Publié le 05 novembre 2020

ENVIRONNEMENT

"Dans exactement 77 jours, les États-Unis reviendront dans l’Accord de Paris", promet Joe Biden

Alors que le dépouillement des votes est toujours en cours pour connaître le nom du futur Président des États-Unis, Joe Biden a réaffirmé son soutien à l'Accord de Paris. Mercredi 4 novembre, le pays a officiellement quitté la table des négociations, mais le candidat démocrate a promis son retour "dans 77 jours exactement", soit précisément à la date de l'investiture du nouveau président le 20 janvier 2021.

Joe biden Gage Skidmore from Peoria AZ United States of America
Joe Biden veut faire du climat une priorité dès son arrivée au pouvoir, s'il est élu.
@Gage Skidmore from Peoria, AZ, United States of America

"Aujourd'hui, le gouvernement Trump a officiellement quitté l'accord de Paris sur le climat. Et dans exactement 77 jours, un gouvernement Biden le rejoindra", a tweeté Joe Biden, mercredi 4 novembre alors que les États-Unis quittaient officiellement la table des négociations. Avec cette déclaration, le candidat démocrate, pour l’instant donné favori, marque un tournant majeur et envoie un signal important au reste du monde en s’engageant à faire du climat une priorité dès son arrivée au pouvoir.  

Dans les faits, après son intronisation le 20 janvier 2021, le nouveau Président devra envoyer une notification à la Convention cadre des Nations Unis sur le changement climatique (Ccnucc) et attendre 30 jours avant que celle-ci ne devienne effective, soit au plus tôt le 20 février 2021. Mais au-delà ces procédures administratives, c’est toute la crédibilité des États-Unis qu’il faut reconstruire. Notifier l'ONU sera "la partie facile", confie à l'AFP Andrew Light, ancien conseiller environnemental de Barack Obama, mais il faudra surtout engager une politique climatique suffisamment ambitieuse et durable pour qu'une future administration républicaine ne puisse pas faire machine arrière.

Un retour symbolique ?   

"Le retour des États-Unis dans l'Accord serait purement symbolique. Les Démocrates ont perdu le Sénat (les résultats définitifs sont encore attendus, NDR), et les Républicains empêcheront donc tout mécanisme international contraignant", a réagi le chercheur François Gémenne. "Les États-Unis ont toujours essayé de saper l'ambition de la lutte contre le changement climatique, même sous administration démocrate. C'est à cause d'eux qu'on a eu un marché du carbone plutôt qu'un prix fixe dans le Protocole de Kyoto, par exemple. C'est aussi à cause des États-Unis que l'Accord de Paris n'est pas contraignant, et que Trump a pu en sortir si facilement. Je crains que leur retour à la COP26 ne réduise l'ambition qui est pourtant tellement nécessaire."   

Pendant la campagne, Joe Biden a déclaré voir dans le gaz naturel un "pont" vers les énergies renouvelables, position fortement critiquée par les ONG environnementales, et ne s'est pas engagé à interdire complètement la fracturation hydraulique. Il a aussi émis des réserves sur l’instauration d’une taxe carbone en case de crise économique grave. Mais il s’est également dit en faveur de la neutralité carbone en 2050, et dès 2035 pour la production d’électricité, et promis pour cela un plan de 1 700 milliards de dollars.  

"Nous avons besoin des Etats-Unis"

Selon le Climate Action Tracker, le plan climatique de Biden pourrait permettre à lui seul de réduire la hausse des températures de l'ordre de 0,1°C. Or, chaque dixième de degré compte. Et avec les principaux émetteurs réunis – Chine, États-Unis, Europe – dans un objectif de neutralité carbone, ce sont près de la moitié des émissions mondiales qui seraient couvertes. Ce qui fait dire à Laurence Tubiana, cheville ouvrière de l’Accord de Paris, que le retour de Washington dans les négociations est attendu "avec impatience". "L'administration américaine a contribué à l'élaboration de l'Accord de Paris de manière décisive. Nous avons besoin des États-Unis pour aider à le mettre en œuvre".  

En outre, malgré le retrait du pays de l’Accord et les efforts de Donald Trump pour relancer l'industrie fossile, quelques signes laissent déjà augurer d’une transition énergétique au profit des énergies renouvelables. Davantage de centrales à charbon ont fermé sous cette présidence qu'au cours du second mandat de Barack Obama. La coalition d’acteurs non-étatiques "We are still in" reste par ailleurs mobilisée quelle que soit l’issue du scrutin et s’engage à réduire les émissions américaines jusqu’à 37 % entre 2005 et 2030, au-delà des engagements pris en 2015 par l'administration Obama.

Concepcion Alvarez @conce1


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Aeroport pixabay

Pays-Bas : Un des plus gros aéroports d'Europe limite ses vols pour moins polluer, une première

C’est le troisième aéroport le plus fréquenté d’Europe. Le gouvernement néerlandais a décidé de plafonner le nombre de vols de l'aéroport Amsterdam-Schiphol en raison de la pollution sonore et des inquiétudes climatiques des habitants de la zone. Une première qui pourrait influencer d'autres pays....

Glacier italie istock

Effondrement d’un glacier en Italie, typhon en Chine, canicule… un week-end catastrophe sous le signe du changement climatique

Ce week-end, des évènements extrêmes liés au changement climatique se sont enchaînés partout dans le monde. Alors qu’un glacier s’est effondré en Italie après un record de chaleur, un typhon s’est abattu sur la Chine. Autant de phénomènes qui nous rappellent l’urgence à agir et à s’adapter comme à...

EP ok jpg

"Non, il ne faut pas arrêter de faire des enfants pour sauver la planète", selon Emmanuel Pont

"Faut-il arrêter de faire des enfants pour sauver la planète ?". C'est la question à laquelle répond Emmanuel Pont dans son dernier livre alors que nous serons bientôt 8 milliards d'êtres humains sur Terre. Il revient ainsi sur l’étude polémique de 2017 qui avait évalué le "poids" écologique d’une...

Dont look up pop culture influence climat netflix

Mobilisation climatique : la pop culture plus efficace que le rapport du GIEC

Climat, limites planétaires, perte de biodiversité… Les rapports scientifiques se multiplient pour nous pousser à agir face à l’urgence écologique, mais peinent à toucher le grand public. Pour changer d’échelle, la culture populaire a un rôle à jouer. Dans une nouvelle étude, l’Ademe et Place to B...