Publié le 25 janvier 2018

ENVIRONNEMENT

À Davos, les dirigeants mondiaux plaident pour le climat

Le patron du groupe automobile indien Mahindra, en déplacement à Davos, a appelé toutes les entreprises du monde à le rejoindre dans la lutte contre le changement climatique. "C'est un gage de compétitivité", a soutenu Emmanuel Macron lors du Forum économique mondial. Une dynamique qui risque de retomber avec le discours de Donald Trump prévu le 26 janvier. 

Pour Emmanuel Macron, la lutte contre le changement climatique est l'un des cinq piliers de sa politique nationale.
@Elysée

Signe que les temps changent, c’est le géant indien de l’automobile, Anand Mahindra, qui a lancé un défi aux dirigeants présents au Forum économique mondial de Davos ce jeudi 25 janvier. Un défi climatique ! Il appelle les entreprises du monde entier à s’aligner avec l’objectif 2°C, inscrit dans l’Accord de Paris, et pour cela à rejoindre l’initiative Science Based Targets.

Pour montrer la voie, Anand Mahindra a annoncé que son groupe appliquerait intégralement l’Accord de Paris et a rappelé que deux des trois entreprises les plus émettrices du groupe faisaient déjà partie des 339 entreprises engagées dans l'initiative Science-Based Targets. Son objectif est d’atteindre les 500 d’ici la fin de l’année. D’ores et déjà, 900 sociétés à travers le monde ont déclaré leur intention de rejoindre le mouvement dans les deux ans.

Pas de climatosceptique dans l’assemblée

Avant le leader indien, Emmanuel Macron a demandé à la tribune, mercredi 24 janvier, que les entreprises "puissent rendre compte de leurs engagements de manière régulière" sur le climat. Il a ainsi déclaré vouloir faire de la France un "exemple dans la lutte contre le changement climatique" parce que c’est un gage de compétitivité. "Il nous faut absolument arrêter d’opposer le changement climatique à la productivité, pourquoi?? Parce qu’on doit attirer les talents et les talents viendront là où c’est agréable de vivre, là où la vie est agréable?!"

Le Président a par ailleurs réclamé la mise en place d’un prix plancher du CO2 et d’une finance verte au sein de l’Union européenne. Enfin, il a de nouveau défendu l’adoption du pacte mondial pour l’environnement d’ici 2020 comme "garde-fou juridique pour nos sociétés et outil de justice environnementale pour nos citoyens".

Et alors que Donald Trump doit prononcer son discours vendredi 26 janvier, le chef de l’État français s’est permis un tacle au président américain. "Une chose qui est certaine ici, à Davos, lorsque vous regardez par la fenêtre, surtout lorsque vous arrivez ici, dans ce bâtiment, on a vraiment du mal à croire dans le réchauffement climatique. Heureusement et bien évidemment, vous n’avez invité aucun climatosceptique cette année" a-t-il lancé ironiquement.

Le risque environnemental devant le risque économique

Le rapport (1) sur les risques mondiaux du Forum économique mondial, publié la semaine dernière, montre que les problèmes liés à l’environnement et au climat sont les principaux facteurs de risque pour l’économie mondiale dans les 10 prochaines années, en termes de probabilité comme d’impact potentiel. Les risques environnementaux ont ainsi dépassé les risques économiques aux yeux des décideurs interrogés depuis 2015, année de la COP21.

"Le temps presse pour endiguer le changement climatique. Dans quelques mois, Cape Town en Afrique du Sud deviendra la première grande ville du monde à manquer complètement d'eau, si rien ne change, à cause de la sécheresse. Les questions d'environnement et de soutenabilité doivent être placées au sommet des priorités des entreprises, car le problème est trop vaste pour que les gouvernements puissent s'y attaquer à eux seuls" ont déclaré des experts lors d’une session sur les risques environnementaux.  

Concepcion Alvarez @conce1

(1) Voir le rapport sur les risques mondiaux du Forum économique mondial


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Cow Pixabay vaches

Le méthane devient (enfin) un sujet majeur de la lutte contre le changement climatique

Si la réduction du CO2 dans l'atmosphère occupe le devant de la scène, la lutte contre les émissions de méthane s'est progressivement imposée comme une mesure indispensable et prometteuse pour atteindre les objectifs de lutte contre le réchauffement climatique. Si la problématique émerge depuis...

Raffinerie Exxon Slagen Norvege 01

Les émissions mondiales du secteur pétrole et gaz sont largement sous-estimées, selon la coalition Climate Trace

Le secteur du pétrole et gaz aurait émis près d’un milliard de tonnes de CO2 de plus que celles reportées officiellement, selon un rapport de Climate Trace. Cette coalition d’ONG, d’entreprises de la tech et d’universités a développé une base de données sur les émissions des grands secteurs...

Neutralite carbone compensation credits carbone istock

COP26 : Le Pacte de Glasgow fixe enfin des règles pour les marchés carbone

À la COP26, les États sont enfin parvenus à un accord sur l'article 6 de l'Accord de Paris, régissant les marchés carbone. Ces derniers, en plein essor, n'étaient plus régulés depuis deux ans. Le texte négocié à Glasgow a permis d'exclure le risque de double-comptage, encore défendu ardemment par...

Mesures fiscales cco 01

Un impôt sur la fortune climatique : l'idée fait son chemin avant les présidentielles

Des termes différents, ISF Climat, ISF climatique ou ISF grand pollueur, recouvrent une même idée : celle d'une taxe verte sur les ménages les plus fortunés. Un projet imaginé par Greenpeace, repris par de multiples candidats de gauche avant l'élection présidentielle. Mais est-ce vraiment la...