Publié le 22 octobre 2019

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Crise des opioïdes : le grand procès de l’industrie pharmaceutique n’aura pas lieu

Ce 21 octobre devait s’ouvrir un procès emblématique aux États-Unis, celui de laboratoires et distributeurs accusés d’être à l’origine de la crise des opioïdes, qui a provoqué la mort de 400 000 personnes dans le pays ces 20 dernières années. Mais au tout dernier moment, ils ont obtenu un accord avec les plaignants, essentiellement des collectivités locales, qui leur demandaient de payer pour assurer les traitements des dizaines de milliers de personnes dépendantes.

Laboratoires, distributeurs et pharmaciens doivent répondre devant le tribunal fédéral de leur rôle dans la crise des opioïdes qui ravage les États-Unis depuis vingt ans.
@BackYard

Après de multiples rebondissements, le procès géant qui devait s’ouvrier hier, 21 octobre, autour de la crise des opioïdes n’aura pas lieu. In extremis, à quelques heures d’un procès qui menaçait leur réputation et leurs affaires, les laboratoires et distributeurs pharmaceutiques accusés ont obtenu un "accord de principe" qui devrait leur éviter le plus grand procès de santé publique aux États-Unis depuis les poursuites contre les fabricants de tabac dans les années 1990.

Sur le banc des accusés, on devait trouver un laboratoire (Teva), trois distributeurs de médicaments (Amerisource Bergen, Cardinal health et McKesson) et un pharmacien (Walgreens Boots Alliance). Tous nient leur responsabilité dans la crise. L’accord de principe, qui a été conclu avec deux comtés de l’Ohio, se chiffre à 260 millions de dollars. Il devrait être généralisé avec l’ensemble des plaignants, plus de 2 500, essentiellement des villes, comtés et presque tous les États fédérés américains. Et se chiffrer à près de 50 milliards de dollars, étalés sur des années.

Un coût gigantesque pour les collectivités

Ce procès, le premier d’ampleur fédérale, était fortement attendu par les Américains. Et plus particulièrement par les collectivités locales (dont l’Ohio, très touché) qui doivent aujourd’hui prendre en charge ces personnes dépendantes.

Les plaignants considèrent l’industrie pharmaceutique comme responsables de cette crise sanitaire déclarée "urgence nationale" par Donald Trump en 2017. Depuis 20 ans, 400 000 personnes sont mortes des suites d’overdose ou de dépendances aux opioïdes, ces médicaments anti-douleurs ultra puissants, prescrits en masse aux Américains. Des dizaines de milliers d’autres, dont des enfants, doivent encore aujourd’hui lutter contre la dépendance et les opioïdes tuent encore 130 personnes par jour. Ils espèrent donc faire payer l’industrie pharmaceutique pour les gigantesques coûts générés par cette crise. Rien que pour ces quatre dernières années, ils sont estimés à 631 milliards de dollars par an en frais de santé, en productivité perdue mais aussi en moyens mis en œuvre face aux pressions exercées sur le système pénal. Et les coûts pourraient monter en flèche ces prochaines années.

Les plaignants estiment que c’est donc à l’industrie pharmaceutique de payer. Ils accusent les fabricants de médicaments d’avoir commercialisé leurs drogues de manière trop agressive et d’avoir minimisé leurs risques de dépendance, tandis que les distributeurs n’étaient pas assez sévères pour bloquer les commandes suspectes. Des accusations que l’industrie a toujours nié.

La bataille judiciaire continue ?

La solution de l’accord amiable trouvée lundi était soutenue par le juge lui-même car elle donne aux communautés touchées les fonds nécessaires pour lutter contre la dépendance aux opioïdes bien plus rapidement que le long processus de jugement et les éventuels appels qui ne manqueront pas de suivre. Celui-ci était prévu pour durer des mois, voire plus.

Si ce procès, considéré comme emblématique, n’aura finalement pas lieu, le bras de fer juridique entre les collectivités et l’industrie pharmaceutique n’est pas tout à fait terminé. Si quatre des accusés ont signé l’accord, la chaîne pharmaceutique Walgreens ne l’a pas fait. Et il reste à sceller un accord global avec les milliers de plaignants. Ces derniers mois, plusieurs accords ont été trouvé pour éviter les milliers de procédures en cours. En août, le laboratoire Johnson & Johnson a été condamné à payer une amende de 572 millions de dollars par un tribunal de l’Oklahoma avant de conclure, comme de nombreux laboratoires, un accord amiable à plusieurs millions pour éviter de nouveaux procès comme celui qui devait se tenir le 21 octobre. Certains comme Purdue, ont aussi opté pour la tactique de la mise en faillite qui leur permet aussi de passer par des procès dont ils ne veulent pas…

Le règlement de lundi a été qualifié d’"étape importante" dans la lutte contre l'épidémie d'opioïdes par les procureurs généraux des États de Caroline du Nord, du Tennessee, de Pennsylvanie et du Texas. "La crise a frappé la population dans tous les coins du pays et il est essentiel que les fonds soient répartis équitablement entre les États, les villes et les comtés et utilisés avec sagesse pour lutter contre la crise", ont-ils déclaré dans un communiqué conjoint. 

Béatrice Héraud @beatriceheraud 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Carlos Ghosn Renault retraite Liban JosephEid AFP

Aux prud'hommes, Carlos Ghosn réclame 250 000 euros de retraite à Renault

En plein débat sur la réforme des retraites en France, Carlos Ghosn est bien décidé à recevoir la sienne au titre de ses années chez Renault. Il y a en jeu 250 000 euros, que la marque refuse de verser à son ancien parton.

Village palestinien de Nahalin et le bloc de colonies de Gush Etzion What 4

Une liste de 112 sociétés liées aux colonies israéliennes publiée par l’ONU

L’ONU a publié mercredi 12 février le nom de 112 sociétés ayant des activités dans les colonies israéliennes, considérées comme illégales par le droit international. Cette liste, annoncée il y a quatre ans, inclut Alstom, Airbnb, Expedia et TripAdvisor. Cette logique de "name and shame" dans le...

Sanofi mis en examen dans le scandale de la Dépakine

Après plus de trois années d'enquête, les juges chargés de l'enquête sur la commercialisation de l'antiépileptique Dépakine ont mis Sanofi en examen pour "tromperie aggravée et "blessures involontaires", a annoncé le groupe pharmaceutique lundi 3 février.

France Telecom Dider Lombard LionelBonaventure AFP

[Décryptage] France Telecom : la justice consacre le harcèlement institutionnel

Les trois anciens dirigeants de France Telecom, PDG, numéro 2 et DRH ont été condamnés le 20 décembre à la peine maximale pour harcèlement moral : un an de prison et 15 000 euros d'amende. La justice consacre ainsi le "harcèlement institutionnel" qui a fait une quarantaine de victimes dont 19...