Publié le 14 novembre 2018

ENVIRONNEMENT

Taxes sur les carburants : le gouvernement tente l’apaisement

A trois jours de la manifestation annoncée par les gilets jaunes, le premier ministre, Edouard Philippe, a annoncé une série de mesures. Chèque énergie augmenté, chèque carburant défiscalisé et prime à la conversion augmentée pour l’achat d’un véhicule moins polluant. Le point sur les annonces.

Face à la grogne des Gilets jaunes, le gouvernement vient d'annoncer une série de mesures destinées à apaiser les tensions.
@Charly Triballeau / AFP

Alors que les gilets jaunes se préparent pour leur manifestation prévue dans trois jours, samedi 17 novembre, le gouvernement vient d’annoncer une série de mesure destinée à accompagner la hausse du prix des carburants à l’origine du mouvement. Des concessions qui ont pour but d’"apporter des réponses aux préoccupations des Français", sachant que "l’Etat a placé les Français dans une situation de dépendance face à une énergie chère, étrangère et polluante", a reconnu le Premier ministre, Edouard Philippe dans un entretien sur RTL. Pour autant, le gouvernement maintient les hausses de la fiscalité sur les carburants prévues en 2019 et son objectif de lutter contre les gaz à effet de serre et la pollution.

Les mesures annoncées visent principalement les plus modestes. En doublant la prime à la conversion pour l’achat d’un véhicule moins polluant pour les 20% de Français les plus modestes à 4 000 euros, le gouvernement vise un million de bénéficiaires. "On va doubler l’objectif annoncé au début du quinquennat", a assuré Edouard Philippe. Les régions qui proposeront des "chèques carburants", comme le font déjà Les Hauts de France sous conditions de ressources, auront droit à un coup de pouce de l’Etat qui propose de les défiscaliser. Pour les "grands rouleurs" (60 à 70 km par jour), le système d’indemnités kilométriques sera élargi aux "petites cylindrées". De quoi toucher davantage de personnes et avantager ceux "qui ont des voitures qui consomment peu et polluent peu", selon le Premier ministre.

Maintenir le cap d’une fiscalité climatique

D’autres mesures concernent les dépenses liées à l’énergie au sens large et au chauffage en particulier. Le chèque énergie -qui sert à payer le gaz, l’électricité, le fioul, le bois, le GPL ou les réseaux de chaleur- sera augmenté de 50 euros pour passer à 150 euros et devrait être perçu par 5,6 millions de Français. Quant à la prime de conversion des chaudières, elle correspondra désormais à "un tiers du coût global" de remplacement. De quoi faire disparaître les chaudières au fioul, très polluantes d’ici 10 ans, espère le gouvernement.

Toutes ces mesures estimées à 500 millions d'euros pour l'État, seront effectives au 1er janvier 2019, a assuré le Premier ministre qui espère ainsi apaiser les tensions. Pour autant, celui-ci entend maintenir le cap d’une fiscalité destinée à lutter contre le changement climatique, a assuré Edouard Philippe. "On s’est engagé dans la campagne présidentielle (…) à organiser un système dans lequel on va progressivement faire peser sur le pétrole, et donc sur le carbone et donc sur la pollution une partie des prélèvements fiscaux plutôt que sur le travail. C’est un des moyens de lutter contre le réchauffement climatique. Nous n’allons pas renoncer d’être à la hauteur de cet enjeu considérable"

Des annonces "bienvenues" selon Audrey Pulvar, présidente de la Fondation pour la Nature et l’Homme. Mais qui doivent être doublées d’une politique globale en matière de fiscalité écologique, estime une coalition d’ONG, de syndicats et d’associations de consommateurs (1). "Pour que la fiscalité fasse pleinement effet, l’ensemble des ménages doit pouvoir répondre à l’appel au changement. (...) En marge de la trajectoire de neutralité carbone, construisons une véritable trajectoire des investissements et des mesures d’accompagnement pour la transition écologique. La justice sociale est une de nos meilleures chances de réussir cette transition et sortir du piège de la dépendance au pétrole", précisent-elles dans un manifeste publié ce mercredi. 

Béatrice Héraud @beatriceheraud

(1) UFC Que Choisir, UNAF, WWF-France, Fédération Nationale des Usagers des Transports, Rassemblement pour la Planète, CFDT, Fondation pour la Nature et l’Homme, Réseau Action Climat, Fondation Abbé Pierre, Ecologie Sans Frontière, Secours Catholique, Générations Futures

  


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Decouplage croissance et environnement croissance verte decroissance istock

Pour atteindre nos objectifs climatiques, il faut renoncer à la croissance, prévient l’Agence européenne de l'environnement

Cette fois c'est l'Agence européenne de l'environnement, que l'on peut difficilement taxer de décroissante, qui lance le débat. Dans une note publiée en janvier, elle estime que le découplage entre croissance économique et pressions sur l'environnement semble peu probable. Dès lors, elle appelle les...

Boris Johnson COP26 040220 COP26

COP26 : le Royaume-Uni "fera tout" pour qu’elle se tienne en présentiel

Alors que la pandémie limite encore les déplacements à travers le monde, la présidence britannique de la COP26 a annoncé s'organiser pour maintenir le sommet international en présence physique. L'évènement, qui devait avoir lieu en 2020, a été décalé d'un an pour des raisons sanitaires. Cette 26ème...

Rencontre Castex 150 convention XoseBouzas HansLucas AFP

[Édito] Convention citoyenne pour le climat : une vraie avancée et beaucoup de limites

La Convention citoyenne pour le climat, avec ses 150 citoyens tirés au sort pour réfléchir à la baisse des émissions de CO2 de la France, va maintenant laisser le fruit de ses travaux au Parlement. L'évènement a largement mobilisé le pays sur les questions environnementales. Une réussite, toutefois...

Emmanuel macron convention citoyenne pour le climat CHRISTIAN HARTMANN POOL AFP

Ultime réunion de la Convention citoyenne pour le climat pour évaluer la future loi issue de leurs travaux

Après des mois de travaux de la Convention citoyenne pour le climat, arrive l'heure du bilan : ses 150 membres se pencheront de vendredi à dimanche sur les réponses faites par le gouvernement à leurs propositions et les suites à tirer de cette expérience inédite.