Publié le 14 novembre 2018

ENVIRONNEMENT

Taxes sur les carburants : le gouvernement tente l’apaisement

A trois jours de la manifestation annoncée par les gilets jaunes, le premier ministre, Edouard Philippe, a annoncé une série de mesures. Chèque énergie augmenté, chèque carburant défiscalisé et prime à la conversion augmentée pour l’achat d’un véhicule moins polluant. Le point sur les annonces.

Face à la grogne des Gilets jaunes, le gouvernement vient d'annoncer une série de mesures destinées à apaiser les tensions.
@Charly Triballeau / AFP

Alors que les gilets jaunes se préparent pour leur manifestation prévue dans trois jours, samedi 17 novembre, le gouvernement vient d’annoncer une série de mesure destinée à accompagner la hausse du prix des carburants à l’origine du mouvement. Des concessions qui ont pour but d’"apporter des réponses aux préoccupations des Français", sachant que "l’Etat a placé les Français dans une situation de dépendance face à une énergie chère, étrangère et polluante", a reconnu le Premier ministre, Edouard Philippe dans un entretien sur RTL. Pour autant, le gouvernement maintient les hausses de la fiscalité sur les carburants prévues en 2019 et son objectif de lutter contre les gaz à effet de serre et la pollution.

Les mesures annoncées visent principalement les plus modestes. En doublant la prime à la conversion pour l’achat d’un véhicule moins polluant pour les 20% de Français les plus modestes à 4 000 euros, le gouvernement vise un million de bénéficiaires. "On va doubler l’objectif annoncé au début du quinquennat", a assuré Edouard Philippe. Les régions qui proposeront des "chèques carburants", comme le font déjà Les Hauts de France sous conditions de ressources, auront droit à un coup de pouce de l’Etat qui propose de les défiscaliser. Pour les "grands rouleurs" (60 à 70 km par jour), le système d’indemnités kilométriques sera élargi aux "petites cylindrées". De quoi toucher davantage de personnes et avantager ceux "qui ont des voitures qui consomment peu et polluent peu", selon le Premier ministre.

Maintenir le cap d’une fiscalité climatique

D’autres mesures concernent les dépenses liées à l’énergie au sens large et au chauffage en particulier. Le chèque énergie -qui sert à payer le gaz, l’électricité, le fioul, le bois, le GPL ou les réseaux de chaleur- sera augmenté de 50 euros pour passer à 150 euros et devrait être perçu par 5,6 millions de Français. Quant à la prime de conversion des chaudières, elle correspondra désormais à "un tiers du coût global" de remplacement. De quoi faire disparaître les chaudières au fioul, très polluantes d’ici 10 ans, espère le gouvernement.

Toutes ces mesures estimées à 500 millions d'euros pour l'État, seront effectives au 1er janvier 2019, a assuré le Premier ministre qui espère ainsi apaiser les tensions. Pour autant, celui-ci entend maintenir le cap d’une fiscalité destinée à lutter contre le changement climatique, a assuré Edouard Philippe. "On s’est engagé dans la campagne présidentielle (…) à organiser un système dans lequel on va progressivement faire peser sur le pétrole, et donc sur le carbone et donc sur la pollution une partie des prélèvements fiscaux plutôt que sur le travail. C’est un des moyens de lutter contre le réchauffement climatique. Nous n’allons pas renoncer d’être à la hauteur de cet enjeu considérable"

Des annonces "bienvenues" selon Audrey Pulvar, présidente de la Fondation pour la Nature et l’Homme. Mais qui doivent être doublées d’une politique globale en matière de fiscalité écologique, estime une coalition d’ONG, de syndicats et d’associations de consommateurs (1). "Pour que la fiscalité fasse pleinement effet, l’ensemble des ménages doit pouvoir répondre à l’appel au changement. (...) En marge de la trajectoire de neutralité carbone, construisons une véritable trajectoire des investissements et des mesures d’accompagnement pour la transition écologique. La justice sociale est une de nos meilleures chances de réussir cette transition et sortir du piège de la dépendance au pétrole", précisent-elles dans un manifeste publié ce mercredi. 

Béatrice Héraud @beatriceheraud

(1) UFC Que Choisir, UNAF, WWF-France, Fédération Nationale des Usagers des Transports, Rassemblement pour la Planète, CFDT, Fondation pour la Nature et l’Homme, Réseau Action Climat, Fondation Abbé Pierre, Ecologie Sans Frontière, Secours Catholique, Générations Futures

  


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Voitures diesel pollution ssuaphoto istock

Pollution de l’air : Le Conseil d’Etat presse le gouvernement d’agir sous peine de payer 10 millions d'euros par semestre

10 millions d'euros par semestre. C'est la somme que devra payer l'État si, dans six mois, il n'a toujours pas réduit la pollution de l'air dans huit zones de l'Hexagone. La plus haute juridiction administrative française avait déjà ordonné au gouvernement, il y a trois ans, de prendre les mesures...

Assemblee nationale PLFR3

PLFR3 : Les entreprises aidées publiquement sont désormais soumises à des engagements écologiques

L'Assemblée nationale vient d'adopter en première lecture le troisième projet de loi de finances rectificative (PLFR3). Demandée depuis le début du confinement par de nombreux élus et ONG, l'écoconditionnalité des aides versées aux grandes entreprises est entérinée. Les grandes entreprises dans...

Action greenpeace notre dame climat

Greenpeace dénonce "l'écologie de façade" du gouvernement en déployant une banderole au-dessus de Notre-Dame

L'ONG Greenpeace a déployé ce matin à 6h une banderole en haut de la grue de Notre-Dame de Paris pour dénoncer l'inaction climatique du gouvernement. Une action vue par la nouvelle ministre de l'Écologie, Barbara Pompili, comme un "cadeau de bienvenu". La pression monte sur les épaules de la...

Jeanne barseghian maire ecolo de Strasbourg PATRICK HERTZOG AFP

État d’urgence climatique déclaré à Strasbourg et Bordeaux, deux villes emportées par des écologistes

C'est leur premier acte en tant que maire : à Strasbourg et Bordeaux, Jeanne Barseghian et Pierre Hurmic, deux écologistes tout juste élus, déclarent l'état d'urgence climatique sur leur territoire. Des centaines de conseils municipaux à travers le monde ont pris le même engagement. Mais celui-ci...