Publié le 16 novembre 2018

ENVIRONNEMENT

Carburants : Les agrocarburants polluent plus que l’essence et le diesel

Les gilets jaunes défileront le 17 novembre pour dénoncer la hausse du prix des carburants. En attendant, de plus en plus de Français se tournent vers les agrocarburants, souvent moins chers et présentés comme des alternatives vertes au diesel et à l'essence. Or, selon plusieurs études, ils seraient en fait plus polluants que les carburants fossiles à cause de la déforestation qu'ils génèrent, de l'accaparement des terres agricoles, du stockage carbone...

La France est le premier consommateur de biocarburant en Europe avec une consommation de 3 335 000 tonnes équivalents pétrole.
Pixabay

Huile de palme, betterave, tournesol, soja… Les agrocarburants, appelés aussi biocarburants, sont présentés comme une alternative plus écologique à l’essence et au diesel. Dernier en date, Oleo100, du groupe Avril. Le géant de l’agroalimentaire a annoncé le 8 novembre le lancement d'un nouveau carburant issu du colza. Il compte alimenter 15 000 camions ou bus d’ici 2022.

"Oleo100 permet de réduire d’au moins 60 % les émissions de gaz à effet de serre par rapport au gazole fossile auquel elle se substitue", avance Avril. D’autant, souligne le groupe, que le colza utilisé est français.

4 % d'émissions de CO2 en plus

Le problème, dénonce Greenpeace, c’est que les fabricants d’agrocarburants ne prennent en compte que les émissions directes lors de l’utilisation des véhicules. "Oleo100 va émettre plus de carbone que les carburants fossiles car il faut prendre en compte les émissions indirectes liées au changement d’affectation des sols. Les prairies stockent du carbone mais quand elles sont plantées avec du colza, elles en stockent moins", explique à France Inter Clément Sénéchal, chargé de campagne chez Greenpeace.

Selon une étude réalisée en 2016 par l’ONG Transport et Environnement et s’appuyant sur les données de la Commission européenne, les biodiesels émettraient 4 % de plus d’émissions de CO2 que le diesel ou l’essence. "Ces émissions supplémentaires équivalent à environ 12 millions de voitures supplémentaires sur les routes européennes en 2020", écrit l’ONG. "Le remède est manifestement pire que la maladie", dénonce Jos Dings, le directeur exécutif de Transport et Environnement.

Biocarburant à l'huile de palme trois fois plus polluant

Le biodiesel à base d’huile de palme serait même trois fois plus polluant que le diesel fossile. En cause, bien sûr, la déforestation. Aujourd’hui, 80 % de l’huile de palme importée dans l’Hexagone est destinée aux carburants. Le gouvernement a même autorisé Total, en mai, à importer 300 000 tonnes d’huile de palme pour alimenter sa bioraffinerie de la Mède. Le pétrolier s'étant engageant à n'utiliser qu'une production certifiée durable.

"Même si le biocarburant est produit en France, on se retrouve avec des parcelles agricoles en moins dédiées à l’alimentation. La demande alimentaire étant croissance, il faudra trouver ces terres ailleurs", explique à 20 Minutes Laura Buffet de l’ONG Transport & Environnement. "Ceci peut être facteur de déforestation et d’augmentation des prix des denrées alimentaires. Pas forcément en France mais dans les pays en développement", ajoute-t-il.

Interdiction en 2030

Les Français sont de plus en plus friands de ces biocarburants. Surtout depuis la hausse du prix du diesel et de l’essence. Avec le bioéthanol, fabriqué à partir de betteraves et dont la France est le premier producteur européen, un automobiliste peut ainsi économiser 600 euros pour 10 000 kilomètres. Et contrairement au biodiesel, il permettrait de réduire de 0,5 % les émissions de GES par rapport à l'essence. 

Le gouvernement, qui vient de publier sa stratégie déforestation, a annoncé l’interdiction totale des biocarburants issus de matières premières à risque d’ici 2030. D’ici là, il compte appliquer le plafonnement de l’incorporation de biocarburants issus de matières première à risque que la Commission européenne doit définir en 2019. Il faudra par la suite qu’il se positionne sur les agrocarburants de deuxième génération, qui utilisent les déchets organiques de bois ou de culture, et même de troisième génération, à base d’algues. 

 Marina Fabre @fabre_marina 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Tokyo Japon CC0

Le Japon, sixième émetteur mondial de CO2, se fixe (enfin) un objectif de neutralité carbone d'ici 2050

Le nouveau Premier ministre japonais Yoshihide Suga a fixé lundi l'échéance de 2050 pour que la troisième économie du monde atteigne la neutralité carbone, renforçant ainsi les engagements du pays en matière de lutte contre le changement climatique. Ce nouvel objectif, aussitôt salué par les Nations...

La ronce

Le sabotage au cœur de l’action de la Ronce, dernier-né des mouvements écolos

Vous avez peut-être remarqué des paquets de sucre débouchonnés dans les rayons de vos magasins ? Il s'agit de la première action coordonnée de La Ronce, un nouveau mouvement écolo apparu en France début octobre. Dénonçant l'inaction des dirigeants, il appelle les citoyens à réaliser des dégradations...

Xi jinping onu 2020 Brian Smith Sputnik via AFP

Nucléaire, solaire, éolien... : Comment la Chine veut atteindre la neutralité carbone en 2060

L'annonce a fait l'effet d'une bombe et remis l'Accord de Paris sur les rails. En septembre, lors de l'Assemblée générale des Nations, le président chinois Xi Jinping s'engageait à atteindre la neutralité carbone en 2060. Selon plusieurs experts, cette mesure est réaliste bien qu'elle implique des...

GAFAM CLIMAT

[Élection US] Aux premières loges de la crise climatique dans la Silicon Valley, les GAFAM misent désormais sur le climat

Ravagée par les incendies depuis plusieurs années déjà, en Californie, la Silicon Valley, siège des géants du numérique, commence à prendre la mesure du changement climatique. Face à l’inertie présidentielle et poussés par les ONG et leurs salariés, les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon,...