Publié le 12 octobre 2018

ENVIRONNEMENT

L’Accord de Paris brûle-t-il ?

L'Accord de Paris est en danger. À deux mois de la COP24, à Katowice en Pologne, et après la publication d’un rapport choc du Giec, la dynamique nouée à Paris en 2015 doit à tout prix être relancée. Le texte signé à la quasi-unanimité des pays membres de l’ONU en décembre 2015 est plus que jamais remis en cause. Et les émissions mondiales de CO2 sont inexorablement à la hausse.

Wishyouwerehere Hipgnosis
Couverture alternative de l'album Wish you were here des Pink Floyd.
@Hipgonosis

Un ouf de soulagement ! Dans la nuit du vendredi 5 au samedi 6 octobre, les États du monde entier ont adopté le résumé pour décideurs du Rapport spécial du Giec sur un monde à + 1,5°C. Mais pour aboutir à ce résultat, les négociations n'ont pas été un long fleuve tranquille. "L’Arabie saoudite, les États-Unis et l’Égypte ont tenu à rajouter des commentaires spécifiques sur le rapport", raconte Jean-Charles Hourcade, l’un des auteurs français du texte, présent sur place.

"L’Arabie saoudite ne voulait pas voir mentionner les NDC (contributions climatiques des États, NDLR) parce que ceux-ci violeraient la souveraineté nationale, ni l’Accord de Paris car ce n’est pas un texte scientifique, poursuit l’expert du CNRS. La bataille a duré deux heures jusqu’à ce que nous réussissions à convaincre que pour produire ce rapport. L’enjeu était de s’attaquer au symbole qu'est l'Accord de Paris. Ce qui est inquiétant c’est que très peu de pays sont montés au front pour le défendre." 

Bec et ongles

Cet épisode démontre l’extrême fragilité du texte issu de la COP21. "Il faut le défendre bec et ongles tous les jours, c’est une bataille qui n’est pas simple", rappelle Laurence Tubiana, cheville ouvrière de la COP21. Elle pointe notamment du doigt le Brésil où le candidat d’extrême droite, Jair Bolsonaro, arrivé largement en tête du premier tour de la présidentielle, ne cache pas son admiration pour Donald Trump. Comme lui, il souhaite sortir de l’Accord de Paris s’il est élu. Le pays, qui abrite la plus grande forêt tropicale au monde, compte parmi les douze pays les plus émetteurs de CO2 sur la planète.

Carte Accord de Paris PETITE 111018

Cliquer sur la carte pour l'agrandir (CA).

Mais au-delà d’une nouvelle défection, c’est la cohérence des États qui est interrogée. Si la plupart des pays dans le monde (excepté la Russie, la Turquie, ou l’Iran par exemple) ont ratifié l’Accord de Paris, leurs engagements nous mènent encore vers un réchauffement global à plus de 3°C d’ici 2100, et peinent à être traduits dans les actes. "Les nations ne tiennent pas leurs promesses", constate Patricia Espinosa, la haute responsable de l'ONU chargée des changements climatiques. En 2017, après trois années de stagnation, les émissions de CO2 sont même reparties à la hausse.

L’Australie, de son côté, a refusé d’inscrire son engagement climatique dans la loi. L’Allemagne a reconnu qu’elle ne pourrait pas tenir ses objectifs de réduction d’ici 2020 et la Chine est accusée de rouvrir massivement des centrales à charbon dans et hors de ses frontières. Selon l’association Urgewald, environ 250 entreprises chinoises sont liées à la moitié des 1 600 projets de centrales lancés dans le monde.

L'UE peine à prendre le leadership

L’Union européenne ne fait guère mieux. Au cours d’un conseil de l’Environnement, le 9 octobre dernier, les ministres européens se sont accordés sur une baisse des émissions de CO2 des voitures de 35 % entre 2021 et 2030, un cap moins ambitieux que celui fixé par le Parlement européen. Les 28 ont également échoué à relever leur ambition climatique pour 2030.

"Face à des tensions de plus en plus fortes autour de l’Accord de Paris, l’Europe doit pourtant prendre le leadership sur le climat et montrer la voie", estime Michel Colombier, de l’Iddri. "La France continuera de se mobiliser auprès de ses partenaires européens pour que les engagements pris lors de la COP 21 soient revus à la hausse, et que l’Union entraîne le reste du monde à tenir les objectifs de l’Accord de Paris", promet François de Rugy, nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire.  

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.