Publié le 17 septembre 2018

ENVIRONNEMENT

Global Climate Action Summit : à San Francisco, la planète climat entre volontarisme et catastrophisme

Le sommet mondial sur le climat de San Francisco s'est achevé vendredi 14 septembre. Maires, gouverneurs, entreprises et ONG venus du monde entier ont demandé aux dirigeants mondiaux d’en faire plus dans les deux prochaines années afin de limiter le réchauffement de la planète.

Pendant une semaine, du 12 au 14 septembre, San Francisco a été le centre de la lutte contre le changement climatique avec la tenue du Global Climate Action Summit.
JOSH EDELSON / AFP

A San Francisco, le sommet mondial sur le climat s’est achevé sur un mélange d’urgence, d’alerte et d’optimisme. Urgence, car les dernières données montrent que l’action doit se déployer à grande échelle face à un climat qui s’emballe plus vite que prévu. Alerte car les négociations entre États, les seuls acteurs signataires de l’Accord de Paris, patinent à quelques mois d’une conférence, COP24, pourtant cruciale pour la mise en œuvre de l’accord. Optimisme enfin car Le sommet a aussi montré le volontarisme des acteurs locaux et privés sur le climat.

"Nous n'avons jamais eu autant besoin du multilatéralisme qu'à l'heure actuelle. Mais au moment exact où nous en avons le plus besoin, l'ordre international est remis en cause", a lancé en clôture Patricia Espinosa, l'ancienne ministre mexicaine chapeautant les négociations climatiques aux Nations unies. John Kerry, ancien chef de la diplomatie de Barack Obama se veut encore plus clair : "Je vais vous dire la vérité : nous sommes très loin de l'objectif", a déclaré celui qui négocia l'accord de Paris de 2015 pour les Etats-Unis.

Des négociations internationales mal engagées

Les prochains mois sont décrits comme cruciaux par de nombreux participants pour relancer l'accord de Paris sur le climat de 2015. En décembre, 190 Etats signataires se retrouveront à Katowice, en Pologne, pour s'accorder sur les règles de mise en œuvre du pacte. "L'énergie de Paris a été perdue", a déploré l'un des rares chefs d'Etats présents à San Francisco, le Hongrois Janos Ader. "L'avenir de la civilisation est en jeu, c'est le message que nous devons porter à Katowice". Mais les préparatifs de ce rendez-vous sont dans l'impasse.

La méthode adoptée en 2015 est inédite : aucune sanction n'est prévue pour les pays. Chaque Etat fixe ses objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, objectifs pour l'instant largement insuffisants pour limiter à 2°C la hausse de température du globe avant 2100. Ceux-ci seront révisés en 2020. "C'est ce qui déterminera si l'accord de Paris pourra être sauvé ou non", résume David Paul, ministre de l'Environnement des Îles Marshall, menacées d'engloutissement par la montée de l'océan Pacifique.

Les acteurs privés et locaux en relais

Des dirigeants régionaux européens, asiatiques ou américains ont affirmé qu'ils pouvaient prendre le relais des Etats défaillants en accélérant le passage à l'électricité et aux véhicules propres. Les cités ayant adopté les objectifs les plus ambitieux et rapides se trouvent principalement en Europe et en Amérique du Nord, dans des pays où les émissions sont sur la pente descendante depuis une décennie ou plus. Mais les rejets de CO2 par la Chine, premier pollueur mondial, et le reste de l'Asie continuent à croître fortement. Au total, le monde continue à émettre toujours plus.

"C'est dans les villes que la plus grande bataille doit être menée", a assuré à l'AFP le maire de Quito, Mauricio Rodas. Sa ville est en train de construire son premier métro et prévoit de restreindre aux véhicules propres son centre historique. Comme Varsovie, Buenos Aires ou Le Cap, Quito a d’ailleurs rejoint New York, Londres, Paris, Tokyo et plusieurs Etats américains comme la Californie dans une démarche "zéro carbone".

Arrêter de signer des déclarations

A côté des villes, les multinationales étaient omniprésentes : Unilever, Ikea, Sony, Walmart, Michelin... ont multiplié annonces et engagements. Une présence d’ailleurs dénoncée par plusieurs ONG.

Tous ces acteurs avaient un but affiché : infléchir la courbe mondiale des émissions dans les deux ou trois prochaines années. "Si nous n’y parvenons pas, il est extrêmement peu probable que nous parvenions à limiter la hausse de température à 2°C", a alerté Johan Rockström, grand climatologue suédois. "Il est temps d'agir et d'arrêter de signer des déclarations", pour Mats Pellbäck Scharp, directeur du développement durable d'Ericsson.

La rédaction avec AFP


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Triple crise des inegalites climatiques 2

Un graph’ pour comprendre la triple crise des inégalités climatiques en un clin d’œil

Le nouveau rapport du Laboratoire des inégalités mondiales, publié le 31 janvier, met en lumière la triple crise des inégalités climatiques : inégalités dans les émissions de CO2, inégalités des pertes liées aux impacts du réchauffement et inégalités dans les capacités financières à y faire face....

Immeuble Signal Soulac sur mer Gironde Philippe Lopez AFP

Signal, le premier immeuble victime de l'érosion côtière à cause de la montée des eaux

Le chantier de démolition de l’immeuble Signal, à Soulac-sur-mer, vient d’être lancé. Le bâtiment en bord de mer avait été évacué en 2014 alors que le rivage se rapprochait dangereusement du pas de sa porte. Après des années de batailles judiciaires, les copropriétaires avaient obtenu un...

Credits carbone marche carbone CO2 arbres istock

Après les enquêtes du Guardian et de Cash Investigation, voilà pourquoi il ne faut pas (encore) tuer les crédits carbone

De nouvelles enquêtes publiées ces derniers jours ont démontré une nouvelle fois le manque de fiabilité des crédits carbone, utilisés notamment par les grandes entreprises pour compenser leurs émissions de CO2 au lieu de les réduire. Un débat qui n'est pas nouveau et qui jette l'opprobre sur ce...

Scientifiques en rebellion devant dassault Lyuba XR France

Scientifiques en rébellion : "j’aurais plus peur pour mon avenir si j’étais un cadre de TotalEnergies qu’un scientifique engagé"

Il y a quelques semaines, Rose Abramoff, une scientifique américaine, était licenciée après avoir arboré une banderole appelant les scientifiques à l’action, lors d’un congrès. Un choc pour ses collègues du monde entier, dont Jérôme Santolini, biochimiste, directeur de recherche au CEA et l’un des...