Publié le 30 novembre 2021

ENVIRONNEMENT

Pollution de l’air : la mortalité recule légèrement en Europe mais reste élevée

La mortalité liée à la pollution aux particules fines a diminué de 10% en un an en Europe, selon un rapport de l'Agence européenne de l'environnement publié le 15 novembre, mais elle est encore à l'origine de plus de 300 000 décès en 2019. Un chiffre qui pourrait être divisé par deux si les 27 pays membres respectaient les nouvelles normes de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) fixées en septembre. 

IStock Delpixart pollution air paris
En France, si depuis vingt ans la qualité de l’air s’est considérablement améliorée, les seuils sont encore dépassés, notamment pour l'ozone.
Delpixart Istock

307 000. C’est le nombre de décès liés à la pollution aux particules fines (particules en suspension dans l'air dont le diamètre est inférieur à 2,5 micromètres) dans l'Union européenne en 2019. Un chiffre qui reste alarmant mais qui a diminué de plus de 10% en un an, selon un rapport de l'Agence européenne de l'environnement (AEE) publié le 15 novembre. En France, la pollution aux particules fines a été responsable de 29 800 décès prématurés contre 53 800 en Allemagne 53 800 ou encore 49 900 en Italie. Selon l’AEE, avec 39 300 morts, la Pologne est le pays le plus touché relativement à sa population.

La nette baisse de 2019 s'explique en partie par des conditions météorologiques favorables mais surtout par la poursuite de l'amélioration progressive de la qualité de l'air en Europe. Au début des années 1990, les particules fines provoquaient ainsi près d'un million de décès prématurés dans les 27 pays de l'UE, d'après ces données. Un chiffre déjà tombé à environ 450 000 en 2005.

La moitié des vies pourraient être sauvées

La courbe pourrait encore nettement s’améliorer. D'après cette étude, plus de la moitié de ces vies pourraient être sauvées si les 27 pays membres respectaient les nouveaux objectifs de qualité de l'air récemment fixés par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). En septembre, l’instance a considérablement durci ses normes. Le seuil d’exposition acceptable aux particules fines a été divisé par deux par rapport aux dernières estimations de 2005 : 5 microgrammes (µg) par mètre cube contre 10 µg/m3.

Les particules fines sont particulièrement dangereuses car elles s’infiltrent dans les poumons et dans le sang et peuvent être transportées jusqu’au cerveau. Les maladies cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux sont les causes les plus fréquentes de décès prématurés imputables à la pollution atmosphérique, suivies par les maladies pulmonaires et les cancers du poumon, rappelle l'AEE. Chez l'enfant, elle pourrait entraver le développement des poumons, provoquer des infections respiratoires et aggraver l'asthme.

L'AEE mesure également dans son rapport les décès liés aux deux autres principaux polluants de l'air dangereux pour la santé, sans additionner les bilans car cela conduirait selon elle à des doubles comptages. Pour les particules d'ozone (O3), la tendance en 2019 était aussi à la baisse avec 16 800 morts prématurées, soit un recul de 13% sur un an. Pour le dioxyde d'azote (NO2), gaz produit principalement par les véhicules et les centrales thermiques, les décès prématurés ont diminué d'un quart entre 2018 et 2019, passant à 40 400. Selon l'AEE, la pollution de l'air reste la menace environnementale la plus importante pour la santé des Européens.

Pauline Fricot, @PaulineFricot avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

Perou maree noire operation de nettoyage Carlos REYES AFP

Le Pérou déclare l'urgence environnementale après la marée noire

[Mis à jour le 24 janvier] Le gouvernement péruvien a annoncé ce week-end l'urgence environnementale pour 90 jours après la marée noire qui a endommagé les côtes au nord de Lima. Le 15 janvier, alors qu'une éruption volcanique sans précédent et un tsunami s'abattaient sur les îles Tonga, à l'est de...

Pollution plastique chimique luoman istock

Pollution chimique : une cinquième limite planétaire vient d’être franchie

Destruction des habitats sauvages, perte de biodiversité, changement climatique... le monde a déjà franchi quatre des neufs limites planétaires, mais la situation s'aggrave. Des chercheurs, qui ont pour la première fois évalué l'impact du cocktail des polluants comme les antibiotiques, les...

Crime ecocide protection environnement terre pixabay

La Belgique ouvre la voie à une reconnaissance mondiale du crime d'écocide

Pour la première fois, un pays occidental, la Belgique, va déposer un amendement devant la Cour pénale internationale afin de reconnaitre le crime d'écocide aux côtés des crimes de génocide, crimes contre l’humanité, crimes de guerre et crimes d’agression. De plus en plus de pays y sont favorables...

Espace pollution ESA

Face à la pollution dans l’espace, une économie circulaire du spatial émerge

Un peu plus de 2000 satellites en service pour des millions de déchets spatiaux. Voilà à quoi ressemble l’espace orbital aujourd’hui. Observés par les agences spatiales comme le lait sur le feu, ces débris posent avant tout des problèmes de sécurité pour les astronautes en mission ou les matériels...