Publié le 31 octobre 2021

ENVIRONNEMENT

Le G20 réaffirme l’objectif de 1,5°C de réchauffement et s’engage à ne plus financer de nouvelles centrales à charbon

Les dirigeants des plus grandes économies de la planète, réunis au G20 à Rome, ont trouvé un accord sur le climat avant la COP26 de Glasgow, qui vient de s’ouvrir. Ils ont réaffirmé l’objectif de 1,5°C de réchauffement, inclus dans l’Accord de Paris. Ils se sont aussi engagés à ne plus subventionner de centrales à charbon à l’étranger d’ici la fin de l’année. Mais rien n’a pu être décidé pour l’arrêt du charbon au niveau national.

G20 fontaine de trevi italie ANDREAS SOLARO AFP ok
Les dirigeants du G20, devant la fontaine de Trevi, à Rome. Espérons qu'ils aient fait un vœu pour le climat...
Andreas Solaro / AFP

Les tractations auront duré toute la nuit et se sont poursuivies dimanche 31 octobre matin. Avant de s’envoler pour Glasgow, en Écosse, où la COP26 pour le climat s’est ouverte, les dirigeants du G20 ont réaffirmé l'objectif de l'Accord de Paris, à savoir "maintenir l'augmentation moyenne des températures bien en-dessous de 2°C et poursuivre les efforts pour la limiter à 1,5°C au-dessus des niveaux préindustriels". Ils vont un peu plus loin en ajoutant : "Conserver (l'objectif de) 1,5°C à portée nécessitera des actions et des engagements significatifs et efficaces de tous les pays."

Pour Tom Burke du groupe de réflexion E3G, cité par The Guardian, "c'est un signal politique qui donnera un élan à la Cop et aidera à parvenir à un accord." En revanche, le communiqué final n'inclut pas d'engagement à atteindre la neutralité carbone d'ici 2050. Les dirigeants du G20 ont plutôt convenu de l'importance de l’atteindre d'ici ou vers le milieu du siècle, une formulation qui reflète les positions de la Chine et de l'Arabie saoudite. Greenpeace dénonce pour sa part un "manque d’ambition" et une "répétition ratée avant la COP26".

Fin des subventions aux centrales à charbon à l’étranger

Les pays du G20, qui représentent près de 80 % des émissions polluantes mondiales, se sont également entendus pour arrêter de subventionner de nouvelles centrales au charbon à l'étranger d'ici la fin de l'année. "Nous mettrons fin à l'octroi de financement public à l'international pour de nouvelles centrales électriques au charbon d'ici la fin de 2021", indique le texte, qui ne donne cependant pas d'objectif pour l'abandon du charbon au niveau national.

"Le G20 ne financera plus de centrales au charbon à l'export. Il faut réaliser la portée de cette décision : des milliards n’iront plus au charbon, des centaines de centrales ne verront pas le jour. Une avancée pour le climat, un effort à poursuivre au sein de chaque pays" a réagit Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique. "Un tel accord va permettre de réduire les émissions de CO2 de 230 millions de tonnes par an, a déclaré Christine Shearer, directrice de programme au Global Energy Monitor. C'est presque l'équivalent des émissions annuelles de la Belgique et du Nigeria réunis. Cet accord marque le début de la fin des nouvelles centrales au charbon dans une grande partie du monde." 

Alors que le G20 se termine, la COP26 s'ouvre. Pour l'heure, les engagements des Etats mèneraient vers un réchauffement de +2,7°C, selon l'ONU. "Le réchauffement mondial atteint déjà 1,1 degré au-dessus des niveaux de l'ère préindustrielle. A 1,5°C, des pays seront submergés, et c'est pourquoi nous devons obtenir un accord" à Glasgow, s'était encore alarmé Alok Sharma dimanche matin sur la BBC.

Concepcion Alvarez @conce1


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Csm emploi job recrutement istock AndreyPopov 7aed59f1b1

Transition écologique : Voici les cinq métiers qui recrutent

C’est un signal fort qui montre que les acteurs économiques s’emparent de plus en plus des risques liés au changement climatique. Alors que le métier de responsable du développement durable est l’un des 25 métiers le plus en croissance selon LinkedIn, le cabinet Birdeo vient de publier son Top 5 des...

Chili gouvernement JAVIER TORRES AFP

Au Chili, un gouvernement jeune, paritaire, avec une climatologue à l’environnement

Le nouveau président du Chili, Gabriel Boric, entend bien mettre la lutte contre le changement climatique en haut de la pile de ses priorités. Il vient de passer les commandes du ministère de l'Environnement à Maisa Rojas, climatologue et co-autrice du dernier rapport du Giec. Un symbole fort.

Education transition

Transition écologique et sociale : l’enseignement supérieur se transforme doucement

Pour répondre à la quête de sens d'une jeunesse dont la moitié déclare souffrir d’éco-anxiété, mais aussi aux besoins des entreprises, des établissements lancent des formations entièrement dédiées à la transition. Un premier pas en cette journée mondiale de l’éducation, même si les enjeux du climat...

Couv Criminels climatiques

"Criminels climatiques" : une enquête édifiante sur les trois entreprises les plus climaticides au monde

Vous pensez à Amazon, Total ou BP ? Mais aucune de ces entreprises ne se situent dans le trio de tête. Les trois entreprises les plus climaticides au monde sont beaucoup moins connues du grand public. Il' s'agit du pétrolier Saudi Aramco, du géant chinois du charbon China Energy, et de la compagnie...