Publié le 22 avril 2021

ENVIRONNEMENT

Earth Day: avec son sommet climat, Joe Biden veut se poser en leader de la bataille pour la planète

À partir d'aujourd'hui et pour deux jours, Joe Biden organise le grand sommet climatique promis pendant la campagne présidentielle. Les efforts déployés par la diplomatie américaine devraient permettre de découvrir de nouveaux engagements en matière d’environnement et de protection des écosystèmes, venus des 40 dirigeants attendus à l’événement. En particulier, le Brésil promet au Président américain d’enfin protéger l’Amazonie.

Joe Biden JIM WATSON AFP POOL
Joe Biden organise le 22 et 23 avril un sommet climatique virtuel.
@JimWatson/AFP/POOL

L’élection de Joe Biden en novembre dernier a ramené les États-Unis au sein du concert des Nations unies pour lutter contre le réchauffement climatique. Non seulement, l’administration américaine a bien réintégré l’Accord de Paris que Donald Trump avait quitté en 2017, mais désormais elle se pose en meneuse du combat. Ainsi jeudi 22 et vendredi 23 avril, à sept mois de la prochaine COP, Washington organise son Earth Day (Jour de la Terre, ndr). Ce sommet virtuel international doit réunir une quarantaine de dirigeants internationaux.

Une partie d’entre eux devrait présenter des engagements en matière de baisse d’émissions de CO2. Selon la presse américaine, des annonces sont attendues du côté du Japon, de la Corée du Sud et du Canada. Le Président Jair Bolsonaro Brésil a d’ores et déjà adressé une lettre à son homologue américaine promettant "d’éradiquer toute déforestation illégale au Brésil d'ici 2030". Il se dit aussi "prêt à travailler avec la communauté internationale pour la protection de l'environnement et le développement durable en Amazonie".

Chine et Inde, au cœur des efforts

De tels engagements ont été pris grâce aux efforts de John Kerry, envoyé spécial chargé de la lutte contre le réchauffement climatique, qui a multiplié les rencontres diplomatiques. Il s’apprête même à s’envoler vers Shangaï afin d’envisager une collaboration sino-américaine. Cependant, un tel voyage entrepris en Inde début avril n’a pas abouti en raison des quatre années passées durant lesquelles Washington s’est tenu éloigné des questions climatiques.

De son côté, Katherine Tai, représentante du commerce des États-Unis, a plaidé le 15 avril dernier en faveur de l'utilisation des règles du commerce international pour lutter contre le changement climatique. "Pendant trop longtemps, la communauté commerciale traditionnelle a résisté à l'idée que la politique commerciale puisse être un outil légitime pour aider à résoudre la crise climatique", a-t-elle expliqué. Selon elle, ne pas intégrer les questions environnementales dans la réglementation du commerce international a conduit à ce que "les règles existantes de la mondialisation incitent à une pression à la baisse en matière de protection de l'environnement".

Facebook, Apple et Google en soutien

Cette volonté d’aller vers de nouvelles pratiques commerciales, associée au vaste plan d’investissement de 2 000 milliards de dollars annoncé par Joe Biden, plaît à la Silicon Valley. En 2017, lors du retrait américain de l’Accord de Paris, beaucoup d’entreprises avaient rejoint l’initiative "We Are Still In", signifiant que le tissu économique américain souhaitait continuer le combat climatique.

À l’approche du sommet international et en guise de soutien, Apple, Google et Facebook ont fait des annonces pour lutter contre le changement climatique. Le fabricant de l'iPhone a doté un nouveau fonds de 200 millions de dollars, le Restore Fund, pour investir dans des projets forestiers. Google a ajouté des vidéos édifiantes en mode "time-lapse" sur son site Google Earth, qui permettent de visualiser la transformation de certaines zones géographiques en accéléré sur quatre décennies. Enfin, Facebook l'a rejoint dans le club des entreprises qui utilisent 100 % d'énergie renouvelable.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Incendie feux secheresse THIBAUD MORITZ AFP

Landes, Gironde, Jura, Drôme... En France, les feux monstres nécessitent du renfort européen

Alors que 50 000 hectares de forêts sont déjà partis en fumée en France depuis le début de l'année, les feux monstres continuent de dévorer de nombreux territoires. En Gironde et dans les Landes, où les brasiers sont intenses, les pompiers doivent s'adapter à des conditions climatiques extrêmes....

Alexandre florentin MIE mega canicules paris 50 degres AF

Alexandre Florentin : "Soit on cuit, soit on fuit, soit on agit… j’ai décidé d’agir"

Imaginez Paris en 2026 sous une canicule de 50°C qui dure depuis plusieurs semaines. Cette fiction*, racontée sur Twitter depuis le 30 mai dernier, donne des frissons tant certains faits paraissent bel et bien réels. Il faut dire qu’elle a coïncidé avec deux canicules qui ont frappé coup sur coup la...

Prof discute

Poussés par les étudiants, les profs aussi bifurquent

Conscients de l'urgence environnementale et sociale, certains professeurs de l'enseignement supérieur répondent aux appels des étudiants en actualisant leurs cours avec des connaissances désormais incontournables sur le changement climatique et les responsabilités qui incombent à tous. Comptabilité,...

Crise de l eau istock

Des milliers de litres d'eau volés, des jacuzzis dégradés... la guerre de l'eau est-elle déclarée en France ?

Les tensions autour des ressources en eau s'exacerbent alors que la France subit une sécheresse historique. Après le vol de 400m3 d'eau en Ardèche, des jacuzzis ont été troués à Gérardmer où la ville n'avait plus accès à l'eau potable. Ces conflits s'apparentent-ils à une guerre de l'eau ? Si le...