Publié le 16 novembre 2018

ENVIRONNEMENT

Carburants : Les agrocarburants polluent plus que l’essence et le diesel

Les gilets jaunes défileront le 17 novembre pour dénoncer la hausse du prix des carburants. En attendant, de plus en plus de Français se tournent vers les agrocarburants, souvent moins chers et présentés comme des alternatives vertes au diesel et à l'essence. Or, selon plusieurs études, ils seraient en fait plus polluants que les carburants fossiles à cause de la déforestation qu'ils génèrent, de l'accaparement des terres agricoles, du stockage carbone...

Agrocarburants plus polluants que diesel et essence
La France est le premier consommateur de biocarburant en Europe avec une consommation de 3 335 000 tonnes équivalents pétrole.
Pixabay

Huile de palme, betterave, tournesol, soja… Les agrocarburants, appelés aussi biocarburants, sont présentés comme une alternative plus écologique à l’essence et au diesel. Dernier en date, Oleo100, du groupe Avril. Le géant de l’agroalimentaire a annoncé le 8 novembre le lancement d'un nouveau carburant issu du colza. Il compte alimenter 15 000 camions ou bus d’ici 2022.

"Oleo100 permet de réduire d’au moins 60 % les émissions de gaz à effet de serre par rapport au gazole fossile auquel elle se substitue", avance Avril. D’autant, souligne le groupe, que le colza utilisé est français.

4 % d'émissions de CO2 en plus

Le problème, dénonce Greenpeace, c’est que les fabricants d’agrocarburants ne prennent en compte que les émissions directes lors de l’utilisation des véhicules. "Oleo100 va émettre plus de carbone que les carburants fossiles car il faut prendre en compte les émissions indirectes liées au changement d’affectation des sols. Les prairies stockent du carbone mais quand elles sont plantées avec du colza, elles en stockent moins", explique à France Inter Clément Sénéchal, chargé de campagne chez Greenpeace.

Selon une étude réalisée en 2016 par l’ONG Transport et Environnement et s’appuyant sur les données de la Commission européenne, les biodiesels émettraient 4 % de plus d’émissions de CO2 que le diesel ou l’essence. "Ces émissions supplémentaires équivalent à environ 12 millions de voitures supplémentaires sur les routes européennes en 2020", écrit l’ONG. "Le remède est manifestement pire que la maladie", dénonce Jos Dings, le directeur exécutif de Transport et Environnement.

Biocarburant à l'huile de palme trois fois plus polluant

Le biodiesel à base d’huile de palme serait même trois fois plus polluant que le diesel fossile. En cause, bien sûr, la déforestation. Aujourd’hui, 80 % de l’huile de palme importée dans l’Hexagone est destinée aux carburants. Le gouvernement a même autorisé Total, en mai, à importer 300 000 tonnes d’huile de palme pour alimenter sa bioraffinerie de la Mède. Le pétrolier s'étant engageant à n'utiliser qu'une production certifiée durable.

"Même si le biocarburant est produit en France, on se retrouve avec des parcelles agricoles en moins dédiées à l’alimentation. La demande alimentaire étant croissance, il faudra trouver ces terres ailleurs", explique à 20 Minutes Laura Buffet de l’ONG Transport & Environnement. "Ceci peut être facteur de déforestation et d’augmentation des prix des denrées alimentaires. Pas forcément en France mais dans les pays en développement", ajoute-t-il.

Interdiction en 2030

Les Français sont de plus en plus friands de ces biocarburants. Surtout depuis la hausse du prix du diesel et de l’essence. Avec le bioéthanol, fabriqué à partir de betteraves et dont la France est le premier producteur européen, un automobiliste peut ainsi économiser 600 euros pour 10 000 kilomètres. Et contrairement au biodiesel, il permettrait de réduire de 0,5 % les émissions de GES par rapport à l'essence. 

Le gouvernement, qui vient de publier sa stratégie déforestation, a annoncé l’interdiction totale des biocarburants issus de matières premières à risque d’ici 2030. D’ici là, il compte appliquer le plafonnement de l’incorporation de biocarburants issus de matières première à risque que la Commission européenne doit définir en 2019. Il faudra par la suite qu’il se positionne sur les agrocarburants de deuxième génération, qui utilisent les déchets organiques de bois ou de culture, et même de troisième génération, à base d’algues. 

 Marina Fabre @fabre_marina 


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Les moules peuvent limiter le rechauffement climatique Pixabay

[Calendrier de l'Avent] Les moules peuvent nous sauver du réchauffement climatique

On le sait peu, mais les moules sont de véritables puits de carbone. Une nouvelle étude révèle même que leur production limite le réchauffement climatique. Jusqu’à Noël, Novethic vous propose d’ouvrir une case de son calendrier de l’Avent. Chaque jour, vous découvrirez une bonne nouvelle qui prouve...

Sport jeux olympiques biathlon Martin Fourcade JulienCrosnier DPPIMedia

COP24 : Le monde du sport veut monter sur le podium de la lutte contre le réchauffement climatique

Le monde du sport doit s'associer à l'effort pour endiguer le réchauffement climatique. Et le Comité international olympique (CIO) a l'intention de montrer la voie, a déclaré cette organisation lors de la 24e conférence de l'ONU sur le climat, en cours à Katowice en Pologne.

Woodside petroleum 1 North Ranking Complex Detail

Climat : Woodside, premier énergéticien australien, se convertit à la taxe carbone

Le géant énergétique australien Woodside a demandé au gouvernement de réintroduire un système de taxe carbone. Un revirement de la part du pétrolier qui s'était jusqu'à maintenant fermement opposé à une telle mesure. Il rejoint les géants miniers BHP et Rio Tinto qui affirment vouloir agir face au...

Defile de mode Benjamin Suomela

COP24 : Adidas, Burberry, H&M, Puma... 43 marques de mode s'engagent à réduire leurs émissions de CO2

Les annonces se multiplient à la COP24 de Katowice à Pologne. Cette fois, ce sont 43 enseignes de mode, parmi les plus émettrices, qui s'engagent à réduire leurs émissions de 30 % d'ici 2030. Parmi les signataires de la charte pour l'action climatique, on trouve Gap, Esprit, Inditex, H&M ou encore...