Publié le 02 août 2019

ENVIRONNEMENT

[J’agis pour la planète] Je deviens agriculteur

Il y a quelques mois, Novethic a créé la polémique en relayant une étude du cabinet B&L Evolution (1) qui présentait différentes mesures pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C. Cet été, nous revenons sur quelques-unes de ces propositions pour comprendre comment elles pourraient changer la donne et dans quelle mesure elles pourraient s’appliquer. Focus aujourd’hui sur l’agriculture, la clé du changement.

Je sauve la planete en devenant agriculteur
Un tiers des agricultrices bio sont issues d'une reconversion professionnelle.
Istock / Pavliha

Les agriculteurs ont mauvaise presse et pourtant, leur rôle dans la lutte contre le changement climatique est primordial. Selon le cabinet B&L Evolution (2), il faudrait, pour limiter le réchauffement à 1,5 °C, multiplier par près de deux le nombre d’agriculteurs passant ainsi de 800 000 exploitants agricoles à 1,5 million d’ici 2030. Mais attention, cela dépend du type d’agriculture. 

Les experts du cabinet prônent une agriculture de conservation. "Le taux de conversion de parcelle en agriculture de conservation (bio ou procédés faiblement émissifs en carbone) doit passer de 200 000 hectares par an à un million d’hectares d’ici 2028", proposent-ils. Si le cap des 2 millions d’hectares cultivés en bio a été franchi en 2018, année record, la croissance reste encore insuffisante. Le bio ne représente aujourd’hui que 7,5 % de la surface agricole utile contre 6,5 % en 2017.

97 % des émissions d'ammoniac

L’enjeu est de taille. L’agriculture serait à l’origine de 97 % des émissions d’ammoniac, ce composé émis par les déjections d’animaux et les engrais azotés. De même, certaines pratiques agricoles, comme le labour profond, sont accusées de casser le développement de la matière organique dans le sol et de diminuer le carbone séquestré.

Or, selon l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), augmenter chaque année le stock de carbone des sols de 4 pour 1000 dans les 40 premiers centimètres du sol permettrait, en théorie, de "stopper l’augmentation actuelle de la quantité de CO2 dans l’atmosphère, à condition de stopper la déforestation". Cela passe par la plantation d’arbres ou de légumineuses, de plus petites parcelles et par le développement des haies.

Des citadines en reconversion

L’agriculture endosse à la fois le rôle de coupable et celui de sauveur du réchauffement climatique. Mais pour parvenir à être la clé du changement, elle doit se réinventer. Cela nécessite que des vocations naissent à travers le territoire et que des formations et des encadrements promouvant une agriculture durable se développent. C’est notamment le rôle de Fermes d’Avenir qui encourage l’agro-écologie.

"Si l’on souhaite changer de paradigme et inverser le modèle agricole dominant, il est indispensable de former les acteurs d’aujourd’hui et de demain afin qu’ils soient à même de faciliter la transition et de la rendre viable", souligne l’association qui a développé des formations plus ou moins longues en ce sens. Être paysan est un emploi d’avenir qui contribue à sauver la planète.

De plus en plus d’urbains semblent d’ailleurs séduits par ce métier symbolisant un retour à la Terre, à la nature. Dans son livre "Néo-Paysannes", Linda Bedouet dresse ainsi le portrait de 10 femmes qui ont entrepris une reconversion en quittant Paris, le métro, et leur appartement pour les récoltes sauvages. Les agricultrices jouent déjà un rôle primordial dans le renouveau agricole : en bio, 60 % ne viennent pas d’une famille d’agriculteurs et un tiers sont devenues agricultrices bio après une reconversion professionnelle.

Marina Fabre, @fabre_marina

(1) Voir l'infographie publiée par Novethic 

(2) Lire l'étude de B&L Evolution 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Un quart des entreprises les plus polluantes ne reportent pas leurs émissions de gaz à effet de serre

C’est un chiffre qui a de quoi inquiéter : un quart des entreprises les plus polluantes au monde ne publient pas d’informations sur leurs émissions de gaz à effet de serre, selon une récente étude commandée par un groupe d’investisseurs. C’est pourtant la première étape indispensable pour construire...

Rennes morts arctique svalvard Siri Uldal Norsk Polarinstitutt

En Arctique, les rennes meurent de faim en raison des bouleversements climatiques

En Arctique, où la température se réchauffe à un rythme deux fois plus élevé qu'ailleurs, les rennes de la région de Svalbard, à 1 000 kilomètres du Pôle Nord, n'arrivent plus à trouver assez de nourriture. Une équipe de chercheurs estiment que 200 animaux seraient morts en raison d'un hiver plus...

[Coup de chaud] Quand le changement climatique enflamme la rue

Longtemps circonscrites aux militants écologistes, les marches pour le climat ont pris une ampleur inédite en France et dans le monde depuis un an. Les populations demandent aujourd’hui des comptes à leurs dirigeants. En 2019, le changement climatique a montré toute sa puissance. Cette semaine...

Energy observer arctique EnergyObserver

Energy Observer, le bateau-laboratoire, navigue en Arctique à "l’épicentre du changement climatique"

Le bateau laboratoire Energy Observer, premier navire capable de produire son propre hydrogène, a rejoint samedi 10 août 2019 l'archipel du Svalbard, en Norvège, dans l'océan arctique. Une étape symbolique de son tour du monde, selon les organisateurs.