Publié le 07 octobre 2019

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Crise des opiacés : Purdue Pharma se déclare en faillite pour échapper à la justice

Purdue Pharma, fabricant d'un des principaux médicaments antidouleur aux opiacés, l'OxyContin, vient de se déclarer en faillite. Le groupe fait l'objet de plus de 2 000 plaintes aux États-Unis, un pays où ces médicaments sont accusés d’avoir provoqué la mort de 400 000 personnes sur les vingt dernières années.  

Medicament opiaces pixabay stevepb
e groupe américain Purdue Pharma a annoncé le 16 septembre sa mise en faillite suite à la crise des opiacés.
@stevepb

Quelques semaines après l’amende record demandé au laboratoire Johnson & Johnson, nouveau rebondissement dans le monde pharmaceutique lié à la crise des opioïdes. Le groupe américain Purdue Pharma a annoncé le 16 septembre une série de mesures, dont sa mise en faillite et le retrait de ses propriétaires, la famille Sackler.

Objectif pour le groupe : solder l'avalanche de litiges qui le menacent. Purdue Pharma, fabricant d'un des principaux médicaments antidouleur aux opiacés, l'OxyContin, fait l'objet de plus de 2 000 plaintes. Si le montage annoncé lundi était accepté, toutes les plaintes seraient "résolues", y compris celles émanant de municipalités ou d'États, et Purdue se verrait "déchargé de manière pleine et permanente" de tout litige, explique le groupe sur son site.

En vertu d'un accord passé avec notamment 24 procureurs d'État, mais qui reste soumis à l'approbation d'un tribunal, les Sackler vont donc transférer « la totalité de (leurs) actifs à un trust ou à une autre entité établie au bénéfice des plaignants et de la population américaine », selon le communiqué du groupe. Ce montage doit permettre de dégager quelque 10 milliards de dollars que le laboratoire s'engage à consacrer à la lutte contre la crise des opiacés.

Débloquer les ressources nécessaires au traitement des addicts

Le laboratoire est accusé d'avoir poussé le corps médical à surprescrire son médicament phare, alors qu'il connaissait ses effets addictifs, et ainsi d'avoir participé à la dépendance croissante des Américains aux opiacés, poussant ces consommateurs vers des drogues plus fortes comme le fentanyl et l'héroïne.

Le président de Purdue, Steve Miller, a précisé dans le communiqué que cet accord permettrait de débloquer "des ressources essentielles aux collectivités de tout le pays qui tentent de faire face à la crise des opiacés". Le groupe a déclaré être contraint, pour tourner la page de cette crise, de se placer sous la protection de la loi américaine sur les faillites, dit "Chapitre 11". Il a précisé que le conseil d'administration d'une nouvelle entreprise serait choisi par les plaignants avant d'être approuvé par le tribunal des faillites.

Cette nouvelle société s'engagerait à distribuer, gratuitement ou à très faible coût, des médicaments permettant de traiter les overdoses dues aux opiacés, ainsi que les addictions. Elle s'engagerait également à respecter des restrictions sur la vente et la publicité de traitements aux opiacés.

La famille Sackler met la main au portefeuille

La famille Sackler, propriétaire du laboratoire, a bâti sa fortune – estimée par le magazine Forbes à 13 milliards de dollars- sur l'OxyContin. Très influente dans le ghota new yorkais et mécène de plusieurs institutions dont le Louvre , elle a vu sa réputation ternie par la crise des opiacés, et plusieurs manifestations et actions dans le monde ont eu lieu pour dénoncer leur responsabilité dans cette crise.

En plus de l'abandon du contrôle de Purdue, la famille Sackler, a donc déclaré qu’elle versera, à titre privé, "au moins 3 milliards de dollars". Mais la famille reste dans le viseur de la procureure de l’État de New York. Lors d’une enquête sur Purdue Pharma, celle-ci a révélé des transferts d’argent de l’ordre d’un milliard de dollars vers la Suisse.

La rédaction avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Carlos Ghosn Renault retraite Liban JosephEid AFP

Aux prud'hommes, Carlos Ghosn réclame 250 000 euros de retraite à Renault

En plein débat sur la réforme des retraites en France, Carlos Ghosn est bien décidé à recevoir la sienne au titre de ses années chez Renault. Il y a en jeu 250 000 euros, que la marque refuse de verser à son ancien parton.

Village palestinien de Nahalin et le bloc de colonies de Gush Etzion What 4

Une liste de 112 sociétés liées aux colonies israéliennes publiée par l’ONU

L’ONU a publié mercredi 12 février le nom de 112 sociétés ayant des activités dans les colonies israéliennes, considérées comme illégales par le droit international. Cette liste, annoncée il y a quatre ans, inclut Alstom, Airbnb, Expedia et TripAdvisor. Cette logique de "name and shame" dans le...

Sanofi mis en examen dans le scandale de la Dépakine

Après plus de trois années d'enquête, les juges chargés de l'enquête sur la commercialisation de l'antiépileptique Dépakine ont mis Sanofi en examen pour "tromperie aggravée et "blessures involontaires", a annoncé le groupe pharmaceutique lundi 3 février.

France Telecom Dider Lombard LionelBonaventure AFP

[Décryptage] France Telecom : la justice consacre le harcèlement institutionnel

Les trois anciens dirigeants de France Telecom, PDG, numéro 2 et DRH ont été condamnés le 20 décembre à la peine maximale pour harcèlement moral : un an de prison et 15 000 euros d'amende. La justice consacre ainsi le "harcèlement institutionnel" qui a fait une quarantaine de victimes dont 19...