Publié le 07 décembre 2020

ENVIRONNEMENT

Cinq ans après l'Accord de Paris, le monde se rapproche enfin d'une trajectoire de réchauffement à 2°C

Malgré le report d'un an de la COP26 de Glasgow (Écosse) sur le climat, certains des plus gros émetteurs de la planète, tels que la Chine ou encore le Japon, ont pris des engagements vers la neutralité carbone. L'ensemble de ces nouvelles annonces placent le monde sur une trajectoire de réchauffement de 2,1°C, selon Climate Action Tracker. Jamais nous n'avions été si près de l'objectif de l'Accord de Paris, dont nous célébrerons le cinquième anniversaire ce 12 décembre.

Csm COP21 Laurent Fabius Christina Figueres Ban Ki Moon accord 12 decembre 2015 Francois Guillot AFP 90a228bae3 01
Laurent Fabius, Christiana Figueres et Ban Ki-Moon, après l'adoption de l'Accord de Paris au Bourget le 12 décembre 2015.
François Guillot / AFP

L’Accord de Paris a tenu bon. Cinq ans après son adoption au Bourget, le 12 décembre 2015, ce texte a résisté à la défection américaine et aux assauts brésilien, saoudien, ou australien. Mieux encore, il a connu une renaissance avec une accélération des engagements ces derniers mois vers la neutralité carbone, de la part de la Chine, du Japon, de la Corée du Sud, du Canada ou encore de l’Afrique du Sud. Le nouveau Président des États-Unis, Joe Biden, a de plus annoncé le retour de son pays dans ce traité.  

En y ajoutant les engagements plus anciens de l’Union européenne, le réchauffement global serait ainsi limité à +2,1°C d’ici 2100, selon les estimations du Climate Action Tracker. "Avant la COP21, nous nous dirigions vers un réchauffement compris entre +4 et +6°C. Après les engagements de 2015, nous étions passés à +3,7°C et aujourd’hui, enfin, nous voyons des progrès et nous avançons vers la décarbonation de l’économie", se réjouit Christiana Figueres, l'ancienne secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur le Changement climatique (CCNUCC).  

"Des raisons d'espérer"

"Autre signe que l’Accord de Paris est bien vivant : toutes ces annonces ont été faites malgré la crise économique et avant le dénouement de l’élection américaine sans que celle-ci ne représente une quelconque forme de conditionnalité" complète Sébastien Treyer, directeur général de l’Iddri. "Il y a donc des raisons d’espérer, ce qu’on voulait est en train d’advenir, même si nous devons rester vigilants afin que ces promesses soient désormais traduites dans les actes." 

"La neutralité carbone, encore perçue il y a cinq ans comme une idée folle, est désormais devenue la norme", poursuit Christiana Figueres. Plus d’une centaine de pays ont ainsi indiqué qu'ils travaillaient sur un tel objectif à 2050 ainsi que de nombreuses villes et régions à travers le monde et des centaines d’entreprises, certaines prenant même comme horizon 2030 ou s’engageant à être carbon free (Google) ou carbon négative (Microsoft).

Conformément à l’Accord de Paris, les 189 Parties (sur 197) ayant ratifié le texte – manquent à l’appel la Turquie, l’Iran, l’Irak ou encore la Libye – ont jusqu'à la fin de l’année pour présenter une contribution nationale déterminée (NDC) revue à la hausse. 16 pays, représentant 4,6 % des émissions globales, se sont déjà acquittés de cette tâche. Le Royaume-Uni, qui vient de relever son objectif de réduction des émissions à -68 %, ainsi que l’Union européenne, qui doit adopter cette semaine un objectif de -55 %, doivent être les prochains sur la liste.

"Une nouvelle ère pour les COP"

De nouvelles contributions doivent aussi être dévoilées lors du sommet du 12 décembre. Il est co-organisé par les Nations-Unies, le Royaume-Uni, la France, le Chili et l’Italie pour fêter les cinq ans de l’Accord de Paris. Cet événement doit ainsi permettre de préparer la COP26 à Glasgow, reporté à novembre 2021. "Après avoir perdu un an en raison du Coronavirus, il fallait un événement mobilisateur comme celui-ci pour raviver la flamme et lancer la dynamique jusqu’à la COP26. Mais le risque, c’est qu’il ne s’y passe pas grand-chose, avec peu d’annonces notamment sur les financements", prévient David Levaï, chercheur à l’Iddri.  

Si ce sommet du 12 décembre est très attendu politiquement, quelques questions techniques devront impérativement être résolues l’année prochaine sur les règles d’application de l’Accord de Paris notamment sur les marchés carbone, sur la transparence ou sur les 100 milliards de dollars promis par les pays du Nord à ceux du Sud. "La COP26 devra boucler ces sujets afin d’ouvrir un nouveau cycle de COP plus politique, permettant de lever les points blocages de chacun vers plus d’ambition", conclut Sébastien Treyer.

Concepcion Alvarez @conce1


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

[2010-2020] Le jour où l'Accord de Paris a ouvert une nouvelle ère dans la bataille climatique

Le 12 décembre 2015, l'Accord de Paris sur le climat était adopté, faisant entrer le monde entier dans une nouvelle ère où la lutte contre le changement climatique compterait désormais au rang des priorités. À l'occasion de l'entrée dans les années 2020, les journalistes de Novethic...

Accord de Paris : le Royaume-Uni s’engage à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 68 % d’ici 2030

En amont du sommet du 12 décembre, qui marquera le cinquième anniversaire de l'Accord de Paris, le Royaume-Uni vient d'annoncer un nouvel objectif climatique à l'horizon 2030. Le pays veut lancer la mobilisation et montrer l'exemple alors qu'il présidera la COP26 de novembre 2021 et que...

Énergies fossiles : les prévisions de production placent hors d'atteinte les objectifs de l’Accord de Paris

À quelques jours du cinquième anniversaire de l'Accord de Paris, les Nations-Unies tirent la sonnette d'alarme. Au rythme actuel, la production d'énergies fossiles ne va pas permettre de respecter la trajectoire 1,5°C. Si une baisse devrait être constatée cette année, en raison de la...

Le transport maritime continue de tourner le dos à l’Accord de Paris

L'Organisation maritime internationale vient de prendre de nouveaux engagements climatiques. Mais ces derniers devraient permettre au secteur de continuer à augmenter ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030. Le transport maritime apparaît ainsi comme le plus en recul sur la voie...

Climat : ne pas respecter l'Accord de Paris pourrait coûter 600 000 milliards de dollars

Des chercheurs se sont penchés sur le coût de l'inaction climatique. Le non-respect de l'Accord de Paris, qui vise un réchauffement limité à 2°C voire 1,5°C d'ici la fin du siècle, pourrait coûter jusqu'à 600 000 milliards de dollars. Il est donc urgent que les États relèvent leurs...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Australie anthony albanese WENDELL TEODORO AFP

Les Australiens changent de camp sur le climat

Anthony Albanese, le nouveau Premier Ministre australien qui vient de battre Scott Morrison, défenseur du charbon, a promis de mettre fin aux "guerres climatiques" et faire de son pays une "super puissance des renouvelables". Travailliste, il est en rupture avec les conservateurs qui ont détenu le...

Alerte rouge pixabay a roesler

Records battus pour quatre indicateurs majeurs du changement climatique en 2021

L'Organisation météorologique mondiale indique dans un nouveau rapport que quatre marqueurs majeurs du changement climatique ont battu des records en 2021. Une alerte de plus quant à l'impact des activités humaines sur les écosystèmes terrestres et marins mais aussi sur les émissions de gaz à effet...

Tudiants grandes ecoles pollution 02

Polytechnique, AgroParisTech, ENS… Quand les futures élites claquent la porte

Après la vidéo virale des "ingénieurs qui bifurquent" d'AgroParisTech appelant leurs camarades à "déserter", c'est au tour des Écoles normales supérieures de se mobiliser pour que "la pratique scientifique" s'aligne sur "les enjeux impérieux de ce siècle", à savoir l'urgence écologique et sociale....

Canicule chaleur extreme pakistan AAMIR QURESHI AFP 01

Pakistan, Mexique, Égypte… Le monde suffoque sous des températures extrêmes

+51°C au Pakistan, +48°C au Mexique, +46°C en Égypte. Partout dans le monde, des températures historiques sont enregistrées, menaçant la santé humaine, l’approvisionnement en eau, les récoltes futures et même la biodiversité, qui ne résiste pas à une chaleur si accablante. Du côté de l’Hexagone, un...