Publié le 21 octobre 2021

ENVIRONNEMENT

Montée des eaux : les simulations chocs des villes côtières englouties

Prendre conscience de la réalité derrière les chiffres n'est pas chose aisée. Une étude sur la montée des eaux publiée mi-octobre a été accompagnée de simulations pour se représenter l'impact de la hausse du niveau de la mer sur les villes côtières en fonction du degré de réchauffement. Des villes inondées à celles entièrement submergées, un milliard de personnes pourraient être touchées si le réchauffement atteint 4°C.

Monument girondins bordeaux
Monument des girondins, à Bordeaux avec un réchauffement limité à 1,5°C (à gauche) et à 3°C (à droite).
Capture d'écran @ClimateCentale

La cathédrale de la Havane, à Cuba, engloutie par les eaux. Celle de Nice complètement inondée. Ce n’est pas de la science-fiction, mais bien l’avenir des villes côtières si le réchauffement climatique se poursuit, alerte une étude publiée le 12 octobre dans la revue Environmental Research Letters. Les scientifiques ont établi la différence entre un monde qui respecterait l’Accord de Paris, soit +2°C  maximum de réchauffement d’ici la fin du siècle, et un monde qui ne respecterait pas cette ambition.

Pour donner à voir concrètement l'impact de ces chiffres, les chercheurs de l'organisation Climate central ont élaboré des simulations sur 184 villes. Titrées "quel avenir allons-nous choisir ?",  elles donnent à voir le futur de chaque ville, dans 200 à 2000 ans, en fonction du degré de réchauffement. Tout se joue dès maintenant, alertent les auteurs : le CO2 stocké dans l'atmosphère a une longue durée de vie et les mouvements de chaleur s’opèrent sur le temps long. Trois villes françaises sont représentées : Nice, Bordeaux et Anglet.

Un milliard de personnes menacées

Même si le réchauffement est limité à l’objectif le plus ambitieux de l’Accord de Paris, soit 1,5°C, environ 500 millions de personnes dans le monde seront tout de même touchées. Si le réchauffement atteint 4°C, un milliard de personnes (14% de la population) seraient menacées par la montée des eaux. Dans ce cas de figure, "50 grandes villes, pour la plupart en Asie, devraient se défendre contre des niveaux d'exposition sans précédent dans le monde, ou faire face à une perte partielle ou quasi-totale des superficies aujourd’hui existantes", soulignent les auteurs, qui précisent que ces projections ne prennent pas en compte la mise en place de barrages ou autres infrastructures de protection. La Chine, l'Inde, l'Indonésie, le Bangladesh et le Vietnam sont les pays les plus à risques. Aujourd’hui, 5% de la population mondiale est d’ores et déjà confrontée au problème, alors que le réchauffement a atteint 1,1°C. 

Pauline Fricot, @PaulineFricot


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Triple crise des inegalites climatiques 2

Un graph’ pour comprendre la triple crise des inégalités climatiques en un clin d’œil

Le nouveau rapport du Laboratoire des inégalités mondiales, publié le 31 janvier, met en lumière la triple crise des inégalités climatiques : inégalités dans les émissions de CO2, inégalités des pertes liées aux impacts du réchauffement et inégalités dans les capacités financières à y faire face....

Immeuble Signal Soulac sur mer Gironde Philippe Lopez AFP

Signal, le premier immeuble victime de l'érosion côtière à cause de la montée des eaux

Le chantier de démolition de l’immeuble Signal, à Soulac-sur-mer, vient d’être lancé. Le bâtiment en bord de mer avait été évacué en 2014 alors que le rivage se rapprochait dangereusement du pas de sa porte. Après des années de batailles judiciaires, les copropriétaires avaient obtenu un...

Credits carbone marche carbone CO2 arbres istock

Après les enquêtes du Guardian et de Cash Investigation, voilà pourquoi il ne faut pas (encore) tuer les crédits carbone

De nouvelles enquêtes publiées ces derniers jours ont démontré une nouvelle fois le manque de fiabilité des crédits carbone, utilisés notamment par les grandes entreprises pour compenser leurs émissions de CO2 au lieu de les réduire. Un débat qui n'est pas nouveau et qui jette l'opprobre sur ce...

Scientifiques en rebellion devant dassault Lyuba XR France

Scientifiques en rébellion : "j’aurais plus peur pour mon avenir si j’étais un cadre de TotalEnergies qu’un scientifique engagé"

Il y a quelques semaines, Rose Abramoff, une scientifique américaine, était licenciée après avoir arboré une banderole appelant les scientifiques à l’action, lors d’un congrès. Un choc pour ses collègues du monde entier, dont Jérôme Santolini, biochimiste, directeur de recherche au CEA et l’un des...