Publié le 17 octobre 2020

ENVIRONNEMENT

En Sibérie, l’attaque des "feux zombies" menace la planète

Les feux de tourbière qui ravagent chaque année la Sibérie ne seraient en fait qu’un seul et même incendie qui dure depuis plusieurs années. Ces feux zombies se terrent dans le sol chaque hiver et ressurgissent à la faveur des températures anormalement élevées chaque été. L’AFP rapporte le dur combat des pompiers et bénévoles sur place.

Incendie en Siberie Svatai Copernicus CopernicusEU
Incendie en Sibérie dans la région de Svatai.
@CopernicusEU

Équipé d'une pelle, Grigori Kouksine retourne la terre fumante d'une tourbière en Sibérie. Avec un petit groupe de bénévoles, ce pompier russe affronte un redoutable incendie, résistant à l'hiver, et une véritable "bombe climatique". "Ce sont des feux souterrains, des feux zombies", explique à l'AFP le professionnel de 40 ans, chef de l'unité anti-feux de forêts de l'ONG Greenpeace.

Il faut s'enfoncer dans la réserve naturelle de Souzounski, à 130 kilomètres au sud de Novossibirsk, la troisième ville de Russie, pour atteindre le sinistre : une vaste tourbière recouverte d’orties, de chanvre, et entourée d'une épaisse forêt de pins. Ici, la tourbe, matière fossile issue de la lente décomposition de végétaux en milieu humide, se consume depuis environ cinq ans, estime Grigori Kouksine.

Survie sous terre pendant des années

Couvant à plus d'un mètre de profondeur, l'incendie survit aux hivers sibériens grâce aux sécheresses qui frappent toujours plus régulièrement la région. "Mais la tourbe ne prend jamais feu seule, l'homme est toujours responsable", souligne Grigori Kouksine. Il suffit d'un mégot mal éteint pour qu'une combustion se déclenche et survive sous terre pendant des années.

Après l'hiver, au retour des chaleurs, le feu de tourbe revient d'entre les morts, allume des herbes sèches en surface et peut se propager à toute la forêt. "C'est ce qui s'est passé l'été dernier", raconte Sergueï Akopov, 60 ans, un bénévole ayant lutté contre cet incendie. "On voyait les renards et les lièvres qui fuyaient les flammes", se rappelle ce juriste de profession, là pour la quatrième fois pour maîtriser le feu de tourbière.

Selon de nombreux scientifiques, la Sibérie et l'Arctique sont parmi les régions les plus exposées au changement climatique. Elles ont enregistré ces dernières années des records de chaleur et de gigantesques incendies. En juin, la cité arctique de Verkhoïansk a connu une température jamais vue de 38°C. Environ neuf millions d'hectares de forêts russes ont été officiellement touchés par les flammes cette année, la superficie du Portugal.

Noyer la terre

Les feux de tourbières représentent une menace supplémentaire pour le climat car la tourbe, en brûlant, libère énormément de gaz carbonique. Selon Grigori Kouksine, on est déjà dans un cercle vicieux: les perturbations du climat accentuent la sécheresse, favorisant les incendies de tourbières, libérant les gaz qui vont accentuer le dérèglement climatique. "Nous luttons ici à la fois contre le résultat du changement climatique et contre sa cause", résume-t-il.

Récemment, le site spécialisé Nature s'est alarmé d'une multiplication de ces "feux zombies" dans les zones arctiques, en Amérique comme en Russie. "Pour éteindre une tourbière, il faut l'inonder et mélanger soigneusement la terre jusqu'à l'obtention d'une pâte liquide", détaille Ekaterina Groudinina, 38 ans, coordinatrice de Greenpeace en Sibérie et en Extrême-Orient. Une fois la terre retournée et gorgée d'eau, on mesure la température de la couche souterraine de tourbe. Si elle dépasse les 40 degrés, il faut recommencer l'opération. "Un sale boulot", témoignent les bénévoles.

La Rédaction avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Alerte rouge pixabay a roesler

Records battus pour quatre indicateurs majeurs du changement climatique en 2021

L'Organisation météorologique mondiale indique dans un nouveau rapport que quatre marqueurs majeurs du changement climatique ont battu des records en 2021. Une alerte de plus quant à l'impact des activités humaines sur les écosystèmes terrestres et marins mais aussi sur les émissions de gaz à effet...

Tudiants grandes ecoles pollution 02

Polytechnique, AgroParisTech, ENS… Quand les futures élites claquent la porte

Après la vidéo virale des "ingénieurs qui bifurquent" d'AgroParisTech appelant leurs camarades à "déserter", c'est au tour des Écoles normales supérieures de se mobiliser pour que "la pratique scientifique" s'aligne sur "les enjeux impérieux de ce siècle", à savoir l'urgence écologique et sociale....

Canicule chaleur extreme pakistan AAMIR QURESHI AFP 01

Pakistan, Mexique, Égypte… Le monde suffoque sous des températures extrêmes

+51°C au Pakistan, +48°C au Mexique, +46°C en Égypte. Partout dans le monde, des températures historiques sont enregistrées, menaçant la santé humaine, l’approvisionnement en eau, les récoltes futures et même la biodiversité, qui ne résiste pas à une chaleur si accablante. Du côté de l’Hexagone, un...

Elisabeth borne premiere ministre matignon investiture CHRISTIAN HARTMANN POOL AFP

Ces chantiers écologiques qui attendent la nouvelle Première ministre, Élisabeth Borne

La cheffe de gouvernement devra être "attachée à la question sociale, à la question environnementale et à la question productive", a récemment promis le Président qui a multiplié les annonces en matière d’écologie depuis sa réélection. Ces intentions doivent se concrétiser à Matignon mais aussi lors...