Publié le 25 août 2020

ENVIRONNEMENT

Contre toute attente, la population mondiale pourrait finalement décliner dans la seconde moitié du siècle

Une étude publiée cet été dans The Lancet annonce que la population mondiale devrait finalement décroître à compter de 2064 pour atteindre près de 9 milliards d'habitants en 2100. C'est deux milliards de moins que l'hypothèse centrale de l'ONU. Les pays européens et asiatiques seront les plus touchés, tandis que l'Afrique subsaharienne pourrait voir sa population tripler. 

Population baisse 2100 istock
L'étude prévoit une baisse de la démographie mondiale à partir de 2064. Après un pic à 9,7 milliards, le nombre d’habitants devrait décliner pour retomber à 8,8 milliards en 2100.
iStock

À rebours des prévisions de l’ONU, une étude, publiée le 15 juillet dans la revue américaine The Lancet, prévoit une baisse de la démographie mondiale à partir de 2064. Après un pic à 9,7 milliards, le nombre d’habitants devrait décliner pour retomber à 8,8 milliards en 2100. Les estimations onusiennes prévoient dans leur hypothèse centrale que nous pourrons compter jusqu’à 11 milliards d’êtres humains sur Terre d’ici la fin du siècle, soit deux milliards de plus.

Ce déclin de la population serait lié au vieillissement de la population et à la baisse de la fécondité grâce à un meilleur accès à la contraception et à l’éducation. Ainsi, 94 % des 196 pays étudiés n’atteindraient pas le seuil de renouvellement de la population, de 2,1 enfants par couple, et permettant de maintenir la population sans apport migratoire. Le taux de fécondité passerait à 1,66 enfant par femme en 2100 contre 2,37 aujourd’hui, selon l’étude.

La population chinoise deux fois moins nombreuse en 2100

23 pays verraient leur population diminuer de moitié en Europe ou en Asie, tels que le Portugal, l’Espagne, l’Italie, le Japon, la Thaïlande, la Corée du Sud ou encore la Chine. Cette-dernière pourrait perdre près de la moitié de ses habitants (1,4 milliard aujourd’hui, 730 millions en 2100). La France ou encore le Royaume-Uni devraient voir leur population stagner tandis que les États-Unis, appelés à perdre prochainement leur place de première économie mondiale, pourraient repasser devant la Chine d’ici la fin du siècle, si l’immigration continue à pallier la fécondité en baisse, selon l’étude.

En Afrique subsaharienne, la population devrait tripler, tirée notamment par le Nigeria, qui deviendrait en 2100 le deuxième pays le plus peuplé au monde derrière l'Inde, mais devant la Chine. Deux autres régions verraient leur population augmenter par rapport à 2017 : l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient (600 millions). En Afrique, le nombre d’enfants par femme devrait ainsi passer de 4,3 en 2020 à 2,1 en 2100 contre. Dans son scénario, l’ONU anticipe aussi une baisse importante de la fécondité en Afrique, mais moins rapide.

Une bonne nouvelle pour l'environnement ?

Même si ces projections ne sont pas "gravées dans le marbre" tempère-t-il, et que des changements de politiques pourraient modifier les trajectoires des différents pays, c’est "une bonne nouvelle pour l’environnement (moins de pression sur les systèmes de production alimentaire et moins d’émissions de CO2)", indique Christopher Murray, directeur de l’Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME) à Seattle, qui a mené l’étude. 

Dans sa liste des 100 solutions les plus efficaces pour réduire les niveaux de gaz réchauffant l'atmosphère d'ici 2050, baptisé "Projet Drawdown", l'écologiste américain Paul Hawken classe en effet dans le Top 10 l'éducation des jeunes filles et la planification familiale avec un potentiel de réduction des émissions de 60 gigatonnes de CO2 chacune. Pour d’autres spécialistes en revanche, comme le démographe Gilles Pison, ce sont davantage les modes de vie que le nombre d’humains sur Terre qui influencent le changement climatique.

Concepcion Alvarez @conce1


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Montage photo ok

Paysages calcinés, lacs asséchés, animaux morts, fleuves taris… l’été caniculaire en 8 photos choc

Des vagues de chaleur s'abattent sur l’Hexagone depuis le début de l’été et mettent les écosystèmes à rude épreuve. Chaque nouvel épisode de sécheresse accable un peu plus la faune et la flore qui paient un lourd tribut de cet été historiquement chaud en métropole. Des photos déjà tristement...

Incendie feux secheresse THIBAUD MORITZ AFP

Landes, Gironde, Jura, Drôme... En France, les feux monstres nécessitent du renfort européen

Alors que 50 000 hectares de forêts sont déjà partis en fumée en France depuis le début de l'année, les feux monstres continuent de dévorer de nombreux territoires. En Gironde et dans les Landes, où les brasiers sont intenses, les pompiers doivent s'adapter à des conditions climatiques extrêmes....

Alexandre florentin MIE mega canicules paris 50 degres AF

Alexandre Florentin : "Soit on cuit, soit on fuit, soit on agit… j’ai décidé d’agir"

Imaginez Paris en 2026 sous une canicule de 50°C qui dure depuis plusieurs semaines. Cette fiction*, racontée sur Twitter depuis le 30 mai dernier, donne des frissons tant certains faits paraissent bel et bien réels. Il faut dire qu’elle a coïncidé avec deux canicules qui ont frappé coup sur coup la...

Prof discute

Poussés par les étudiants, les profs aussi bifurquent

Conscients de l'urgence environnementale et sociale, certains professeurs de l'enseignement supérieur répondent aux appels des étudiants en actualisant leurs cours avec des connaissances désormais incontournables sur le changement climatique et les responsabilités qui incombent à tous. Comptabilité,...