Publié le 04 novembre 2019

ENVIRONNEMENT

Le Gabon va être rémunéré pour la préservation de sa forêt, alors que c’est un pays qui déforeste très peu

Le Gabon va pouvoir recevoir jusqu’à 150 millions de dollars pour la préservation de sa forêt (environ 90 % de son territoire). Une première pour un pays d'Afrique. Mais cet accord inédit interroge alors que le pays, faiblement peuplé, et avec une population principalement urbaine, connaît des taux de déforestation très bas. 

Paiement aux resultats preservation forets gabon cafi
Le Gabon pourrait recevoir jusqu’à 150 millions de dollars, avec un prix de la tonne de carbone compris entre cinq et dix dollars.
@Cafi

Un accord inédit a été signé en marge du sommet climat de septembre à New York. Le Gabon va recevoir des paiements pour la préservation de sa forêt, qui couvre près de 90 % de son territoire, dans le cadre de l'Initiative pour la forêt de l’Afrique centrale (Cafi), portée par la Norvège. C’est le premier pays d’Afrique à bénéficier de ce "paiement aux résultats".

Les efforts du pays pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre due à la déforestation et à la dégradation, et pour améliorer l'absorption du dioxyde de carbone par ses forêts naturelles seront valorisés dans un contrat de dix ans (2016-2025). Le Gabon pourrait ainsi recevoir jusqu’à 150 millions de dollars, avec un prix de la tonne de carbone compris entre cinq et dix dollars.

Injustice

"Le consentement de la Norvège à doubler le prix de la tonne de dioxyde de carbone des forêts tropicales dans cet accord est très important et nous permet d'espérer que la communauté internationale s'acheminera vers un prix réaliste, qui incitera véritablement les pays forestiers à suivre notre exemple", a réagi le professeur Lee White, ministre gabonais de la Forêt, de la Mer, de l'Environnement, chargé du Plan climat.

Mais cette expérience interroge puisque le Gabon fait partie des pays à faible taux de déforestation contrairement à d’autres pays comme le Brésil ou l’Indonésie qui présentent des taux de déforestation élevée. Avec une population principalement urbaine, il y a peu d’activités agricoles et donc peu de pression sur les forêts. Pourquoi dès lors choisir de rémunérer ce pays, déjà vertueux ?

"C’est justement pour lutter contre cette forme de déséquilibre que nous avons signé cet accord, explique Berta Pesti, cheffe du secrétariat de Cafi. Aujourd’hui, la plupart des mécanismes financiers favorisent les pays à fort taux de déforestation et des pays comme le Gabon, plutôt bons élèves, n’y ont pas accès. Il est pourtant important de les inciter eux aussi à continuer à préserver leur forêt pour lutter contre le changement climatique."

Régression

Un point de vue que ne partage pas Alain Karsenty, chercheur au Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement). "Le système de paiement aux résultats doit contribuer à infléchir des politiques publiques vers une meilleure préservation des forêts. Les rémunérations doivent être directement liées aux efforts, traduits en politiques et mesures mises en œuvre sur le terrain. Sinon, on rémunère pour des circonstances", accuse-t-il. "Il s’agit là d’une régression intellectuelle."

"Nous récompensons un mélange de contexte socio-économique et démographique et d’efforts délibérés du gouvernement, concède Berta Pesti. Le gouvernement gabonais a ainsi annulé certaines concessions forestières, interdit l’exportation des grumes, créer treize parcs nationaux et mis en œuvre des plans d’aménagement. Tout cela va dans la bonne direction." 

Le Gabon devra produire des rapports chaque année ou tous les deux ans afin de demander le décaissement des fonds. Après vérification, ceux-ci seront versés via des agences internationales telles que l’AFD (agence française de développement) et serviront à financer des projets de lutte contre le changement climatique.

Concepcion Alvarez @conce1   


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Donald trump mandat election etats unis

La réélection de Donald Trump pourrait retarder de dix ans la réduction des émissions mondiales

Une étude inédite a modélisé l'impact d'une réélection de Donald Trump à la tête de la Maison-Blanche dans la lutte contre le changement climatique. Selon les calculs des experts, il y a un risque que ce second mandat produise un effet d'entraînement sur les autres pays de l'Accord de Paris,...

Densite urbaine covid contre rechauffement climatique

Entre durabilité et lutte contre les épidémies, les grandes villes vont-elles devoir choisir ?

La densité urbaine des mégalopoles a été pointée du doigt partout à travers le monde pour son rôle dans la propagation du virus. Si Paris veut entamer une "cure d'hygiène" en pensant à agrandir les trottoirs, ces aménagements semblent insuffisants pour rassurer des habitants en mal de nature. Un...

Alok sharma Foreign and commonwealth office

La COP26 est reportée d’un an à novembre 2021 pour mieux relever l’ambition, promettent les États organisateurs

La COP26 sur le climat a officiellement été reportée d'un an. Elle se tiendra du 1er au 12 novembre 2021 à Glagow, en Écosse. Alors que certains y voient un constat d'échec, les États organisateurs et plusieurs experts assurent que c'est le temps nécessaire pour relever l'ambition climatique. Le...

Essec

ESSEC, Sciences Po, Polytechnique : les grandes écoles prennent le tournant de la transition

L'école de commerce Essec vient de dévoiler son plan de transformation durable. Tous les cours intégreront désormais les dimensions environnementales et sociétales. Une démarche ambitieuse alors que les grandes écoles à l’instar de Sciences Po et Polytechnique intègrent de plus en plus ses enjeux...