Publié le 31 juillet 2019

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Bayer fait désormais face à plus de 18 000 plaintes aux États-Unis sur le Roundup de Monsanto

Le risque judiciaire pour Bayer devient très lourd. Un an après avoir racheté Monsanto, le géant allemand de la chimie doit faire face à 18 400 plaintes aux États-Unis concernant le Roundup. Déjà trois condamnations ont été prononcées. La somme finale va se compter en milliards de dollars.

En 2018, Bayer a racheté Monsanto pour 63 milliards de dollars.
@bayer

Bayer doit sérieusement commencer à regretter les 63 milliards de dollars dépensés pour racheter son concurrent Monsanto en 2018. Le groupe chimique allemand va devoir affronter 18 400 procédures déposées aux États-Unis contre le Roundup, l’herbicide dont le principal agent actif est le glyphosate.

5 000 plaintes ont été déposées depuis la dernière communication en avril qui comptait alors 13 400 cas. La menace judiciaire croît rapidement pour l’entreprise qui a déjà essuyé trois condamnations concernant un ancien jardinier, un retraité et un couple atteint d'un cancer.

Dans les trois affaires jugées en Californie, les jurys ont estimé que l'usage ancien et répété du glyphosate avait pu provoquer le lymphome non-hodgkinien des requérants, un point contesté sans relâche par Bayer. Ils ont par ailleurs sanctionné le "comportement répréhensible" de Monsanto visant à "entraver, décourager ou déformer l'investigation scientifique".

Valeur en chute libre

Les montants dus par le groupe dans chaque dossier ont cependant été sabrés par le deuxième examen d'un juge, passant respectivement de 289 à 78 millions de dollars, de 80 à 25 millions de dollars et surtout de 2 milliards à 86,7 millions de dollars dans le cas du couple. Cela n’a pas empêché l’entreprise de faire appel dans le but d’être totalement blanchie.

En juin, et alors que le titre Bayer avait perdu 40 % en bourse en moins d'un an, les analystes de la banque Berenberg misaient sur un règlement proche d'un million de dollars par requérant, ce qui portait alors la facture à une dizaine de milliards d'euros, rapporte l’AFP. Cité par l'agence allemande DPA, Markus Mayer de Baader Bank penche plutôt pour un règlement compris dans une fourchette de 15 à 20 milliards de dollars.

Lors de l’Assemblée générale d'avril dernier, les actionnaires ont massivement montré leur mécontentement. Les investisseurs ont rejeté à 55,5 % les "actions du directoire". Le scrutin n'est pas contraignant pour Bayer, mais il a contrasté fortement avec le plébiscite accordé l'an dernier encore à la direction, avec 97 % d'approbation. "En l'espace de deux ans, l'ancien géant pharmaceutique s'est mué en nain", lançait alors Ingo Speich, de la banque Deka.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Volkswagen JULIAN STRATENSCHULTE DPA dpa Picture Alliance AFP

[Certifié sans coronavirus] Dieselgate : Volkswagen perd contre 91 000 plaignants britanniques

91 000 plaignants britanniques ont obtenu gain de cause devant la justice britannique, via une action collective, lundi 6 avril 2020. La Haute cour de justice estime que le logiciel utilisé par Volkswagen était "trompeur" pour ses clients puisqu’il permettait de baisser artificiellement les...

Carlos Ghosn Renault retraite Liban JosephEid AFP

Aux prud'hommes, Carlos Ghosn réclame 250 000 euros de retraite à Renault

En plein débat sur la réforme des retraites en France, Carlos Ghosn est bien décidé à recevoir la sienne au titre de ses années chez Renault. Il y a en jeu 250 000 euros, que la marque refuse de verser à son ancien parton.

Village palestinien de Nahalin et le bloc de colonies de Gush Etzion What 4

Une liste de 112 sociétés liées aux colonies israéliennes publiée par l’ONU

L’ONU a publié mercredi 12 février le nom de 112 sociétés ayant des activités dans les colonies israéliennes, considérées comme illégales par le droit international. Cette liste, annoncée il y a quatre ans, inclut Alstom, Airbnb, Expedia et TripAdvisor. Cette logique de "name and shame" dans le...

Sanofi mis en examen dans le scandale de la Dépakine

Après plus de trois années d'enquête, les juges chargés de l'enquête sur la commercialisation de l'antiépileptique Dépakine ont mis Sanofi en examen pour "tromperie aggravée et "blessures involontaires", a annoncé le groupe pharmaceutique lundi 3 février.