Publié le 01 août 2021

ENVIRONNEMENT

[Bonne nouvelle] À Venise, les bateaux de croisière sont (enfin) bannis du centre historique

Cette fois c’est sûr ! À partir du 1er août, les immenses bateaux de croisière ne pourront plus s'amarrer dans le centre historique de la Cité des Doges. Le gouvernement italien a cédé face à la mobilisation citoyenne et la menace de l'Unesco qui réfléchissait à placer la ville dans la liste du patrimoine mondial en péril à cause de l'érosion causée par les monstres des mers et le tourisme de masse. 

Venise tourisme de masse istock
Depuis le 1er août, les bateaux de croisière de plus de 200 passagers ne peuvent plus s'amarrer dans le centre historique de Venise.
Crisfotolux / Istock

Vous ne verrez plus de paquebots défigurant la magnifique Cité des Doges. Le gouvernement italien vient de bannir ces monstres des mers dans le centre historique de Venise. Il aura fallu la pression de l’Unesco pour qu’enfin cette décision devienne réalité. Alors qu’en mars dernier les autorités avaient annoncé bannir les bateaux de croisière de son centre historique, dès le mois de juin ces monstres des mers faisaient leur réapparition dans la Cité des Doges, au grand damne des citoyens qui se mobilisent depuis des années sur le sujet.

Face à cette situation dramatique, les organismes consultatifs de l’Unesco avaient recommandé fin juin que Venise soit classée parmi la liste des sites du patrimoine mondial en péril en raison du tourisme de masse et des bateaux de croisière qui sillonnent la lagune. "La détérioration continue des effets de l'intervention humaine, combinée au changement climatique sur l'écosystème vulnérable de la lagune, menace d'entraîner des changements irréversibles", notait l’UNESCO dans son rapport accusant les paquebots d’éroder les fondations de la ville.

"Un jour historique"

Dès le retour des navires dans la Cité des Doges le 4 juin dernier, des opposants à leur venue avaient embarqué dans des petites barques en brandissant des banderoles "No grandi Navi", "Non aux grands navires". Les manifestants avaient reçu le soutien de nombreux artistes internationaux. Mick Jagger, Wes Anderson, Tilda Swinton… avaient adressé le 2 juin une lettre ouverte au président italien Sergio Mattarella, au Premier ministre Mario Draghi et au maire de Venise pour demander entre autres un "arrêt définitif" de la circulation des navires de croisière. 

Face à cette mobilisation et à la menace de l’Unesco, le gouvernement italien a donc accéléré l’interdiction des géants des mers dans la Sérénissime échappant in extremis à sa nomination de patrimoine mondial en péril. "On peut clairement dire que c’est un jour historique après plusieurs années d’attente. Cette décision était attendue par l’Unesco, tous les gens qui ont visité Venise au moins une fois dans leur vie étaient choqués de voir ces bateaux passer par le plus fragile et le plus bel endroit du monde", a déclaré Dario Franceschini, ministre de la Culture

Les bateaux devront désormais amarrer dans le port industriel de Marghera et non plus dans le canal de Saint Marc et le canal de Giudecca. Les navires de croisière de moins de 200 passagers pourront, eux, toujours se frayer un chemin vers le centre historique, a précisé le gouvernement dans un communiqué. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

IStock poissons morts

"Pollution du siècle" de l’Escaut : le sucrier Tereos condamné à une sanction inédite

Le deuxième plus gros groupe sucrier au monde, Tereos, a été condamné à plus de 9 millions d'euros de dommages et intérêts. Il est responsable de la mort de tonnes de poissons après qu'une de ses digues se soit rompue entre le 9 et 10 avril 2020 provoquant le déversement de milliers de litres de...

Echantillon eau polluants chimiques scientifique pipette istock Smederevac

Cancers, infertilité : les "polluants éternels" contaminent les eaux françaises sans limite

C'est une pollution généralisée et largement sous-estimée, alerte l'association Génération futures dans un nouveau rapport. Celle aux PFAS, aussi appelés "polluants éternels" en raison de leur très faible dégradation dans l'environnement, présents dans les poêles, les emballages alimentaires, les...

Zones a faibles emissions CC0 Sebleouf

Chasse aux voitures polluantes : quand l'écologie se heurte au social

Depuis le 1er janvier, les zones à faibles émissions sont devenues obligatoires dans une dizaine d'agglomérations françaises. Il s'agit de restreindre l'accès à une zone délimitée aux véhicules les plus polluants. Une mesure qui inquiète sur le plan social. Après la crise des Gilets jaunes, qui...

Vetements fibres synthetiques istock

Primark, Zara, Boohoo... Le secteur de la mode reste accro au plastique malgré l’urgence climatique

Omniprésentes dans les collections de fast fashion, les fibres synthétiques ont encore de beaux jours devant elles. C’est la conclusion d’un nouveau rapport diffusé par l’ONG No Plastic in My Sea et la fondation Changing Markets. L’usage toujours plus important de ces matières renforce la dépendance...