Publié le 04 novembre 2019

ENVIRONNEMENT

Le Gabon va être rémunéré pour la préservation de sa forêt, alors que c’est un pays qui déforeste très peu

Le Gabon va pouvoir recevoir jusqu’à 150 millions de dollars pour la préservation de sa forêt (environ 90 % de son territoire). Une première pour un pays d'Afrique. Mais cet accord inédit interroge alors que le pays, faiblement peuplé, et avec une population principalement urbaine, connaît des taux de déforestation très bas. 

Paiement aux resultats preservation forets gabon cafi
Le Gabon pourrait recevoir jusqu’à 150 millions de dollars, avec un prix de la tonne de carbone compris entre cinq et dix dollars.
@Cafi

Un accord inédit a été signé en marge du sommet climat de septembre à New York. Le Gabon va recevoir des paiements pour la préservation de sa forêt, qui couvre près de 90 % de son territoire, dans le cadre de l'Initiative pour la forêt de l’Afrique centrale (Cafi), portée par la Norvège. C’est le premier pays d’Afrique à bénéficier de ce "paiement aux résultats".

Les efforts du pays pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre due à la déforestation et à la dégradation, et pour améliorer l'absorption du dioxyde de carbone par ses forêts naturelles seront valorisés dans un contrat de dix ans (2016-2025). Le Gabon pourrait ainsi recevoir jusqu’à 150 millions de dollars, avec un prix de la tonne de carbone compris entre cinq et dix dollars.

Injustice

"Le consentement de la Norvège à doubler le prix de la tonne de dioxyde de carbone des forêts tropicales dans cet accord est très important et nous permet d'espérer que la communauté internationale s'acheminera vers un prix réaliste, qui incitera véritablement les pays forestiers à suivre notre exemple", a réagi le professeur Lee White, ministre gabonais de la Forêt, de la Mer, de l'Environnement, chargé du Plan climat.

Mais cette expérience interroge puisque le Gabon fait partie des pays à faible taux de déforestation contrairement à d’autres pays comme le Brésil ou l’Indonésie qui présentent des taux de déforestation élevée. Avec une population principalement urbaine, il y a peu d’activités agricoles et donc peu de pression sur les forêts. Pourquoi dès lors choisir de rémunérer ce pays, déjà vertueux ?

"C’est justement pour lutter contre cette forme de déséquilibre que nous avons signé cet accord, explique Berta Pesti, cheffe du secrétariat de Cafi. Aujourd’hui, la plupart des mécanismes financiers favorisent les pays à fort taux de déforestation et des pays comme le Gabon, plutôt bons élèves, n’y ont pas accès. Il est pourtant important de les inciter eux aussi à continuer à préserver leur forêt pour lutter contre le changement climatique."

Régression

Un point de vue que ne partage pas Alain Karsenty, chercheur au Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement). "Le système de paiement aux résultats doit contribuer à infléchir des politiques publiques vers une meilleure préservation des forêts. Les rémunérations doivent être directement liées aux efforts, traduits en politiques et mesures mises en œuvre sur le terrain. Sinon, on rémunère pour des circonstances", accuse-t-il. "Il s’agit là d’une régression intellectuelle."

"Nous récompensons un mélange de contexte socio-économique et démographique et d’efforts délibérés du gouvernement, concède Berta Pesti. Le gouvernement gabonais a ainsi annulé certaines concessions forestières, interdit l’exportation des grumes, créer treize parcs nationaux et mis en œuvre des plans d’aménagement. Tout cela va dans la bonne direction." 

Le Gabon devra produire des rapports chaque année ou tous les deux ans afin de demander le décaissement des fonds. Après vérification, ceux-ci seront versés via des agences internationales telles que l’AFD (agence française de développement) et serviront à financer des projets de lutte contre le changement climatique.

Concepcion Alvarez @conce1   


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Trump Thunberg Davos 2020 WhiteHouse WEF

Choc des cultures au Forum de Davos 2020 entre Greta Thunberg et Donald Trump

Greta Thunberg et Donald Trump sont les deux invités stars du Forum de Davos qui réunit en Suisse, à partir du 21 janvier, les principaux décideurs économiques et politiques mondiaux. Un programme paradoxal tant les visions de cette jeune fille de 17 ans appelant à une transformation radicale au nom...

Robert Poujade Jacques Chirac 1971 AFP

[À l’origine] Robert Poujade, premier ministre de l’écologie en France

Le premier ministre de l’Environnement en France remonte à 1971 sous la présidence de George Pompidou. C’est Robert Poujade qui occupera ce poste. Dès 1975, il dénoncera le manque de moyens attribués à ce portefeuille, plus de 40 ans avant les départs précipités de Nicolas Hulot ou Delphine Batho...

Credit suisse militant tennis Roger Federer LausaneActionClimat

En Suisse, la justice légitime la désobéissance civile de jeunes militants qui ont visé Crédit Suisse et Roger Federer sur le climat

Une tempête de tweets #RogerWakeUp a ciblé le 13 janvier, Roger Federer, le champion de tennis, interpellé sur son partenariat avec Crédit Suisse accusé de financer les énergies fossiles. Ce jour-là, étaient jugés en Suisse douze jeunes activistes qui avaient envahi une succursale de la banque à...

Microsoft bilan carbone negatif 2030

Microsoft veut éliminer tout le carbone qu’il a émis depuis sa création en 1975

C’est un engagement inédit que vient de prendre Microsoft. Le géant de l’informatique veut devenir négatif en carbone d’ici 2030 et éliminer, d’ici 30 ans, tout ce qu’il a émis dans l’atmosphère depuis sa création en 1975. Un objectif ambitieux qu’il entend accomplir via un "fonds d’innovation pour...