Publié le 13 octobre 2017

ENVIRONNEMENT

Un trou géant est apparu au milieu de l’Antarctique et personne ne sait pourquoi

Changement climatique ou pas ? Trop tôt de le dire. Mais le trou, grand comme six fois l’Île-de-France ou trois fois la Bretagne, apparu au milieu de la glace de l’Antarctique, n’est pas pour rassurer. Son existence aura des conséquences néfastes pour le climat, craignent les scientifiques.

Polynie Antarticque glace
Un trou de 80 000 kilomètres carrés est apparu au milieu de la glace de l'Antarticque.
Nasa

La réalité ne peut pas être niée tant elle nous saute au visage ! La Terre est en train de changer d’aspect. Tandis que les ouragans, les incendies, les sécheresses et les pluies torrentielles ravagent l’hémisphère nord, tout au sud, l’Antarctique semble partir en lambeau. Des relevés satellites ont mis en évidence que, depuis septembre et pour la deuxième année consécutive, un immense trou est apparu au milieu du continent glacé.

La découverte a été faite par des chercheurs de l’université de Toronto et du Southern Ocean Carbon and Climate Observations and Modeling (SOCCOM). Sa superficie est de 80 000 kilomètres carrés. Soit un sixième de la surface de la France métropolitaine ou sept fois celle de l’Île-de-France. Ce type de phénomène n’est pas inconnu. Les scientifiques parlent de "polynie" pour définir des zones de mer libre entourées de glace.

 

Un cercle vicieux

Ce qui étrange ici est que le polynie est très loin dans la couche de glace, explique au journal Motherboard le spécialiste de l’atmosphère Kent Moore, professeur à l’université de Toronto. Lui et ses collègues de plusieurs universités dans le monde admettent ne pas comprendre vraiment l’origine de sa formation. Le dernier évènement équivalent connu date de 1970, mais les scientifiques manquaient alors de moyens techniques pour l’étudier.

Il est tentant de blâmer le changement climatique et le réchauffement des océans. Mais, prudente, l’équipe à l’origine de la découverte assure qu’il est prématuré d’aboutir à de telles conclusions. En revanche, ils assurent d’ores et déjà que le Polynie va avoir des conséquences à grandes échelles. Le professeur Kent Moore, explique qu’un mouvement de convection va se créer entre les eaux froides et chaudes. Ces dernières remontant à la surface vont agrandir le trou peu à peu. Cela va aussi conduire à un réchauffement local de l’atmosphère.

Des icebergs géants

Pas une très bonne nouvelle pour le continent qui paie déjà un lourd tribut des bouleversements du climat terrestre. Deux énormes icebergs se sont détachés de l’Antarctique ces dernières semaines. En juillet dernier, l’iceberg A68 qui s’est séparé de la plateforme glaciaire Larsen C en juillet dernier. Il s’agissait d’un mastodonte de 5 800 kilomètres carrés, soit 55 fois la surface de Paris, et de 350 mètres d'épaisseur. Début octobre c’est B44, un bloc de glace, grand comme deux fois et demi Paris qui se fracturait du glacier de Pine Island.

Autre mauvaise nouvelle : courant août, une équipe de chercheurs de l’université d’Édimbourg (Écosse) a identifié une concentration insoupçonnée de volcans sous la glace. En plus des 47 déjà connus, les géologues ont identifié 91 structures supplémentaires, situées dans la partie occidentale du continent glacé. Si un de ces volcans entrait en éruption, "cela pourrait déstabiliser les couches de glace de l'Antarctique occidentale", explique Robert Bingham, un des chercheurs. Or le continent est déjà largement malmené. L’épaisseur de la glace y a presque diminué de 20 % ces 20 dernières années.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Sport jeux olympiques biathlon Martin Fourcade JulienCrosnier DPPIMedia

COP24 : Le monde du sport veut monter sur le podium de la lutte contre le réchauffement climatique

Le monde du sport doit s'associer à l'effort pour endiguer le réchauffement climatique. Et le Comité international olympique (CIO) a l'intention de montrer la voie, a déclaré cette organisation lors de la 24e conférence de l'ONU sur le climat, en cours à Katowice en Pologne.

Woodside petroleum 1 North Ranking Complex Detail

Climat : Woodside, premier énergéticien australien, se convertit à la taxe carbone

Le géant énergétique australien Woodside a demandé au gouvernement de réintroduire un système de taxe carbone. Un revirement de la part du pétrolier qui s'était jusqu'à maintenant fermement opposé à une telle mesure. Il rejoint les géants miniers BHP et Rio Tinto qui affirment vouloir agir face au...

Defile de mode Benjamin Suomela

COP24 : Adidas, Burberry, H&M, Puma... 43 marques de mode s'engagent à réduire leurs émissions de CO2

Les annonces se multiplient à la COP24 de Katowice à Pologne. Cette fois, ce sont 43 enseignes de mode, parmi les plus émettrices, qui s'engagent à réduire leurs émissions de 30 % d'ici 2030. Parmi les signataires de la charte pour l'action climatique, on trouve Gap, Esprit, Inditex, H&M ou encore...

Station essence Shell shell

Shell s’engage à lier la rémunération de ses dirigeants à l’atteinte d'objectifs climatiques

Sous la pression grandissante de ses investisseurs, Shell vient d’annoncer plusieurs engagements ambitieux en faveur du climat. Le pétrolier souhaite lier la rémunération de ses dirigeants à l’atteinte de ses objectifs climatiques. De plus, le géant anglo-néerlandais s’engage à quitter les groupes...