Publié le 13 octobre 2017

ENVIRONNEMENT

Un trou géant est apparu au milieu de l’Antarctique et personne ne sait pourquoi

Changement climatique ou pas ? Trop tôt de le dire. Mais le trou, grand comme six fois l’Île-de-France ou trois fois la Bretagne, apparu au milieu de la glace de l’Antarctique, n’est pas pour rassurer. Son existence aura des conséquences néfastes pour le climat, craignent les scientifiques.

Un trou de 80 000 kilomètres carrés est apparu au milieu de la glace de l'Antarticque.
Nasa

La réalité ne peut pas être niée tant elle nous saute au visage ! La Terre est en train de changer d’aspect. Tandis que les ouragans, les incendies, les sécheresses et les pluies torrentielles ravagent l’hémisphère nord, tout au sud, l’Antarctique semble partir en lambeau. Des relevés satellites ont mis en évidence que, depuis septembre et pour la deuxième année consécutive, un immense trou est apparu au milieu du continent glacé.

La découverte a été faite par des chercheurs de l’université de Toronto et du Southern Ocean Carbon and Climate Observations and Modeling (SOCCOM). Sa superficie est de 80 000 kilomètres carrés. Soit un sixième de la surface de la France métropolitaine ou sept fois celle de l’Île-de-France. Ce type de phénomène n’est pas inconnu. Les scientifiques parlent de "polynie" pour définir des zones de mer libre entourées de glace.

 

Un cercle vicieux

Ce qui étrange ici est que le polynie est très loin dans la couche de glace, explique au journal Motherboard le spécialiste de l’atmosphère Kent Moore, professeur à l’université de Toronto. Lui et ses collègues de plusieurs universités dans le monde admettent ne pas comprendre vraiment l’origine de sa formation. Le dernier évènement équivalent connu date de 1970, mais les scientifiques manquaient alors de moyens techniques pour l’étudier.

Il est tentant de blâmer le changement climatique et le réchauffement des océans. Mais, prudente, l’équipe à l’origine de la découverte assure qu’il est prématuré d’aboutir à de telles conclusions. En revanche, ils assurent d’ores et déjà que le Polynie va avoir des conséquences à grandes échelles. Le professeur Kent Moore, explique qu’un mouvement de convection va se créer entre les eaux froides et chaudes. Ces dernières remontant à la surface vont agrandir le trou peu à peu. Cela va aussi conduire à un réchauffement local de l’atmosphère.

Des icebergs géants

Pas une très bonne nouvelle pour le continent qui paie déjà un lourd tribut des bouleversements du climat terrestre. Deux énormes icebergs se sont détachés de l’Antarctique ces dernières semaines. En juillet dernier, l’iceberg A68 qui s’est séparé de la plateforme glaciaire Larsen C en juillet dernier. Il s’agissait d’un mastodonte de 5 800 kilomètres carrés, soit 55 fois la surface de Paris, et de 350 mètres d'épaisseur. Début octobre c’est B44, un bloc de glace, grand comme deux fois et demi Paris qui se fracturait du glacier de Pine Island.

Autre mauvaise nouvelle : courant août, une équipe de chercheurs de l’université d’Édimbourg (Écosse) a identifié une concentration insoupçonnée de volcans sous la glace. En plus des 47 déjà connus, les géologues ont identifié 91 structures supplémentaires, situées dans la partie occidentale du continent glacé. Si un de ces volcans entrait en éruption, "cela pourrait déstabiliser les couches de glace de l'Antarctique occidentale", explique Robert Bingham, un des chercheurs. Or le continent est déjà largement malmené. L’épaisseur de la glace y a presque diminué de 20 % ces 20 dernières années.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Scientifiques en rebellion devant dassault Lyuba XR France

Scientifiques en rébellion : "j’aurais plus peur pour mon avenir si j’étais un cadre de TotalEnergies qu’un scientifique engagé"

Il y a quelques semaines, Rose Abramoff, une scientifique américaine, était licenciée après avoir arboré une banderole appelant les scientifiques à l’action, lors d’un congrès. Un choc pour ses collègues du monde entier, dont Jérôme Santolini, biochimiste, directeur de recherche au CEA et l’un des...

Virus pandemie covid 19 pixabay

Maladies infectieuses : comment le changement climatique tue

Tuberculose, paludisme, le changement climatique va faire progresser ces maladies infectieuses, touchant des populations qui ne sont pas immunisées et qui auront du mal à y faire face, alerte le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. En outre, avec la fonte des...

Sophie Godin Beekmann couche d ozone CNRS

Reconstitution de la couche d’ozone : Une victoire qu'on ne peut pas répliquer au climat

Le trou dans la couche d'ozone devrait se résorber d'ici quarante ans au-dessus de l’Antarctique, et dès 2040 dans le reste du monde. Il avait été créé par la pollution humaine, particulièrement les chlorofluorocarbures (CFC) autrefois émis par de nombreux réfrigérateurs. Mais un protocole...

La foret amazonienne notre terre documentaire National Geographic

Planet killers, Pauvre malgré le job, Utopie.s… Cinq documentaires engagés à ne pas manquer cet hiver

Arte, France TV, Disney +... Vous avez fait le tour des plateformes de streaming et vous manquez d’inspiration ? Suivez le guide ! Une enquête haletante à la poursuite des criminels environnementaux, une plongée au cœur de l’Amazonie en compagnie du peuple Uru-Eu-Wau-Wau ou encore une immersion dans...