Publié le 10 juillet 2021

ENVIRONNEMENT

L’Amazonie, en feu, connaît son pire mois de juin depuis 14 ans

L'Amazonie subit un mois de juin particulièrement dévastateur alors que la saison sèche n'a pas encore commencé. Plus de 2 300 foyers d'incendies ont été comptabilisés dans la partie brésilienne, un record depuis les feux historiques de 2007. La déforestation liée à l'agriculture et l'élevage de bétail étant la principale cause de ces feux, le Président Jair Bolsonaro a autorisé l'armée en Amazonie pour lutter contre ce fléau. 

AMAZONIE AOUT 2020 christian Braga Greenpeace
Le scénario se répète : l'année dernière déjà, des incendies historiques avaient ravagé l'Amazonie.
@Christian Braga / Greenpeace

Les années se succèdent et les catastrophes empirent. Alors que déjà en 2020, l’Amazonie subissait son pire mois de juin depuis 13 ans, cette année 2021 bat un nouveau record. Selon les données officielles rendues publiques le 1er juillet, ce mois de juin a été le plus dévastateur depuis 2007. Les satellites de l'Institut national de la recherche spatiale (INPE) ont détecté 2 308 foyers d'incendie, soit 2,3 % de plus qu'en juin l'année dernière. Une situation dramatique alors que saison sèche n’a pas encore commencé. Les mois d’août et septembre pourraient ainsi subir des incendies historiques. 

Ces chiffres confirment une tendance, qui, selon les écologistes, est encouragée par les prises de position du président d’extrême droite Jair Bolsonaro favorable à l’ouverture des activités minières et agricoles en Amazonie. "L’augmentation des départs de feu en Amazonie n’est pas une surprise, c’est le résultat d’actions directes qui incitent à l’illégalité et fragilisent les organes de contrôle, comme la réduction de 60 % du budget 2 021 pour la surveillance des incendies", déplore l’ONG Institut socio-environnemental (ISA) dans un communiqué transmis à l’AFP.

Interdiction des brûlis 

Sur l’ensemble de l’année 2020, quelque 103 000 incendies ont été recensés dans le biome amazonien, soit une augmentation de 16% en un an, selon l’INPE. Ces incendies sont la conséquence de la déforestation pour faire place à l’agriculture et à l’élevage du bétail, selon les experts. Le gouvernement brésilien a publié cette semaine un décret interdisant les brûlis pendant quatre mois et a autorisé l’envoi de l’armée en Amazonie pour lutter contre la déforestation et l’exploitation minière illégale.

Deux stratégies qui, selon Greenpeace Brésil "ont échoué de manière incontestable au cours des deux dernières années". Jair Bolsonaro s’est récemment engagé auprès de la communauté internationale à éliminer la déforestation illégale au Brésil d’ici 2030, sans annoncer de mesures concrètes pour atteindre cet objectif. Mais c’est aussi la responsabilité des puissances qui importent du soja brésilien qui est pointée du doigt.

La part de complicité de la France 

Emmanuel Macron avait ainsi reconnu en 2019, lorsque le monde découvrait les terribles incendies qui ravageaient l’Amazonie, la "part de complicité" de la France dans cette situation. L’Europe est en effet fortement dépendance de l’importation de soja sud-américain. Chaque année, selon Greenpeace, l’Hexagone importe 3,5 millions de tonnes de soja, participant ainsi à la déforestation. L’ONG a d’ailleurs bloqué fin mai un entrepôt stockant du soja importé dans le port de Saint-Nazaire. Pour remédier à cette situation, Emmanuel Macron a lancé fin 2019 un plan de souveraineté protéinique. 

Mais il y a urgence. Une récente étude publiée dans Nature Climate Change estime que la forêt amazonienne rejette désormais plus de carbone qu'elle n'en absorbe. Entre 2010 et 2019, ses émissions de carbone ont été 18 % supérieures aux absorptions, indique dans un communiqué l'Institut français de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (Inrae). Un basculement qui ne concerne auourd'hui que la partie brésilienne de la forêt amazonienne mais qui pourrait s'étendre à l'ensemble de l'Amazonie prochainement.

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Incendie feux secheresse THIBAUD MORITZ AFP

Landes, Gironde, Jura, Drôme... En France, les feux monstres nécessitent du renfort européen

Alors que 50 000 hectares de forêts sont déjà partis en fumée en France depuis le début de l'année, les feux monstres continuent de dévorer de nombreux territoires. En Gironde et dans les Landes, où les brasiers sont intenses, les pompiers doivent s'adapter à des conditions climatiques extrêmes....

Alexandre florentin MIE mega canicules paris 50 degres AF

Alexandre Florentin : "Soit on cuit, soit on fuit, soit on agit… j’ai décidé d’agir"

Imaginez Paris en 2026 sous une canicule de 50°C qui dure depuis plusieurs semaines. Cette fiction*, racontée sur Twitter depuis le 30 mai dernier, donne des frissons tant certains faits paraissent bel et bien réels. Il faut dire qu’elle a coïncidé avec deux canicules qui ont frappé coup sur coup la...

Prof discute

Poussés par les étudiants, les profs aussi bifurquent

Conscients de l'urgence environnementale et sociale, certains professeurs de l'enseignement supérieur répondent aux appels des étudiants en actualisant leurs cours avec des connaissances désormais incontournables sur le changement climatique et les responsabilités qui incombent à tous. Comptabilité,...

Crise de l eau istock

Des milliers de litres d'eau volés, des jacuzzis dégradés... la guerre de l'eau est-elle déclarée en France ?

Les tensions autour des ressources en eau s'exacerbent alors que la France subit une sécheresse historique. Après le vol de 400m3 d'eau en Ardèche, des jacuzzis ont été troués à Gérardmer où la ville n'avait plus accès à l'eau potable. Ces conflits s'apparentent-ils à une guerre de l'eau ? Si le...