirigeant, un...

Total polytechnique banderole greenpeace e73105c59b

Après deux ans de polémique, Total renonce finalement à s’installer sur le campus de Polytechnique

TotalÉnergies rétropédale. Le pétrolier devait installer un centre de recherche au sein du campus de Polytechnique mais il vient d'y renoncer face à la fronde des élèves et des ONG. Ces derniers se mobilisent depuis deux ans, dénonçant une stratégie d'influence du groupe sur "les cerveaux des futurs...