Publié le 14 août 2018

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Glyphosate : Bayer poursuit la politique de déni de Monsanto

Bayer l'avait promis, pour se détacher de la mauvaise réputation de Monsanto et de ses pratiques, il miserait sur la "transparence" et la "responsabilité". Promesse difficile à tenir quand on commercialise désormais des produits comme le Roundup. Seulement un mois après la fusion, Monsanto vient d'être condamné par la justice américaine à verser 289 millions de dollars à un jardinier. Une première crise à gérer pour Bayer. 

Bayer, qui vient de racheter Monsanto, doit faire face à sa première crise après la condamnation du géant des pesticides aux États-Unis.
©BayerFrance

Bayer sous pression. Un mois après avoir été autorisé à racheter le géant des OGM Monsanto, le groupe allemand affronte sa première épreuve. Monsanto vient d’être condamné aux États-Unis à verser 289 millions de dollars à un jardinier atteint d’un cancer qu’il attribue au glyphosate. 

Face à cette décision historique - c’est la première fois que Monsanto est condamné sur le glyphosate -, la réaction de Bayer est scrutée à la loupe. Le groupe allemand, après avoir supprimé le nom de Monsanto pour ne pas traîner sa mauvaise réputation, avait promis la transparence et la responsabilité. Or Bayer peine déjà à convaincre. 

Bayer défend Monsanto et le glyphosate

Dès l’annonce de la condamnation de Monsanto, le PDG de Bayer France a nié les effets néfastes du glyphosate. Il a estimé sur Europe 1 que le "glyphosate ne constitue pas de danger". Franck Garnier s’appuie sur les autorisations de mise sur marché des agences sanitaires. Mais le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), branche de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a pourtant classé le glyphosate comme cancérigène probable en 2015. 

Bien sûr, Bayer ne va pas mettre en avant sa "responsabilité" alors qu’il vient de racheter une firme dont les produits et les pratiques sont pointés du doigt depuis des décennies. "En rachetant Monsanto, vous achetez l’actif et le passif économique, mais vous acheter aussi toute une gamme de produits et une éthique, une politique", estime sur France Info, Paul François, un agriculteur français ayant fait condamner Monsanto pour l’usage du Lasso, un herbicide désormais interdit dans l’Hexagone.

Un risque juridique à 10 milliards de dollars 

"Donc je vois mal Bayer aujourd’hui dire : on est désolé, on a racheté une société et on ne savait pas que ce produit pouvait être cancérigène. Bayer ne pouvait ignorer les procédures en cours. Bayer ne pourrait ignorer le côté dangereux de ce produit. Bayer ne pouvait pas ignorer non plus le comportement de cette firme", affirme Paul François.

Et il ne pouvait pas non plus ignorer les conséquences financières de ce rachat à 63 milliards de dollars. Lundi 13 août, après l'annonce de la condamnation, Bayer accusait une baisse de 12 % à la Bourse de Francfort. Et il ne s'agit ici que du premier procès. 5 000 dossiers similaires sont encore en attente. La facture pourrait atteindre 10 milliards de dollars estime pour l'AFP Michael Leacock, analyste chez MainFirst. 

Bayer traîne aussi des boulets 

Le groupe allemand a pourtant fait le maximum pour prendre ses distances avec les pratiques de Monsanto. Après la publication des Monsanto Papers, il a par exemple décidé de lancer un site interne qui permet au public d’accéder aux études sur les produits phytosanitaires qu’il commercialise. "Bayer est une société responsable, engagée en faveur d’une agriculture moderne et durable et à l’écoute des attentes sociétaires", affirme Franck Garnier. Mais ce n’est pas l’avis de tous.

"Jusqu’à maintenant, Bayer pouvait faire ses affaires en se cachant derrière Monsanto, maintenant c’est le nom de Bayer qui va être sous les projecteurs", estime Christian Berdot des Amis de la Terre. Car si Monsanto est devenu un épouvantail auprès du grand public, Bayer a lui aussi quelques boulets au pied. Pendant que le glyphosate et le Roundup font les gros titres, Bayer commercialise des néonicotinoïdes accusés de tuer les abeilles. 

Marina Fabre @fabre_marina 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

France Telecom Dider Lombard LionelBonaventure AFP

[Décryptage] France Telecom : la justice consacre le harcèlement institutionnel

Les trois anciens dirigeants de France Telecom, PDG, numéro 2 et DRH ont été condamnés le 20 décembre à la peine maximale pour harcèlement moral : un an de prison et 15 000 euros d'amende. La justice consacre ainsi le "harcèlement institutionnel" qui a fait une quarantaine de victimes dont 19...

Bayer croule sous les menaces judiciaires liées au Roundup de Monsanto

Le géant de l’agrochimie Bayer, qui a avalé Monsanto en 2018, a aujourd’hui du mal à digérer le géant des OGM. 42 700 plaintes liées au Roundup visent le mastodonte aux États-Unis et le risque financier est estimé entre 15 et 20 milliards de dollars. À la dernière Assemblée générale, les...

Amazon reputation

Black Friday : un vendredi noir pour la réputation d’Amazon

À l’occasion du Black Friday et des fêtes de fin d’années, Amazon fait l’objet de plusieurs rapports destinés à montrer la face cachée du géant du e-commerce, qui symbolise les dérives de ces méga promotions et de l’hyperconsommation. ONG, syndicats et hommes politiques dénoncent son impact...

Lafarge

Lafarge en Syrie : la justice annule les poursuites pour "complicité de crime contre l'humanité"

La Cour d'appel de Paris a annulé la mise en examen pour complicité de crimes contre l'humanité de Lafarge, accusé d'avoir financé des groupes terroristes en Syrie pour maintenir ses activités sur place alors que le pays s'enfonçait dans la guerre. Le cimentier reste toutefois poursuivi pour...