Publié le 29 juin 2020

ENVIRONNEMENT

Emmanuel Macron embrasse les propositions de la Convention pour le climat, à l’exception de trois d’entre elles

Au lendemain d’un second tour des municipales emporté par une vague verte, Emmanuel Macron a reçu ce lundi 29 juin les 150 citoyens de la Convention pour le climat. Une rencontre très attendue au cours de laquelle le Président de la République a assuré qu’il donnerait une suite favorable à toutes les propositions. Seules trois d’entre elles sont rejetées : la taxe sur les dividendes, les 110 km/h sur autoroute et l’introduction de la préservation de l’environnement en préambule de la Constitution. Un ou deux référendums pourraient aussi avoir lieu en 2021.

Emmanuel macron convention citoyenne pour le climat CHRISTIAN HARTMANN POOL AFP
Emmanuel Macron souhaite intégrer les 150 citoyens de la Convention pour le climat dans le suivi des travaux pour mettre en application leurs propositions.
@Christian Hartmann / Pool / AFP

"Je serai votre ambassadeur" a d’emblée lancé Emmanuel Macron aux 150 citoyens de la Convention pour le climat (CCC), reçus ce lundi 29 juin l’Élysée. "Le temps est à l’action et nous allons agir ensemble" a-t-il promis. Le Président s’est engagé à reprendre l'ensemble des propositions, à l'exception de trois d’entre elles. Son premier "joker" concerne la taxe de 4 % sur les dividendes, "contraire" selon lui aux besoins d'investissements des entreprises pour innover.

Le second porte sur la réduction de la vitesse sur autoroute. Une question très sensible alors que c’est précisément le passage à 80 km/h sur les réseaux secondaires et la hausse de la taxe carbone qui avaient donné naissance aux Gilets jaunes et à la CCC. "Croyez-moi, je formule cette proposition en spécialiste", a ironisé le Président sous une salve d’applaudissements. "Ce serait profondément injuste que tout votre travail soit résumé à cette proposition" a-t-il ajouté.

Un projet de loi spécifique cet été

Le dernier porte sur la révision du préambule de la Constitution, qui placerait "la protection de l’environnement au-dessus des libertés publiques, au-dessus même de nos règles démocratiques", a expliqué Emmanuel Macron. Pour tout le reste, c’est feu vert ! Il s’est ainsi dit favorable à la mise en place d’un moratoire sur les nouvelles zones commerciales en périphérie des villes ou encore d'une taxe carbone aux frontières européennes.

"Les propositions qui relèvent du champ réglementaire seront abordées lors du prochain Conseil de défense écologique qui se tiendra d’ici fin juillet, précise le Président. D’autres seront intégrées au plan de relance. Enfin, un projet de loi spécifique sera présenté à la fin de l’été avec l'ensemble des mesures qui relèvent du champ législatif dans le cadre d’un travail dans lequel vous serez étroitement associés", a-t-il annoncé.

Des groupes de travail entre citoyens, membres du gouvernement et parlementaires vont être mis en place dès mardi 30 juin. Les 150 seront également reçus par le président de l’Assemblée nationale la semaine prochaine. Et des points mensuels auront lieu tous les mois avec le gouvernement pour assurer le suivi des travaux, avec la possibilité pour les citoyens d'invoquer leur droit d’alerte.

Référendums en 2021

En ce qui concerne d’éventuels référendums, Emmanuel Macron s’est dit prêt à y recourir sur la réécriture de l’article 1 de la Constitution introduisant "la préservation de la biodiversité, de l'environnement et la lutte contre le dérèglement climatique." Mais celui-ci ne pourrait intervenir qu’après le vote des chambres. Par ailleurs, il se laisse la possibilité d’en organiser un autre en 2021 sur un ou plusieurs textes de lois reprenant les propositions de la Convention. "Nous pouvons décider de choisir de faire confiance au peuple français", a-t-il lancé. En revanche, s'il s'est dit favorable à la création du crime d'écocide, la bataille doit selon lui avoir lieu à l'échelle internationale.

En outre, le chef de l’État a promis 15 milliards d’euros supplémentaires sur deux ans "dans la conversion écologique de notre économie". Emmanuel Macron promet également qu’il y aura d’autres conventions citoyennes sous l'égide du CESE (Conseil économique, social et environnemental) qui va devenir la chambre des conventions citoyennes. "Vous avez montré que sur un sujet inflammable il pouvait y avoir un consensus, a affirmé le Président, longuement applaudi après cette annonce. Il faut désormais convaincre l’ensemble des citoyens. La République s’est construite avec les colporteurs, je vous demande aujourd’hui d’être les colporteurs de cette transformation écologique."

Concepcion Alvarez @conce1


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

[Infographie] Convention citoyenne pour le climat : les principales mesures à retenir

La Convention citoyenne pour le climat, mise en place par Emmanuel Macron après la crise des Gilets jaunes, a rendu ses propositions finales dimanche 21 juin. Novethic les a épluchées et a rassemblé les principales mesures dans une infographie. L'objectif est de placer la France dans une...

110 km/h sur autoroute : un gain environnemental avéré mais un risque politique

Pour ne pas polariser les débats, les 150 citoyens de la Convention pour le climat ont abandonné la semaine de travail à 28 heures mais c'est une autre proposition qui a mis l'huile sur le feu : celle du passage à 110 km/h sur les autoroutes. Un sujet sensible alors que la baisse de la...

La Convention citoyenne pour le climat demande un référendum pour inscrire le climat dans la Constitution

Après neuf mois de travaux, retardés par la crise du Covid-19, la Convention citoyenne pour le climat créé par Emmanuel Macron pour répondre à la colère des Gilets jaunes sur la taxe carbone, a remis ses conclusions à l’Exécutif. Quelque 149 propositions doivent permettre de réduire les...

Reconnaître le crime d'écocide, est-ce vraiment la priorité ?

Les 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) souhaitent que les Français s’expriment, au cours d'un référendum, sur l'intérêt de légiférer sur le crime d’écocide pour sanctionner les atteintes graves à l'environnement. Si les parlementaires français ont rejeté à deux...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Voitures diesel pollution ssuaphoto istock

Pollution de l’air : Le Conseil d’Etat presse le gouvernement d’agir sous peine de payer 10 millions d'euros par semestre

10 millions d'euros par semestre. C'est la somme que devra payer l'État si, dans six mois, il n'a toujours pas réduit la pollution de l'air dans huit zones de l'Hexagone. La plus haute juridiction administrative française avait déjà ordonné au gouvernement, il y a trois ans, de prendre les mesures...

Assemblee nationale PLFR3

PLFR3 : Les entreprises aidées publiquement sont désormais soumises à des engagements écologiques

L'Assemblée nationale vient d'adopter en première lecture le troisième projet de loi de finances rectificative (PLFR3). Demandée depuis le début du confinement par de nombreux élus et ONG, l'écoconditionnalité des aides versées aux grandes entreprises est entérinée. Les grandes entreprises dans...

Action greenpeace notre dame climat

Greenpeace dénonce "l'écologie de façade" du gouvernement en déployant une banderole au-dessus de Notre-Dame

L'ONG Greenpeace a déployé ce matin à 6h une banderole en haut de la grue de Notre-Dame de Paris pour dénoncer l'inaction climatique du gouvernement. Une action vue par la nouvelle ministre de l'Écologie, Barbara Pompili, comme un "cadeau de bienvenu". La pression monte sur les épaules de la...

Jeanne barseghian maire ecolo de Strasbourg PATRICK HERTZOG AFP

État d’urgence climatique déclaré à Strasbourg et Bordeaux, deux villes emportées par des écologistes

C'est leur premier acte en tant que maire : à Strasbourg et Bordeaux, Jeanne Barseghian et Pierre Hurmic, deux écologistes tout juste élus, déclarent l'état d'urgence climatique sur leur territoire. Des centaines de conseils municipaux à travers le monde ont pris le même engagement. Mais celui-ci...