Publié le 05 juin 2019

ENVIRONNEMENT

Il n'y a jamais eu autant de terres agricoles bio en France

C'est un record. Selon les derniers chiffres de l'Agence bio, le cap des 2 millions d'hectares cultivés en bio a été franchi. C'est désormais un agriculteur sur dix qui travaillent en bio. Une croissance nécessaire pour répondre à la demande des consommateurs mais qui semble encore insuffisante pour répondre à l'objectif de 15 % de surface bio en 2022, soit le double de la surface actuelle.

10 % des agriculteurs français cultivent désormais en bio.
©CC0

L’agriculture bio conquit les champs français. Selon les derniers chiffres de l’Agence bio publiés mardi 4 juin, la production agricole bio a enregistré une "année record" en France en 2018. Le cap des 2 millions d’hectares cultivés en bio a été franchi, représentant 7,5 % de la surface agricole utile, contre 6,5 % en 2017. Au total, "14% de l'emploi agricole est en bio" a ajouté Florent Guhl, directeur de l'Agence bio, soulignant "un effet emploi très significatif des fermes bio". De fait, en 2018, le secteur bio a employé 18 714 personnes dans la production, la transformation et la distribution.

Les nouveautés de 2018 portent surtout sur les céréales, oléagineux et légumes secs qui rattrapent leur retard, avec un bond de 31 % de ces surfaces agricoles en bio, à 513 000 hectares. "En 2013, seulement 1 % des grandes cultures en France étaient bio, aujourd'hui nous sommes à 4,3 %", a salué le directeur. 

Le rythme n'est pas suffisant pour atteindre l'objectif de 15 %

Pour parvenir à réaliser l'objectif officiel de 15 % de la surface utile agricole totale en bio fin 2022, l'agence estime que sur le plan des céréales, la France devra cultiver 8 % de ses "grandes cultures" en bio. Dans le domaine des légumes secs, 40 % sont déjà bio. "Même si nous sommes sur une bonne pente, le rythme n'est pas suffisant pour atteindre les objectifs fixés par la loi. Il faudrait 7 000 conservions par an", tempère Florent Guhl dans les colonnes du Monde. La faute notamment au retard de paiement des aides de l'État destinés aux agriculteurs bio, qui ont ralenti les conversions. 

En viticulture aussi, le bond est très important (+20 %), avec 12 % du vignoble français en bio (94 020 hectares) en 2018. Pour encourager les vignerons à franchir le pas, un label CAB (conversion agriculture biologique) a été créé pour couvrir la période de conversion de trois ans. Le logo permet au viticulteur d'expliquer au consommateur qu'il est engagé dans le processus bio, et ainsi de vendre son vin un petit peu plus cher que du vin non bio pendant la transition.

30 % d'importations de produits bio

L’Agence bio a également souligné le "grand succès" des fruits et légumes bio, encouragés par l'objectif affiché dans la loi Alimentation (Egalim) de parvenir à 20 % de produits bio ou en conversion en restauration collective d'ici à 2022. "C’est tout le paysage agricole français qui est en train d’opérer un véritable changement", estime l’organisme, "ces résultats significateurs pour le bio "made in France" n’ont été rendus possible que par la mobilisation des opérateurs du secteur bio".

Cette augmentation de la production va permettre de répondre à la demande des consommateurs car aujourd’hui plus de 30 % des produits bio sont importés. Autre enjeu majeur du développement de la filière : la pression sur les prix. La grande distribution permet en effet de démocratiser le bio mais le syndicat national des entreprises bio (Synabio) a récemment rapporté que l’arrivée des géants de la distribution et de nouveaux fabricants a exacerbé la guerre des prix. Des pratiques qui font craindre des dérives similaires à celles qui frappent la filière conventionnelle aujourd’hui. 

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Pas d’avantage fiscal pour l’huile de palme : le business model de la Mède de Total remis en question

Total va-t-il continuer d'importer de l'huile de palme pour faire tourner sa bio-raffinerie de la Mède ? Le Conseil constitutionnel vient de rejeter un recours du groupe pétrolier et valide ainsi la suppression d'une exonération fiscale pour les biocarburants à base d'huile de palme. Une décision...

L agriculture en berne incendie usine lubrizol LOU BENOIST AFP

Lubrizol : le cauchemar des agriculteurs se prolonge dix jours après l’incendie

Il y a dix jours, une "marée noire" survolait le ciel de Rouen et ses alentours à la suite de l'incendie de l'usine de produits chimiques Lubrizol. Depuis, les agriculteurs ont interdiction de vendre leurs récoltes et les éleveurs doivent jeter des millions de litres de lait. Les pertes financières...

Films crise agricole

Du film "Au nom de la Terre" à "Tout est possible", la crise agricole n’est pas une fatalité

Il y a d’un côté cet agriculteur épuisé, surendetté, qui décide d’en finir en buvant des litres de glyphosate et de fipronil. Et de l’autre ce couple de citadins qui se lance dans la création d’une ferme agroécologique et qui, loin de tout angélisme, vont découvrir que la nature ne se dompte pas....

L agriculture en berne incendie usine lubrizol LOU BENOIST AFP

Usine Lubrizol : une "marée noire" tombée du ciel qui inquiète les agriculteurs

Les bêtes et les sols sont-ils pollués ? Après le grave incendie de l'usine chimique Lubrizol à Rouen, la préfecture de Seine-Maritime a gelé la récolte des agriculteurs au nom du principe de précaution. Certains éleveurs doivent jeter des centaines de litres de lait, denrée périssable. Le manque à...